Le président Trump s’en prend à un juge qui a décidé contre lui

print

NOUVELLES BRÈVES

Le président Trump s’en prend à un juge qui a décidé contre lui dans ses différends avec le Congrès concernant ses finances Par Pierre Quiroule II

Le torchon brûle à Washington, suite à une décision d’un juge qui déplait au président. Comme toujours, il se croit au-dessus de la justice.

En effet, le lundi, 20 mai courant, le juge Amit P. Mehta, du District de Columbia (Washinton, D.C.) a maintenu que la firme comptable qui s’occupe des finances du président américain doit obtempérer et remettre au Comité du Congrès les documents traitant des finances du chef de l’État, tel que requis, affirmant que les législateurs doivent exercer leur pouvoir de contrôle, selon les vœux de la Constitution et de la loi. Ainsi, le président perd-il une première manche dans un conflit l’opposant aux démocrates qui détiennent le contrôle de la Chambre basse.

Le président Trump a tempêté le jour même, allant jusqu’à dire que le juge Mechta est «fou», selon le Washington Post, lundi soir dans son édition en ligne. Il avance aussi qu’il ira en appel, car «Nous pensons qu’il s’agit d’une décision totalement faussée, de toute évidence l’œuvre d’un juge nommé par Oba ma». Donc, les juges ne peuvent être impartiaux. Bientôt, on en tendra aussi qu’avec un nom pareil –Admit Mechta ―, il n’est pas Américain, comme le candidat Trump avait dit en ce qui concerne un juge américain d’origine mexicaine.

Les avocats du président avaient fait objection aux demandes des Congresmen, arguant que les demandes faites à la firme comptable Mazars USA représentaient une expédition sans limites et n’avaient aucune légitimité. Pourtant, le juge se dit «tombé des nues », ne comprenant pas comment raisonnent ces gens qui, «face à la Constitution qui autorise le Congrès même à destituer un président pour des raisons comprenant une attitude criminelle, nieraient au Congrès le droit de mener enquête sur une conduite illégale ― dans le passé ainsi qu’au présent — même sans entamer formellement une mise en accusation ».


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur N0. 21, édition du 22 mai 2019 et se trouve en P. 16 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2019/05/H-O-22-mai-2019.pdf