NOUVELLES BRÈVES par Pierre Quiroule II

print
NOUVELLES BRÈVES par Pierre Quiroule II

  • Farah Louis Elue Au District 45 De Brooklyn Pour Le Conseil Municipal De New York

FLASH ! FLASH ! Farah Louis, l’Américano-Haïtienne, a gagné, hier, mardi, 14 mai, à l’élection spéciale au District 45 de Brooklyn, pour terminer le mandat de son patron Jumaane Williams qui, pourtant, ne l’avait pas endossée.

Basé sur un comptage du vote dans 99 % des bureaux qui avaient terminé la dépouille vers 10 heures hier soir, elle était à la tête du peloton avec 41,8 % du suffrage, soit 3 861 bulletins en sa faveur, devançant Monique Chandler-Waterman qui enregistrait 30 %, soit 2 ,790 bulletins. La troisième candidate, Jovia Radix, n’avait recueilli que 9,1 % du scrutin, soit 849 bulletins. Aucune information au sujet des cinq autres candidats qui étaient dans la course, et pour cause.

C’est vraiment une grande victoire pour Farah Louis, qui n’avait pas été endossé par son patron, Jumaane Williams, bien qu’elle ait travaillé avec lui durant ces dernières cinq années, ayant été assistante-cheffe du personnel et directrice du Budget, celle qui faisait tout en l’absence du patron. Ce dernier avait opté pour jeter son dévolu sur Mo- nique Chandler-Waterman.

À noter que Rodneyse Bichotte, élue à l’Assemblée de l’État de New York, avait mené une campagne tous azimuts en faveur de Farah Louis. Ainsi que Gérard Cadet, du syndicat 1199 des travailleurs de la santé. Les femmes haïtiano-américaines avaient juré de tout faire ― et de fait ont mis tout leur poids dans la balance — pour assurer le triomphe de leur sœur.

Nous noterons aussi que le journal Haitian Times ainsi qu’Haïti-Observateur, avaient chaudement endossé Farah Louis, qualifiée au possible, beaucoup plus que ses rivaux et rivales.

Brava Farah Louis qui, lors d’une entrevue à HO, avait dit : « Je ne saurais dire du mal de mes rivaux, car j’aurai à travailler avec eux ainsi qu’avec tout le monde dans le district, si je suis gagnante ». Telle fut sa réaction quand on l’attaquait de toutes parts. Comme on dit en créole « Se sou mango mi yo voye wòch ». Elle était vraiment la mieux préparée à assumer la tâche et les votants l’ont bien compris.


*Port-au-Prince était en ébullition, hier après-midi, suite au branle-bas au Sénat quand le sénateur Joseph Lambert a physiquement agressé son collègue du Sud-Est, le sénateur Ricard Pierre. Ce dernier se disant constitutionnaliste dans l’âme, s’oppose à la candidature de Jean-Michel Lapin, un dauphin du sénateur Lambert. Une séance dimanche ayant été renvoyée, très tard, ce jour-là, ou très tôt lundi aux petites heures du matin, le président Carl Murat Cantave a voulu reprendre la séance mardi. Rien n’y fit pour les quelques sénateurs de l’opposition. Toujours le vacarme. Et on en est venu aux mains. Mais toujours pas de Lapin comme Premier ministre.

Ayant appris ce qui s’est passé au Sénat où le sénateur Lambert s’est fait boxeur, le peuple s’apprêtait à investir le Sénat quand le président du Grand Corps a vite fait de renvoyer la séance. Aux dernières nouvelles, hier soir, le peuple souverain se dirigeait vers la demeure, à Delmas 40, du sénateur Lambert, jurant de lui faire la leçon. On connaîtra la suite d’ici la semaine prochaine. Que Dieu nous protège de nos législateurs ! Pierre Quiroule II 15 mai 2019


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur No. 20, édition du 15 mai 2019 et se trouve en P.16 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2019/05/H-O-15-mai-2019.pdf