Jovenel Moïse Accusé d’avoir Commis l’Inceste

print
QUEL SECRET CACHE LA PREMIÈRE FAMILLE HAÏTIENNE ?

  • Jovenel Moïse accusé d’avoir commis l’inceste par H-O
  • Son fils aîné serait issu de sa sœur…

Jovenel Moïse a son lot de scandales financiers et politiques, qui ont traversé ses administrations. Un esclandre d’un autre genre longtemps caché est sur le point d’éclater. Selon une enquête menée par H-O, son fils aîné serait issu d’une relation incestueuse. Il semble qu’il ait récidivé, après la rupture avec sa première épouse, bien qu’à un moindre degré, en se mariant à sa cousine. C’est ce qu’a révélé au moins un membre de sa famille. En effet, le fils aîné du président haïtien, Joverlein Moise 27 ans, qui avait traversé la frontière haïtiano-dominicaine, en route pour Montréal, au début du mois de février, a pour mère la « sœur » de Jovenel Moïse, Kekette Marcellus, qui habite à Montréal. Il semble qu’elle ait voulu garder ces informations sous le sceau du secret, puisqu’elle a tout fait pour brouiller les pistes de l’enquête sur les faits entourant ses relations avec le président haïtien.

Les recherches menées autour de l’identité de Mme Marcellus avaient été lancées depuis environ six mois. Tout d’abord, elle ne répondait pas à son téléphone. Par chance elle y a répondu une fois, mais s’obstinait à esquiver les questions relatives au père de son fils. De guerre laisse, elle avait fini par admettre que Jovenel Moïse est le père de son fils. Elle avait vendu la mèche une fois que lui a été posée la question de savoir si le père « avait pris ses responsabilités envers son fils ». À cette question, elle devait répondre que son fils « a 27 ans ». Ce qui voulait dire que, adulte, il était à même de se débrouiller pour gagner sa vie. Elle venait, pour la première fois, d’admettre que Jovenel Moïse était le père de son fils.

Mais, à ce stade, elle ne voulait plus répondre aux questions, ayant, de préférence, opté pour donner rendez-vous à Léo Joseph pour vendredi ou samedi après-midi de la semaine prochaine.

Comme promis, à la date arrêtée, l’appel est effectué. Mais, pas de réponse toute la soirée. Idem le lendemain samedi, et tous les week-ends qui suivirent pendant tout un mois. « C’était donc clair qu’elle ne voulait pas communiquer avec moi ».

Cela voulait dire que la question essentielle, si elle était la première épouse de Jovenel Moïse, restera sans réponse. « Toutefois, je me félicitais d’avoir pu lui arracher, par astuce, la confirmation que le président haïtien est le père de son fils ».

Joverlein en Haïti jouissant des avantages de la présidence de son père.

Il est clair que Mme Marcellus a quelque chose à cacher. Elle aurait pu révéler que son fils est en Haïti jouissant des avantages de la présidence de son père. Ayant compris qu’elle ne voulait pas se faire tirer les vers du nez,  « j’ai décidé de faire du lest, histoire de ne pas perdre définitivement la chance de parler encore une fois à l’ex-première femme de Jovenel Moïse ».

Quand le journal dominicain Diario Libre, dans son édition électronique du samedi 16 février 2019, annonçait que « le fils aîné du président haïtien avait traversé la frontière pour venir séjourner en République dominicaine durant quelques jours en attendant que les choses se calment en Haïti », «  j’avais une hypothèse différente ».

«  Je me suis dit que fiston Moïse va prendre un vol pour le transporter à Montréal où il allait rejoindre sa mère. Immédiatement j’ai eu l’idée de relancer mon enquête. Car je croyais dur comme fer que Joverlein serait dans l’appartement de sa mère, dans la soirée du samedi (16 février) ».

Certes, premier appel téléphonique chez Mme Marcellus, à 8 heures du soir : Pas de réponse. Un autre à 8 h30, toujours pas de réponse. À 9 heures, quelqu’un décroche. Une voix d’homme au bout du fil. « Je me suis immédiatement identifié et demandai à parler à Mme Marcellus. Mon interlocuteur répondit que sa mère ne peut me parler et qu’il est lui-même disponible pour le faire à sa place ». Car, dit-il, « Je suis son interlocuteur ».

Un peu dérouté par cette réponse, « mais je me suis ressaisi immédiatement pour lui demander son nom interlocuteur ». « Je suis junior », répond-il.

Vous devez être le fils aîné du président, lui dis-je, qui vient de traverser la frontière haïtiano-dominicaine tôt ce matin ? »

Il répondit en disant : « Pas ce matin, hier matin ».

Il semble que le journal dominicain qui a donné l’information se soit trompé.

« Aucun drame, lui dis-je encore, vous voilà chez votre mère, vous avez effectué un voyage sans encombre. C’est l’essentiel ».

« Je retourne au sujet qui m’intéresse au plus haut point : avoir une conversation avec Mme Marcellus. Là, fiston Moïse semble vouloir monter le ton. Il veut savoir pourquoi personne ne s’occupait de lui, il y a quelque temps, et que maintenant il est harcelé de toutes parts ».

« Je lui ai dit qu’à son âge il doit comprendre qu’il est fils de président, il n’est plus un citoyen ordinaire comme moi, mais un personnage important ».

Mais il ne démord pas de l’idée de m’empêcher de parler à sa mère. Aussi m’a-t-il fait comprendre que « Je possède le téléphone maintenant, et non ma mère ». Il m’a dit en outre qu’il « m’appellera » quand le temps viendra pour lui de partir et que Mme Marcellus sera de nouveau en possession du téléphone.

« Sur ces entre-faits, je peux dire avec certitude que Mme Marcellus est la mère de Joverlein, le président Jovenel Moïse est son père. La mère de celui-là est la première épouse de celui-ci ». Le dernier point d’interrogation : Kekette Marcellus est-elle réellement la « sœur » de Jovenel Moïse ?

« Je suis prêt à conclure que c’est le gros secret que Kekette Marcellus s’acharne à cacher. Par contre, un frère du président haïtien, Gabriel Moïse, que les gens de sa famille font passer pour un « fou », a vendu la mèche ». Lors d’une intervention à l’émission de Luco Désir, il y a à peine quelques mois, il fit cette révélation que tout le monde croyait incroyable : Jovenel Moïse avait épousé sa « sœur » en première noce.

Jovenel Moïse a-t-il récidivé ?

Divorcé/er de Kekette ou, avoir rompu avec elle, Jovenel Moïse ne serait pas au bout de ses tourments avec le démon de l’inceste. Des proches de la famille du couple présidentiel ont affirmé que la première dame serait sa cousine.

À la lumière de tous ces faits, il n’a pas été possible de séparer le vrai du faux avec exactitude. Kekette Marcellus, l’unique personne accessible de la bande, n’a pas été en mesure de servir cause de la vérité.


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 6 mars 2019 et se trouve en P. 1, 2 à : http://haiti-observateur.ca/uploads/2019/03/H-O-6-mars-2019.pdf