100 Ans de Diplomatie Américaine en Haïti par l’Hebdomadaire Haïti Sun, Vue en 2019

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • 100 Ans de Diplomatie Américaine en Haïti par l’Hebdomadaire Haïti Sun, en 2019
  • Entre (). Sezi bien Moïse vin n ban m kou, sezi bien miky vin n ban m kou. Fermons ().

En partant de Raboteau avec l’anthropologue Laura Wagner dans ses recherches utilitaires et de Kristina Killgrove bioarchéologiste écrivaine scientifique, dans sa rédaction de l’article évoqué ici, le problème de la partialité potentielle malgré un lourd fardeau de preuves irréfutables, est d’une part une écriture nationaliste américaine basée sur une recherche similaire dans les intentions américaines orientées par ses propres intérêts, dont la déstabilisation de pays tiers afin de profiter du chaos et de perte de souveraineté. C’est en parallèle à l’absence de travaux de ce genre sur les Haïtiens de Chrome en Floride qui ont subi des tourments étatiques et criminels. Je cite le procès Ray Alcide Joseph/Reagan-Giuliani en Floride sur le même sujet (Wall Street). Et, d’autre part, l’intérêt anti nationaliste de ceux qui ont privé Haïti ou une autre radio-sœur, ou, une université haïtienne, de cette collection importante, en la donnant aux étrangers sous prétexte, on se le dira de conservation indépendante, pour garantie. Quand l’Administration Reagan a détruit des vies en Floride à Chrome, en même temps qu’il favorisait les réfugiés cubains qui quittaient l’ile contre Castro. Sans oublier la proposition de l’ensemble qui a drainé des déchets toxiques dans le nord-ouest d’Haïti (Bombardopolis).

C’est un passage obligé qui retrouvera en route, l’Institut Haitiano-Americain dont parlait les chroniques de R Diederich, pour faire face à l’Institut Français et à l’Institut Goethe et Lope de Vega, comme héritage post coloniale sans effet. On verra aussi la visite du secrétaire d’État américain du Commerce, Charles W Sawyer accompagné de : Albert J Powers du Bureau des échanges internationaux et d’une importante délégation, le 9 oct. 1950 et passera la nuit, s’il faut sauter des époques et des faits. Voici donc un important rappel de cette célébration décrite par l’hebdo Haiti Sun :

Centennial of Haitian-American Diplomatic Relations – Haiti Sun 10/06/1962, No.36 (p.1). Presented by Yvan Désinor, as part of the ‘’L’Amérique vous parle’’ series, Ambassador Thursion (Raymond I.) noted that this date coincided with the 100th anniversary of the signing by President Abraham Lincoln of a law naming the first diplomatic representative of the United States to Haiti.

Ce qui nous remonte à un laps où Haïti s’est défendu a existé sans cette diplomatie.

Poursuivons avec HS No.36 : The TV program was illustrated with filmed sequences of the American Civil War, a period during which President Fabre Nicolas Geffrard demonstrated a keen interest in the destiny of American negroes who suffered from the chains of slavery. He was largely responsible for the transporting of 2,000 Southern negroes to Haiti, where they where given land in the Artibonite Valley[…].

Comprenons que l’artibonite qui a connu ODVA était l’aubaine pour ces nouveaux.

Autres étapes avant le centenaire.

Newbegin take up Duties Here As U.S. Ambassador Haiti Sun 30/10/1961 No.1 P.1

Robert Newbegin, newly-appointed United States ambassador to Haiti, accompanied by his son, Robert, is shown prior to departure Wednesday for Port-au-Prince aboard a PAA Clipper. Ambassador Newbegin served as U.S. Ambassador to Honduras prior to his present appointment

RN était en Haïti jusqu’en 1962 à titre d’ambassadeur et partit en retraite où il fur pour le département d’État américain, le grand négociateur pour le traité sur le canal de Panama. Quelle était donc la mission de RN en Haïti, ou qu’a-t-il accompli ?

Remontons une fois de plus dans le temps : 1951.

Visite du ministre des Affaires étrangères Jacques Léger, aux US en avril 1951 dans le contexte de la conférence des ministres de la région sur la sécurité intérieure et de sabotage des communistes.

Ce n’est sans rappeler la dernière visite du ministre haïtien de la Défense à l’IADB (Inter-American Defense Board) où récemment le colonel Daniel Thériault nous a décrit la formule du dépôt du document haïtien comme l’objet d’un travail d’experts privés externes, car Haïti ne possède pas les compétences nécessaires, ce malgré la participation du colonel Himmler Rebu à cette conférence, vers octobre 1986. Quelle relation profitable pour un pays comme Haïti qui est né d’une terrible guerre contre l’esclavage systémique géré par le Code noir aux mains des États ?

Je cite une dernière fois le centenaire, mais avec un autre article, afin de réviser.

100th Anniversary Of U.S. – Haiti Diplomatic Relations To Be Marked Haiti Sun 1/07/1962 No.30. A week of manifestation marking the century of establishment of diplomatic relations between the Republic of Haiti and the United States of America opens july 5th at the Institute Haitiano-Americain. 

Quelles sont les relations aujourd’hui, soit en passant par l’État, ou par les experts, enfin par un segment de la société américaine ? Ouvons 1956 de Haïti Sun pour voir.

Navasa Island re-discovered by Botanist (Haiti Sun July, 1 1956, no. 41)

Mr, George R. proctor, botanist of the institute of Jamaica […] who was in Haiti during September of last year on a botanical mission, travelled aboard the British navy hydrographic ship as a guest during the three past months as the Vidal studied the sea and charted reefs, he studied the flora and collected specimens of plants and animals on various out-of-the-way islands. (P.1); [… however, the Institute’s Haitian Collection has now been greatly augmented by the purchase of the private herbarium of the late Mr. Wilhelm Buch, well-know pharmacist of Port-au-Prince. Mr. Proctor has been spending this week in packing the Buch collection for shipment to Jamaica. A flora of Hispaniola is now in preparation by Mr. E. C. Leonard a botanist on the staff of the United States National Herbarium in Washington… (p.16)

Aussi verra-t-on alors l’indulgence haïtienne doublée de bon cœur, par le prétendu maitre de cérémonie diplomatique de la Caraïbe, Duvalier François, proposer le Môle Saint-Nicolas aux Américains pour… !

Et aujourd’hui avec Jovenel Moïse en l’année du…, de relations diplomatiques où le TPS fait l’objet de chantage sur les relations avec le Vénézuéla, aux UN et à l’OEA ?

D’une part, la République d’Haïti n’est pas reconnue comme la Mecque-de-la-liberté pour l’Afro-Américain qui s’en va de préférence à titre de ‘Black Muslim’, vers l’Arabie vendeuse d’esclaves pour se croire spirituel quand l’esprit de ses anciens maîtres mal-traiteurs qui lui offre le ‘gospel right of hope’ ou le ‘Laudate Dominum’, chantent aujourd’hui ‹‹Pye aleman lemiso batala›› dans son culte sacré tandis que l’on critique l’Haïtien de voodoo-isan mais, la Diplomatie haïtienne ne lui offre le concert ‘lemiso’. 

Si l’on devrait attribuer cette de préparation d’un tel événement, incluant Bill, Merten, & co, quand on sait que sur le chemin Morne à Cabrit, dans son pays, l’Haïtien est interdit d’accès depuis les années nonante à aujourd’hui, pour raison de. Que dirait par exemple un pseudo leader de l’opposition’ ou, un journaliste ?


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 7 avril 2019 et se trouve en P. 7, 8 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2019/04/H-O-7-april-2019.pdf