À la recherche de millions introuvables ailleurs…

print

QU’EST-CE QUE BOCHITT EDMOND EST ALLÉ CHERCHER À QATAR ?

  • À la recherche de millions introuvables ailleurs…

Le voyage de Bochitt Edmond, ministre des Affaires d’Haïti, à la tête d’une délégation de hauts fonctionnaires, accompagnés de l’homme d’affaires Andy Apaid, suscite bien des interrogations. D’aucuns disent qu’il ne s’agit pas uniquement de l’ouverture d’une ambassade, à la capitale de ce pays, et font remarquer que cette visite est en relation avec la situation de banqueroute dans laquelle se débat Jovenel Moïse. Car, à court d’argent et voyant les sources d’aide complètement taries auprès des bailleurs de fonds traditionnels, en sus, surtout, de l’absence du Venezuela, qui savait voler à la rescousse pratiquement sur-le-champ, le président haïtien semble compter sur Apaid pour sensibiliser les autorités qatariennes en vue trouver des prêts dans de conditions.

En effet, en marge des négociations sur l’ouverture de cette ambassade, dont les frais initiaux devraient s’élever à une rondelette somme d’argent dont le pays ne dispose pas, surtout au moment où des manifestations spontanées éclatent dans des institutions dont les employés réclament plusieurs mois d’arriérés de salaires. Dans de telles conditions, les citoyens doivent rester vigilants. Dans l’état actuel des finances du pays, Jovenel Moïse peut se laisser séduire par n’importe quelle offre.

S’imaginant qu’il est de bonne guerre de traiter la nation en enfant mineur, donc de la priver d’informations concernant ce qu’il entreprend en son nom, jusque dans le golfe Persique, Moïse mène ses démarches dans l’opacité totale. Ce ne sont ni Bochitt Edmond, ni Andy Apaid ou les autres membres de la délégation qui se laisseront guider par leur patriotisme pour dénoncer les projets en discussion à Qatar. C’est pourquoi les faits rapportés sur What’sUp, par rapport aux magouilles en cours auprès des Qataris, par un citoyen s’identifiant comme étant l’ingénieur Jacques Anselme Maurice, doivent retenir l’attention des uns et des autres.

Avant de jeter un coup d’œil sur le texte de l’ingénieur Maurice, rappelons que les paysans du Plateau central ont dénoncé les manœuvres d’Andy Apaid tentant de mener une opération de dépossession de paysans de leurs terres qu’ils occupent depuis des décennies. Selon des affirmations faites par les victimes, M. Apaid aurait bénéficié de l’appui de Jovenel Moïse pour s’engager dans cette aventure.

Des autorités dans l’exploitation minière affirment que ces centaines de carreaux de terre, que convoiterait l’homme d’affaires Apaid, recèlent plusieurs variétés de minerais, notamment de l’or, du cuivre et même du gaz et du pétrole.

Haïti et ses chefs dirigeants en vente ?

En effet, dans un article-fleuve diffusé sur What’sUp, l’ingénieur Maurice expose les faits relatifs à la mission d’Edmond Bochitt et sa délégation à Doha, capitale du Qatar, la semaine dernière. Le titre même de l’article tire la sonnette d’alarme : « Les princes du Qatar achètent les dettes d’Haïti ainsi que les autorités d’Haïti ».

L’auteur commence par dire que « La semaine écoulée, Apaid a emmené les autorités haïtiennes au Qatar avec lui. Une délégation a rencontré le ministre des Affaires étrangères du Qatar au nom d’Haïti, mais pas dans les intérêts d’Haïti ».

Signalons, avant de continuer que le ministre des Affaires étrangères du Qatar est aussi vice-premier ministre de ce pays. Ce qui porte à croire qu’il détiendrait de grands pouvoirs pour négocier avec Apaid et les visiteurs qui l’ont accompagné.

 De révélations intéressantes de l’ingénieur Maurice

Jacques Anselme Maurice continue ainsi : « Les Big Boss du Qatar ont déjà accordé 71 millions de dollars comme avance sur les commissions que les autorités haïtiennes auront gagnés après la signature officielle des contrats. « Bochitt Edmond (ministre des Affaires étrangères), Baden Dubois (gouverneur de la Banque centrale), Charles Jean-Jacques (ordonnateur national) et Andy Apaid (le patron) ont rapporté du Qatar 71 millions de dollars versés par les richissimes princes.« Cet argent servira notamment à mater la mobilisation générale prévue pour le 29 mars 2019 contre Jovenel ; acheter des sénateurs pour reconduire Baden Dubois à la tête de la BRH, car son mandat est arrivé à terme cette année et on aura besoin de lui pour protéger les intérêts des initiateurs des contrats avec Qatar; payer la rançon de 7 millions de dollars réclamée par les 7 mercenaires qui menacent de divulguer certaines informations à la presse américaine s’ils ne sont pas payés; enfin pour partager entre Jovenel et Co., dont tous ceux qui œuvrent pour l’obtention des contrats avec Qatar ».

Réputés très riche Plus loin, M. Maurice explique les possibilités pour les Qataris d’investir gros en Haïti, si les conditions sont acceptables. Aussi continue-t-il sur sa lancée, en ces termes : « Les autorités du Qatar sont réputées très riches à cause de leur pétrole qui leur fournit assez d’argent pour prétendre acheter le monde. Ils sont disposés à endosser la dette de PetroCaribe et d’autres dettes de l’État haïtien. En échange de quoi ? De trois choses principales :

« 1 – les licences d’exploitation des ressources souterraines tant terrestres que maritimes du Grand Nord. Les Qataris vont venir dans le Nord, les hauteurs de Plaisance, le Môle Saint-Nicolas et l’île de la Tortue. Ils viendront exploiter nos ressources minières et pétrolières.

« Ils installeront un grand central de raffinerie et de distribution de gaz afin d’asphyxier le Venezuela. Quelle ingratitude d’Haïti ! Le Venezuela nous a du gaz à crédit et aujourd’hui nous complotons contre lui. Quelle trahison !

« 2 – la location de la Citadelle Laferrière et le Palais Sans-Souci pour 100 ans. Jusqu’en 2120, l’État haïtien et aucun Haïtien n’auront pas le droit de se rendre à Milot sans payer. Les sites touristiques de Milot seront privatisés comme Labadee. Ils vont être aménagés pour des touristes millionnaires.

« Étant donné que le Qatar est un pays construit dans un désert, les riches princes du Qatar vont s’acheter les montagnes du Nord pour construire des maisons luxueuses dans ce climat tropical. Ces maisons seront comme des habitats du Qatar d’outre-mer. Elles seront en Haïti, mais elles n’auront aucun rapport avec le pays, même leur personnel ne sera pas haïtien puisqu’il existe ces genres d’habitats en Afrique et au Brésil, leur personnel vient directement du Qatar.

« 3 construire une grande mosquée à Bas-Limbé, la plus grande mosquée de toute l’Amérique. Qatar, principal promoteur du radicalisme islamique au monde, veut imposer l’islam au monde entier. Pour conquérir l’Amérique, les Qatari choisissent de poser leur première pierre en Haïti comme étant le pays le plus faible du continent.

« Un jour on assistera aux attentats terroristes également en Haïti. Les islamistes radicaux viendront et nous bombarderont avec leurs kamikazes. Les islamistes radicaux ne sont pas tolérants, le peuple haïtien, peuple très croyant, ne pourra pas cohabiter avec des radicaux de Daesh. Comme ils sont mieux armés que nous, ils nous détruiront comme de sales salauds.

« Il est bon de se demander pourquoi Jovenel choisit de se faire fiancer par le plus riche sponsor du terrorisme international dont l’État islamique (DAESH) ?

« Qatar traîne derrière lui la réputation de financer le terrorisme international, pourquoi Jovenel Moïse veut exposer tout un pays à une aventure terroriste juste pour quelques millions ? »


Financièrement vulnérable

La situation du pays est d’au- tant plus grave que les émissaires de Jovenel Moïse négocient en vase clos avec les princes du Qatar. Coincé de toutes parts par des créanciers locaux, particulièrement des employés de l’État vociférant leur colère à longueur de jour- née pour que les autorités leur payent. Financièrement vulnérable, l’équipe au pouvoir est capable de tout faire.

Jovenel Moïse est vraiment coincé. Les bailleurs de fonds internationaux se sont révélés de plus en plus avares envers Haïti au moment où notre pays n’a point d’accès au crédit. C’est précisément cette situation qui n’a point permis aux autorités haïtiennes de négocier que pour une somme de USD 239 millions, dont USD 45 millions seront décaissés en septembre ou plus tard. Pourtant les besoins du pays exigent un investissement de capital d’environ USD 4 millions $.

Il faut exhorter les organisateurs des manifestations du 29 mars à ajouter au menu des revendications la nécessité pour Jovenel Moïse d’exposer au peuple haïtien la teneur de l’accord qu’il est en train de négocier avec les autorités qatariennes.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 27 mars 2019, et se trouve à P.13http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2019/03/H-O-27-march-2019.pdf