La République d’Haïti à la croisée d’une confrontation spirituelle irréversible sans l’obéissance à Dieu

print
CULTURE ET SPIRITUALITÉ

  • La République d’Haïti à la croisée d’une confrontation spirituelle irréversible sans l’obéissance à Dieu par Marie-Pologne René

Yawheh, le Dieu créateur est en colère contre ce qui se passe en Haïti. Dirigeants haïtiens, vous avez sous votre garde l’unique nation dont vous êtes les gardiens devant le Dieu créateur. Le peuple haïtien, libéré des chaînes de l’esclavage, depuis 216 années, est encore en quête de sa libération de l’oppression des forces humaines et spirituelles déterminées à le réduire à néant.

Yawheh a ses yeux sur ce coin de terre dont l’ennemi du Créateur veut s’accaparer. Ne pouvant le dominer complètement et l’écraser, l’ennemi entend l’affaiblir jusqu’à le décimer. Le plan de Yawheh pour le pays et le peuple est bien différent. Il observe toutes les tractations et les interférences négatives contre le pays et le peuple. Le plan de Dieu est la Délivrance d’Haïti, l’établissement d’une société digne de ce peuple qu’il aime comme la prunelle de ses yeux. Dès les temps anciens, Dieu a utilisé ses serviteurs pour véhiculer ses messages aux peuples en difficulté. Aujourd’hui encore Il continue à délivrer au peuple ses messages à travers leurs congénères.

La veille de la fête de la Pâque, en 1997, j’ai entendu une voix me dire: « Je vais te montrer quelque chose ». J’ai vu une table s’installer devant moi et la voix de me dire : «Regardes, tu vois ».J’ai vu une carte de la République d’Haïti découpée sur du bristol noir posé sur la table devant moi. La voix reprit : « Haïti est envoûtée par Satan, par des forces démoniaques. Des élus aux postes étatiques signent des contrats sur le pays avec des entités sataniques pour assurer leur pouvoir ».

J’ai vu une main qui éparpillait à travers la carte des personnes en miniatures et la voix continua : « Vous devez prier pour casser les contrats signés avec les démons qui enchaînent Haïti. Le développement du pays est enchaîné dans un autre pays. Il faut prier pour la délivrance d’Haïti ».

C’est la première fois que j’avais entendue pareille chose. J’ai partagé cette révélation avec mes proches et depuis, nous sommes en prière pour la délivrance de notre pays. Peu de temps après, un dimanche matin, descendant de mon lit, une fois assise au rebord du lit, j’ai été immobilisée, et je me voyais comme sous une cloche de verre. Yawheh m’a parlé, me disant: « Je te donne un message pour les leaders spirituels et un message pour les leaders politiques ».

Le moment est venu, main- tenant, pour que je délivre les deux messages reçus de Yawheh (Dieu) pour les deux groupes de leaders les plus dominants dans toutes les sociétés humaines, ceci dans tous les pays. J’ajouterai que les jours de beaucoup sont comptés dans notre pays.

leaders spirituels – Les leaders spirituels sont tous ceux qui s’offrent pour faire avancer l’œuvre de Dieu dans les différentes assemblées ou églises. « Tu diras aux leaders spirituels que s’ils occupent une position dans mon œuvre c’est que Je (Dieu) leur ai fait grâce de les choisir d’entre plusieurs d’après leur vœu. Qu’ils soient pasteurs, prédicateurs, diacres ou leaders de groupes de prière, de chorales, instructeurs de classes d’enseignement, d’évangélisation, ils sont tous au service de Dieu. L’un n’est plus important que l’autre ».

Dans l’évangile selon Matthieu, le chapitre 18 et le verset 1, nous lisons: « En ce moment, les disciples s’approchèrent de Jésus, et dirent : ‘ Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux’. Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux, 3) et dit : ‘Je vous le dis, en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. 4) C’est pourquoi quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux’».

Dieu dit aux pasteurs de ne pas se croire au-dessus des autres membres de l’assemblée. Dieu dit aux leaders spirituels que vous êtes à vos postes pour son service, comme étant des bergers pour instruire le peuple et le conduire dans la voie indiquée dans la parole du Maître. Ne vous mesurez pas en termes de rang avec les autres serviteurs de l’assemblée.

Quand vous parlez de l’assemblée de Dieu en disant “mon église”, vous péchez. Car l’église ne vous appartient pas. Jésus est venu implanter sur terre cette institution devant servir de lieu de regroupement pour l’enseignement des principes divins aux humains que Dieu a créés. De plus, Dieu demande aux leaders spirituels de se sanctifier, d’arrêter de pêcher dans son assemblée. Il y a des leaders spirituels qui utilisent les dîmes et offrandes pour répondre à leurs besoins personnels, comme s’il s’agissait de leurs biens privés. Dieu leur dit que l’argent de l’assemblée doit être utilisé uniquement pour répondre aux besoins collectifs du groupe, pour remplir les obligations citoyennes, subvenir aux besoins de ceux qui sont dans le besoin, et à l’avancement de son œuvre avec le consentement de l’assemblée.

Les bergers, pasteurs, prédicateurs ou tout autre officier de l’assemblée ont droit à un salaire préalablement fixé par le comité qui gère les affaires du groupe. Jésus en a donné l’exemple dans le fonctionnement de son groupe: les douze disciples, plus Joshua. Judas était le comptable et tenait la bourse. Pierre payait les impôts.

Dieu fait dire aux leaders spirituels qu’ils doivent mener une vie propre et sanctifiée au sein de l’assemblée, aussi bien qu’en dehors dans le monde extérieur. Ils ne doivent pas pratiquer ni l’adultère, ni la fornication, ni l’homosexualité. Ils doivent respect à leurs foyers, aux membres de l’assemblée et à la société en général. Matthieu chapitre 18, les versets 5 à 9 : « Malheur à l’homme par qui le scandale arrive ».

Dieu dit qu’il y a des leaders spirituels qui participent à des cérémonies sataniques, à la sorcellerie, à des activités pornographiques. D’autres sont des satanistes, des francs-maçons, qui participent dans l’escroquerie, dans le vol des biens d’autrui. Dieu avertit, que compte leur sera demandé et que toute ignominie sera sévèrement punie. Chers leaders, vous devez cultiver les fruits de l’esprit. Leaders spirituels, si vous êtes coupables de péchés, tels mentionnés ci- dessus ou autres, Dieu, dans son amour, vous donne encore la chance de vous repentir et de vous détourner de vos mauvaises voies. Tournez-vous vers Dieu, repentez-vous, et ne péchez plus. Votre père céleste vous pardonnera, et vous vous réconcilierez avec Yawheh, Jeshua et le Saint Esprit, avec qui vous vous êtes engagés le jour de votre ordination.


Message aux leaders politiques Dieu dit aux leaders politiques que s’ils occupent une position dans les affaires de l’État dans leur pays, Haïti, Je (Dieu) les ai laissés accéder à cette position. Je (Dieu) leur ai fait cette faveur afin de prendre soin du peuple. Quel que soit le poste qu’ils occupent, ils ne doivent pas se comporter comme les maîtres d’Haïti, comme s’ils ont droit de dictat en ce qui a trait au peuple haïtien. Dieu dit aux leaders politiques que le pays haïtien ne leur appartient pas, c’est le pays de tous les Haïtiens.

Il (Dieu) ne leur laisse pas occuper des positions pour s’enrichir aux dépens du peuple. Ils sont rémunérés pour leur travail et c’est tout. Dieu les a favorablement permis d’accéder aux postes qu’ils voulaient occuper pour organiser le pays. Ainsi, les citoyens jouiront-ils d’une vie agréable et prospère, dans une atmosphère organisée, sécuritaire et paisible pour multiplier et faire croître la nation haïtienne.

Dieu dit aux leaders politiques haïtiens d’arrêter de commettre des crimes, d’arrêter d’offrir des sacrifices humains ou d’animaux, des sacrifices de sang pour assurer leurs succès au pouvoir. Ā chaque fois qu’un leader politique agit ainsi il attire la malédiction sur lui, sa famille et sur le pays. Il donne droit aux esprits sataniques de déstabiliser le pays, ce qui a un effet destructeur sur l’esprit du peuple et le développement du pays.

Quand un peuple est tourmenté, il ne saurait être productif, il ne sait où donner de la tête. Le sang de chaque sacrifié crie vers lui, Dieu, comme ce fut pour le sang innocent d’Abel, criant vers Dieu après que son frère Caïen l’ait tué. C’est très grave quand on sacrifie des innocents ou que l’on cause leur mort prématurée.

Après avoir commis cet acte odieux, Caïen était devenu comme fou et parcourait le dé- sert. Il laissa un héritage instable dans la vie de ses descendants. Son fils Nimrod est devenu le roi cruel qui construisit la tour de Babel. Il maltraita le peuple et avait voulu que la Tour touchât le ciel. Dieu mit fin à sa folie en jetant la confusion parmi les ouvriers qui construisaient la tour de Babel. Un matin ils se mirent à parler des langues différentes, ils ne se comprenaient plus. La population se regroupa d’après les langues qu’ils comprenaient et partirent chaque groupe dans une direction différente sur la surface de la Terre.

Dieu ne donne pas le pays comme propriété privée à aucun leader politique ou à tel citoyen haïtien. Haïti ne leur appartient pas; et le peuple n’est pas non plus leur propriété. Dieu dit aux leaders politiques qu’ils n’ont pas droit de vie ou de mort sur le peuple. Où étaient-ils quand il (Dieu) fondait la nation haïtienne ?

Leaders politiques, i vous n’avez pas le droit de négocier quoi que ce soit qui relève de la République d’Haïti sans l’approbation du peuple, seul maître du pays, après Yawheh. Dieu demande aux leaders politiques de combien de temps est la durée de la vie d’un homme ou d’une femme sur terre ? Le pouvoir dont vous jouissez, ou le mon- tant des richesses monétaires accumulées dans vos comptes bancaires aux dépens de la nation haïtienne que vous exploitez vous vaudront-ils la vie éternelle sur terre?

Yawheh, le Dieu de la création, est en colère contre vous, leaders politiques. Yahweh vous ordonne d’arrêter de répandre le sang innocent sur le sol d’Haïti. Vous attirez ainsi toutes sortes de malédictions, non seulement sur vous, mais sur le pays. Les citoyens innocents risquent d’être victimes de votre incrédulité et de votre avarice.

Repentez-vous, leaders politiques de la République d’Haïti. Yawheh est prêt à vous entendre et à vous pardonner, si vous vous repentez, par amour pour le peuple haïtien en souffrance depuis 527 ans, vingt-et-une (21) générations. Les Haïtiens sont maintenant éparpillés à travers les autres nations, ne pouvant plus supporter les affres de la misère et de la vie abjecte qui leur est imposée par les dirigeants de leur propre nation.

Au mois d’octobre 2009, au cours d’une période de prière et de jeûne, Yawheh m’a dit : «Va annoncer au peuple que le pays sera frappé bientôt d’une catastrophe. Beaucoup de personnes périront. Le peuple doit se repentir du péché de l’idolâtrie, des crimes, de la méchanceté. Si ceux qui se repentent meurent, ils seront sauvés ».

J’ai répondu : « Comment pourrai-je le dire au peuple ? On ne me croira pas ».

« Va sur les médias faire l’annonce »

J’ai répondu : « Oh non, je ne veux pas paraître dans les médias pour annoncer une telle nouvelle, le peuple ne croira pas, il a le cou raide ». J’ai résisté. Dieu envoya un de ses serviteurs vers moi pour me dire que « Yawheh vous a donné un message pour le peuple haïtien, et vous ne l’avez pas transmis ». J’ai avoué ma désobéissance à Dieu. Je lui ai suggéré un jeûne de trois jours pour demander confirmation à Dieu. Il nous confirma Son message avec précision, décrivant la chaîne de télévision sur laquelle je devais donner le message. Je m’y suis rendue et le propriétaire me fit enregistrer deux messages qu’il diffusa sur sa chaîne de télévision. Des spectateurs lui demandèrent d’où avait-il trouvé cette messagère de mauvais augure à laquelle il donnait accès à ses micros ?

Le 12 janvier 2010, en allant prendre ma voiture pour me rendre à Port-au-Prince, j’ai ressenti comme un vertige. Je me suis arrêtée pour prier. Notre première destination était le Palais de Justice pour y rencontrer quelqu’un. Après notre dialogue, il s’est levé brusquement et dit : « Partons d’ici immédiatement. Je dois m’en aller je ne veux pas vous laisser ici ».

Je suis sortie avec lui. J’ai rencontré quelqu’un qui m’a demandé de le déposer du côté de l’aéroport. Ce que j’ai fait, avant de me diriger vers l’autoroute de Delmas pour me rendre à Bourdon via Delmas 60. J’ai demandé au chauffeur de me conduire à Caribbean Market. Juste avant d’atteindre l’intersection de Delmas 60, la voix de Dieu m’a dit de façon audible : « Va à Bourdon d’abord ! »

Immédiatement j’ai dit au chauffeur de se diriger vers Bourdon. Après deux minutes, pénétrant l’aire de stationnement du bureau où je me rendais, au moment où j’ai mis pied à terre, le toit sur lequel on garait la voiture est sursauté, lançant la voiture et nous dans l’air. Le chauffeur, pris de panique, je lui ai dit de faire marche arrière en direction la route de Bourdon. Les gens de la rue poussaient des cris : “Le Palais de Justice a effondré à plat!” Un autre groupe de ré- pondre : « Caribbean Market s’est effondré à plat ! ».

Alors, j’ai dit au chauffeur : “Remontons vers Pétion-Ville. Chose bizarre, je vois l’asphalte de la route de Bourdon se séparer en deux. Et quel- qu’un nous dit que la route est bloquée par un véhicule accidenté, dont un passager mort. Il s’agit de la route par laquelle je venais de passer en voiture quelques minutes plus tôt. Yawheh m’a épargné la mort trois fois ce 12 janvier 2010 pour qu’aujourd’hui je puisse encore délivrer ses messages. La sensation de vertige que j’avais ressentie le matin était un avertissement que je n’avais pas compris.

Depuis 2009, Yawheh m’a communiqué d’autres messages et m’a montré des événements terribles pour la République d’Haïti. Il y a maintenant une accélération des signes, non seulement de mon côté, mais de plusieurs autres concitoyens vivant en Haïti et dans différents endroits hors du pays. Au cours de ces deux dernières semaines, Yawheh m’a envoyé faire une étude des neuf derniers livres de l’Ancien Testament. Si j’en ai la possibilité et s’il n’est pas trop tard, je partagerai ces informations avec les concitoyens.

Il s’agit aujourd’hui d’un message d’une dimension différente : « Aux grands maux, les grands remèdes ! » L’explication de cette locution est la suivante: “Lorsque la situation l’exige, il faut savoir prendre les mesures nécessaires ». Ne soyez pas orgueilleux. Je ne peux me permettre de ne pas partager les messages de Dieu. Je ne peux me comporter comme Jonas. En voici la raison :

En novembre 2009, au cours d’une rencontre avec un collaborateur j’ai eu la poussée d’interrompre notre dialogue pour placer un appel téléphonique à quelqu’un qui n’avait rien à voir avec l’activité autour de laquelle se déroulait notre conversation. Je me suis excusée pour composer le numéro sans me déplacer, et aussi sans demander à l’interlocuteur de se déplacer.

Le téléphone à l’autre bout du fil ne sonna pas. Mais j’ai entendu un clic et la voix de Yawheh m’a parlé en ces termes: « Je suis fâché contre le peuple haïtien, je suis en colère contre le peuple haïtien, parce que les gens commettent trop de crimes. Ils sacrifient des enfants innocents. Ils versent le sang d’adultes innocents. Ils commettent des crimes odieux. Je vais détruire des zones entières. Je suis fâché contre les dirigeants qui commettent des crimes odieux. Je suis en colère ».

L’interlocuteur en question est vivant et peut me servir de témoin, car il a écouté le mes- sage de vive voix, car j’avais activé le speaker de mon téléphone. Un message audible avec témoin a été communiqué et doit être transmis. La situation sociopolitique, économique, morale et spirituelle actuelle de la République d’Haïti prend une direction effrayante, jamais connue. Je vais maintenant transmettre les messages publiquement, tels que reçu de Yawheh, au chef de l’État et à la nation haïtienne.

Yawheh demande la repentance de la part des dirigeants et de la nation haïtienne, du Président, du Premier Ministre. Le pays subira les conséquences de la colère de Dieu, si nous ne nous repentons des crimes de sang qui couvrent le pays, de l’adoration des idoles et des crimes contre les innocents qui ont perdu leurs vies, aussi bien que des animaux sacrifiés.

Yawheh ne se fâche pas facilement. Nous L’irritons par notre désobéissance face à ses directives qu’Il a pris le soin de mettre à notre portée, à travers la Bible. Il avait fait cette même demande à feu le Président René Préval. Après trois refus de me permettre de lui passer le message, je me suis abstenue.

Quand Dieu se fâcha contre les dérives de Ninive, Il envoya le prophète Jonas apporter un message de repentance aux habitants de ladite grande ville. Il tendit une main miséricordieuse avant de manifester sa colère. Le roi, ayant pris conscience de la gravité de la situation, en dirigeant responsable, il invita la ville entière, même les animaux, les femmes qui allaitaient, à s’engager dans un jeûne de trois(3) jours pour implorer le pardon de Dieu et lui demander de leur faire grâce et de ne pas détruire Ninive. Dieu exauça leurs prières. Les dirigeants et le peuple mirent de l’ordre dans leur pays, tel que promis à Dieu, et Ninive fut épargnée.

Le chef de l’État haïtien, les membres du gouvernement, les leaders politiques se doivent de suivre l’exemple des habitants de Ninive. Le président, chef de l’État, doit ordonner un jeûne national de repentance de trois (3) jours de la nation et implorer la miséricorde de Dieu envers le pays et le peuple. Si la multiplication des cruautés les plus impies ne cesse, si le pays continue sur la voie des atrocités et de l’insécurité physique que subit la nation présentement, les conséquences seront lamentables. Sans la bonne volonté des responsables pour freiner cette descente en enfer, Dieu interviendra lui-même, et ce sera catastrophique. Le pays fera face à de nombreuses pertes de vies humaines et de destruction. Actuellement, le peuple vivote, il ne vit plus. Je tiens à souligner à votre attention les citations bibliques suivantes :

Hébreux chapitre 3, les versets 7 et 8: “C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint-Esprit, aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, le jour de la tentation dans le désert, où vos pères me tentèrent. . . .”

2Chroniques chapitre 7, les versets 14 à 16: « Si mon peuple sur qui est invoqué mon non s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai du haut des cieux. Je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. 15) Mes yeux seront ouverts, et mes oreilles seront attentives à la prière faite en ce lieu. 16) Maintenant, je choisis et je sanctifie cette maison pour que mon nom y réside à jamais, et J’aurai toujours là mes yeux et mon cœur ».

Prophéties relatives à la République d’Haïti. Les livres des prophètes Amos, les chapitres 1 à 9; Abdias, chapitre 1; Michée, les chapitres 1 à 7; Nahum, les chapitres 1 à 3; Habacuc, les chapitres 1 à 3; Sophonie, les chapitres 1 à 3; Aggée, les chapitres 1 et 2; Zacharie, les chapitres 1 à 14; Malachie, les chapitres 1 à 14; le livre de Jonas, les chapitres 1 à 3. Marie-Pologne Jacques Servante de Dieu (Yahwheh) 13 mai 2019


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur No. 20, édition du 15 mai 2019 et se trouve en P.4, 12, 13 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2019/05/H-O-15-mai-2019.pdf