Il y a urgence ! Jovenel Moïse ne peut continuer le reste de son mandat.

print

ÉDITORIAL

  • Il y a urgence ! Jovenel Moïse ne peut continuer le reste de son mandat.

Cela fait déjà quelque temps qu’ici, à Haïti-Observateur, nous exhortions le peuple haïtien à faire le geste ultime pour chasser Jovenel Moïse du Palais national. Une position extrémiste, pour certains, anticonstitutionnelle pour d’autres, franchement partisane pour ceux qui souhaitent maintenir le statu quo. Suite aux événements de cette dernière semaine, on se demande qui pourra tolérer Nèg Bannann nan à la tête des destinés du pays pour encore quelques heures. Car la situation du pays est arrivée au point où elle de vient insupportable.

Le tweet émis, le lundi 27 mai 2019, par le Dr Réginald Boulos, homme d’affaires jadis proche du président de la République, qui s’est totalement désolidarisé de lui, est annonciateur de l’humeur du pays. C’est franchement le cri d’alarme. «Haïti n’est même plus en mode autopilote telle qu’elle a été les 20 dernières années, écrit-il. L’avion est en chute libre avec tous les passagers à bord. Classe première et économique. Il y a danger. Il faut changer de pilote, et le mode de pilotage et le plan de vol. Urgent ».

Après tout ce qu’on ne cesse de répéter, par rapport aux dérives de M. Moïse ayant engendré des crises à rebondissements, l’insécurité galopante, la dégradation de la vie des citoyens et la dégringolade de la gourde, aujourd’hui échangée au taux de 95 pour un dollar, le pays est parvenu à son seuil de tolérance. Le bilan des dernières conséquences de la male gouvernance de Jovenel Moïse semble mettre quasiment tous les citoyens sur pied de guerre contre lui.

En effet, au cours d’une même semaine, immédiatement après l’énoncé du discours du président, à l’occasion de la commémoration de la création du Bilocore haïtien, le 18 mai, les citoyens se rendent compte que Moïse et son équipe ne font rien pour maîtriser les criminels, alliés du pouvoir, ou pour résoudre les crises qui hantent la nation. Les kidnappings, les braquages, les assassinats, les vols et les viols se sont multipliés, comme s’ils étaient déclenchés sur un signal donné.

On apprenait que des collégiennes étaient violées à Port-au-Prince, alors qu’elles laissaient l’université qu’elles fréquentent pour rentrer chez elles. Presque en même temps a été annoncé le décès d’Alix Gaillard, professeur de construction civile de la quatrième année de génie civil de la Faculté des Sciences, après avoir effectué une transaction bancaire. Au cours de la même semaine, deux inspecteurs de Police sont tombés sous les balles assassines de gens non identifiés. Il s’agit d’Alix Jean René affecté au département de la Grand’Anse, et de Dominique Jacques, qui était cantonné à Pétion-Ville. Comme pour signaler que l’insécurité est bien à l’échelle nationale.

En même temps, s’est révélé le rôle joué par l’Armée vietnamienne dénoncée comme étant à l’origine des armes hybrides trouvées en possession des barons du PHTK et des gangs armés qui sèment la mort et le deuil au sein des familles. On affirme, de surcroit, que l’ex-président Michel Martelly serait à l’origine de l’accord passé avec les Vietnamiens aux termes duquel des membres de cette Armée, en accord avec le gouvernement Moïse, viennent séjourner en Haïti, sous couvert de techniciens de la compagnie de téléphone Natcom, ci-devant Téléco, détentrice de 61% des actions de celle-ci, aux fins d’entraîner des Haïtiens dans la technique de modification d’armes. De telle sorte qu’il devient impossible d’identifier les armes utilisées dans la commission de certains crimes.

Cette dernière information est d’autant plus alarmante qu’a été dénoncé, la semaine précédente, le rôle joué par cette même Armée vietnamienne, dans la fourniture de munitions aux gangs armés, une opération menée par des personnalités proches du président haïtien, dont la responsabilité consiste à dédouaner tranquillement les caisses de munitions destinées aux gangs proches du gouvernement.

La série noire, qui caractérise cette dernière semaine, a rivalisé avec la rubrique des scandales, sur tout de la corruption constatée par la Commission éthique et anticorruption du Sénat. L’enquête menée par celle-ci sur le contrat octroyé à la firme allemande Dermalog a conclu à une opération illégale orchestrée par le gouvernement. D’où sa recommandation que l’«action judiciaire soit mise en mouvement» contre des hautes autorités de l’État, notamment, le président et la première dame ainsi que le directeur général de l’Office national d’identification (ONI), en sus d’autres membres de l’administration ayant participé au processus d’attribution du contrat à la compagnie allemande.

Dans leur analyse du dossier, les sénateurs enquêteurs ont découvert que Martine Moïse, la première da me, avait effectivement effectué le voyage à Cannes, en France, avec le directeur général de l’ONI et la délégation qui avait accompagné ce der nier. Non seulement Mme Moïse a participé aux négociations ayant porté sur le choix de Dermalog, elle avait pris, sans aucune qualité légale et constitutionnelle, la décision d’octroyer ledit contrat à cette dernière. Sans tenir compte de l’exigence lé gale relative à la passation du marché public. Appuyée par son mari, le président de la République, Martine Moïse a pris la responsabilité de faire le choix de la compagnie allemande pour exécuter le projet d’émission des cartes de citoyenneté, moyennant une ristourne sous le boisseau.

La Commission éthique et anticorruption du Sénat ne s’est pas penchée sur d’autres dossiers relatifs à la corruption qui ont été dénoncés également, au cours de cette dernière semaine. Il s’agit de l’affaire des kits scolaires, un autre créneau que s’offrent les résidents du Palais national pour grossir leurs comptes en banque.

En effet, par le biais des kits scolaires, alimentaires, sanitaires, humanitaires, de Noël et autres, la présidence réalise des millions avec la complicité de leurs amis dans le secteur des affaires. Selon les dernières informations disponibles, la famille présidentielle, dans le cadre de son programme humanitaire, fait décaisser des millions de dollars de la caisse publique pour payer les kits, qui sont vendus à plus de sept fois le prix qu’ils coûtent sur le marché.

Autre scandale financier dénoncé : Jovenel Moïse, l’ex-président Michel Martelly, l’ancien Premier ministre Laurent Lamothe et le fils aîné de Martelly, Olivier, ont placé au total USD 1,21 milliard $ dans des paradis fiscaux, savoir des institutions bancaires, où l’argent qu’ils ont volé au peuple haïtien est à l’abri d’impôts. Les révélations faites sur ces placements ont indiqué que Moïse possède USD 257 millions $, Martelly, USD 331 $ et Lamothe, USD 450 millions $ en résidence à FBS Banking, sous la rubrique VIP, c’est-à-dire bénéficiaires d’immunité fiscale. Tandis que le magot d’Olivier est placé dans un autre paradis fis cal non encore identifié de la Caraïbe. Ce qui représente à peu près le quart du fonds PetroCaribe, soit USD 4,2 milliards $ volé et/ou dé tourné par les dirigeants, entre 2008 et 2016.

Dans la mesure où les fonds volés à Haïti par les Duvalier se chiffrent réellement à USD 900 millions $, il faut admettre qu’il a fallu 29 ans à la famille de François Duvalier pour ramasser une telle fortune, qui a disparu avec Jean-Claude Duvalier et Michèle Bennett Duvalier en 1986.

La toute dernière nouvelle relative à la situation financière du pays, au début de cette semaine, fait état d’un nouveau recul de la monnaie nationale face au billet vert. Dans une affiche exhibée sur WhatsApp, lundi 27 mai, on pouvait lire : «95 gourdes pour 1 dollar». À ce rythme, la décote de la gourde continuera de s’accélérer avec Jovenel Moïse au pouvoir. Cela vaudra autant pour tous les autres indices caractéristiques de l’incapacité de ce dernier à diriger le pays. Au train où l’on va, la gourde risque de passer à 200 gourdes pour un dollar, si Nèg Bannann nan est maintenu jusqu’à la fin légale de son mandat.

Dans de telles conditions, peuple haïtien, votre jeu !


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 29 mai 2019 No.22, et se trouve en P.10 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2019/05/H-O-29-mai-2019.pdf