Travail de l’Immortel sous la Coupole des Dépendances

LITTÉRATURE INTERDITE par Dan Albertini

Le 19e siècle selon la Collection Littéraire Lagarde & Michaud, a été plus que de lumières, dans ses études présentées, pour la France détentrice. Droits exclusifs de la Coupole des dépendances, si l’on voudrait faire un euphémisme par l’ouvrage de Daniel Garcia, des Éditions du Moment. Plus que le langage de littérature, l’on nous a enseigné, à nous jeunes francophones de pays tiers, comment aimer Vigny en officier de mousquetaires rouges, la peinture et son tenancier, soit le Musée Carnavalet. Parler d’Alfred de Vigny, c’est traiter de Les Destinées, soit par la poésie, soit par la philosophie, et, en celle-là, « la mort du loup » qui délivre un mouvement des chênes, du vent, de la girouette, tout cela nous en avions aussi sous le soleil des tropiques. Sauf le loup. Quelle peur cela a plus qu’évoqué en nous, si l’on considère une forme de mémoire sémantique à Port-au-Prince, nous avions peur non sans raison, du berger allemand d’autant plus dressé pour chasser le… Et nous y voilà, Scandale sous la coupole, un haïtien a élu domicile. Ne m’en parlez de feu Senghor l’immortel-blazé, il était français. Mais voici de ce dont je parle : scandale lévité.

Extrait inédit : Le travail de l’immortel où je suis encore comme dans la création d’un cinéma…, la pièce de théâtre dont je rêve est imaginaire, réelle dans mon cerveau haïtien-1804 !

Le personnage est immatériel, intemporel. Il a passé le cap de la mutation vers là où aucun mortel n’y tient lieu. Trois personnages se rencontrent, se confrontent, c’est l’évolution psychique d’un immortel. Les esprits de possession sont des voix d’écrivains, de poètes, la culture a permis ce que les mots ont inscrit ailleurs. Une nouvelle dictée, des mots invisibles, un automatisme. Une introduction à l’oralité du verbe. Le kréyòl en français littéraire. Une pièce en trois actes.

Premier tableau – Zébulon s’endort chômeur sur la place du Carré, il rêve de se réveiller Littré par l’affiche d’un travail d’écrivain. Il rencontre l’élu immortel en mutation, le croit endormi, tente de le réveiller. Kalibo l’observant déjà, est encore mortel, jaloux, multi-Céphale. Sa nature n’est en dérive douce, il est zagoloraj, le débat fait foi. Étourdi, Zébulon s’y plonge.

Zébulon. Réveillez-vous, réveillez-vous, réveillez… mésié lévé lélé…

Immortel. Taisez-vous, je ne suis monsieur, ici on ne parle pas de maux, vos mots sont des maux

ZQuoi ! Je suis Zébulon de…

ITaisez-vous, vous n’êtes pas. Je suis immortel.

Tenace, ignorant

ZMwen Zébilon piti t lempérè

Zsa wou yé, you pijama, you peyi sanchapo ?

IJe vous dis : il est mort, je suis immortel

ZW ou-re vlé di ou pa you zombi ki lévé ?

IAvez-vous un siège ?

ZYoun chèze ou vlé dit !

IPuisque je vous dis un siège. Tenez, écrivez

ZMais, où est la plume ?

IIci les mots sont invisibles, le mot est mémoire, autant de mots autant de mémoires. C’est une citadelle invisible, elle porte son nom

Zébulon pense

ZVous avez dit parchemin, vierge !

IÉtonnant, ils sont liés. Vous déliez les cordons de l’histoire c’est l’ouverture de la citadelle.

Étonné, Zébulon réplique

ZVous êtes dans mes pensées. Le monde est donc petit

IL’immortel n’est du monde, il est là où les diamants sont éternels

Je suis votre pensée. D’une chute d’étoile à l’ascension d’une autre.

ZKisa ! Vous parlez de la chute d’une étoile… au grand palais.

Note. Comprenons alors là, je reformule en toute légitimité l’interrogation H-O/16-déc/N46.P3 : où va-t-on alors loger Dany qui croit s’accrocher par la mort à l’Anciennat, ce qui de lui fera ce novus mentorat en accéléré, au directoire. Raisonnable. Un journaliste du Québec a pris le soin avant nous, de visiter de son titre, « le salon des immortels ». La pertinence n’est ici prise en défaut de fait ni, le défaut de biais ne me sera reproché. Se poser la question de l’automatisme, de Dany, en littérature, et à plus d’un égard esthétique toute discipline confondue, nécessaire.

Extrait : ‘le travail de l’immortel’, suite :

INon non. Mais en effet d’un jour à l’autre, il n’y a plus de Joux. Je suis le présent

ZVous conjuguez aussi. Vous conjurer ici !

INon, vous dis-je, vos mots sont des maux, il n’y a point de maux dans mes mots

ZVous délirez !

IVous dis-je, des maux, mais que voulez-vous

ZQuestion ou expression ?

IVous savez penser alors

ZPuisque vous êtes ma pensée. Mais, mon aïeul disait : « penser c’est dire, dire en pensant c’est penser ». Mais il est mort. J’ai donc oublié

IMais vous dis-je, je suis immortel. Donc vous n’avez ce siège !

Non, désolé mais ne partez donc si vite, je réclame ma mémoire. Je veux mes standards

L’autre m’a condamné dans sa métaspora. Le Carré me voit scélérat

IPortez mon sabre. Faites attention !

Z. Puis, je dirais l’autre avec sa mémoire jaspora. Oubli, mémoire, migration. Je migre sans cesse. On m’a volé mes standards

I.  Vous dis-je, des maux. Portez mon épée, prenez-en soin !

Z.  Ah, l’immortel qui êtes-vous donc à travers le temps. Oh l’odeur du joug. Peine, misère…

I.  Taisez-vous, je suis intemporel, laissez le temps au beau, au mauvais, aux maux

I.  À vos maux, marchez !

Z.  Dites-vous que l’empereur est réellement mort mais pas vous ?

Je reprends encore le 12/déc., j’ai au lendemain de l’édit, Laferrière élu au quai Conti, procédé à ma série thématique de 7, pourquoi ? Plus loin de ce ‘il fallait’, je veux savoir s’il y a transe ou forme de transe, qui rend soit alocalisé, soit ad minima bilocale. Ou, comme l’anecdote du franc-maçon haïtien du bled de l’ignorance qui sort la savante libation : « Mens sana in corpore sano », tandis que le voisinage crie « Oh grand esprit », hélas ce fils du soleil avait pourtant peur de, et apprenait du médecin-feuille de la localité. Le travail de l’immortel n’est pour moi s’affubler ni le postulat tenté, et se faire « la grenouille…, qu’un bœuf ». Absolument pas. Voisinage immédiat et amicale fraternité de Saint-Brice, ce franc-maçon, Me, Serges Dasque grand-diseur au subjonctif plus-que-parfait auprès de frères-non-libres martiniquais en visite au Grand Orient d’Haïti, était professeur agréé chez Georges Marc, frère du grand mathématicien haïtien Pharnel Marc, exilé de Duvalier, et ami du professeur Odeniel Blot. Fait dû, non du hasard ni de connivence puisque l’un était de la Grande-Anse dans le Sud et l’autre de la Grande-Rivière-du-Nord, donc un étalage du savoir républicain, les deux étaient une véritable encyclopédie du savoir qui se joue encore sous la coupole des dépendances, au point de savoir recentrer les médites de Voltaire ou de tout autre antécédent de Lorenzy, inspecteur général français non-exilé, du temps de Pharnel Marc au Ministère de l’Éducation, en Haïti, chez les Frères du Sacré-Cœur. Encyclopédie oui, c’était leur seul défaut de l’âme puisqu’ils ne s’oseraient jamais en la pensée pérenne de soi-même. Fausse humilité qui trahissait pourtant plus qu’une transe bilocale, Dasque-et-Blot brillait de savoir mais sombrait de Duvalier, syndrome de la poupée noire et de la poupée…. Qui allait en réduction de Georges Marc, en rapport d’addiction à la Coupole, qui fit de Pharnel Marc l’omerta reconnu de la NASA. Exiler Bouard outre-tombe de vers au crédit de pauvreté au passif, est en soi un actif de la Coupole des Dépendances, d’où « zagoloraj », car l’immortel est re-convoqué. Fouki foura !

Extrait suite, le travail de l’immortel :

Z.  Vous êtes immortel. Vous devez ressusciter la plaque originale de la Place des Victoires. L’on jugera alors. Si Duvalier mort, réveillé, est un fruit, une conséquence. C’est le travail de l’immortel

I.  Je suis un écrivain paresseux, je suis un écrivain en pyjama. J’écris ce que je vis

Z. Ah voilà, la bouche parle de l’abondance du cœur, c’est la vieille qui le dit

L’expression de la veille revient avec autorité, précise.

I. Carte Blanche. J’ai carte blanche depuis belle lurette

Kalibo. Depuis l’hebdo vous voulez dire

Kalibo. Je comprends moi aussi. Écrivain en Pyjama, double monologue, dialogue, confus, non, échos, pas cognitif. Pivot est une dictée artisane. L’immortel est maître d’œuvre, fait des héritiers

Scène en rétro, les débuts professionnels font défiler un jeune couple dans une vieille Ford.

Kalibo. Il se trouve un emploi à mille lieux du lit. Il obtient Carte Blanche

Z. Rajoutez, désormais l’expression érectile de la nouvelle dictée. Jaloux !

K. Ah, la Dictée, le rêve me revient. Séquence, Paris flirt avec un monument dans un livre, il lutte contre la dictature qui torture, efface, tue. Moi, j’y suis resté

Mérien. Hey Derrilus, sa wap fè shita sou chèz doktè-m nan ?

K. Woy, non m sa la tou !

K. D’abord, il n’est plus Derrilus, c’est Zébulon

M. Oh, que font ces gens-là chez moi ?

M. Qui sont-ils d’ailleurs ?

M. Pourquoi lui…

M. Mais il a une épée !

K. Mérien fèk lévé, li pat konnen

M. Derrilus… Zébulon, je ne savais, quoi ?

I. Ici tient lieu le travail de l’immortel

La question, l’assertion vont ouvrir, susciter moult controverses. Viser la relation rapprochée de l’Immortel doit désormais réinterroger Bossuet, Freud, Renoir, Romantisme, éléments de facteur d’intelligence réservée. Car, la transe nègre alocale commence à compter ses… Paris à huit mâts sur le voile centenaire tandis que Port-au-Prince bicentenaire se réveillent Culture d’Épilogue en Sociatrie Littéraire Haïtienne, par la citadelle invisible introduite au cœur de Moreau de Saint-Méry. Scandale chez le Franc-RTBF qui chante en quatuor-RTSR à RCI exclusiviste. à suivre.


Cet article est précédé de…., qui se trouve en P.5 de l’édition du….2017 . Il est disponible  à l’adresse suivante : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2017/12/H-O-27-dec-2017-1.pdf ou en P.12 de l’édition courante, en passant par la page Archives et cliquer sur la date courante.