FMI UN AGENDA LAGARDE

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ Par Dan Albertini

  • FMI UN AGENDA LAGARDE
  • Entre (). A la lueur des scandales Assange-Snowden, les Leaks sont devenus l’unité de mesure en matière de révélation de secrets bien gardés chez l’oncle. Si c’était en quelque sorte à ses dépens, il n’y a pas été de main morte sur l’autre rail parallèle. C’est-à-dire les scandales dits : UBS-Crédit Suisse. En effet, faute de preuves, je ne saurais m’y aventurer, mais, par la force de l’observatoire, je précisais des éléments à venir en rapport au secret bancaire suisse découvert par l’oncle (la série : Le crédit est-il faux monnayeur, sur Réseau HEM Canada). Ces révélations m’avaient poussé à aiguiller vers un troisième rail. Qui est américain, comment et pourquoi ? Si l’UBS était une source d’évasion, qui étaient donc ces Américains aux multiples fanions, en matière d’infiltration ? Il y aurait eu abus en matière d’allocations familiales récoltées sur deux rives. Une autre forme, non pas d’évasion mais de pertes par escroquerie. Plus loin, les Leaks involontaires de l’AAS sur la naturalisation en seraient peut-être un laps. La traçabilité du défunt pasteur adventiste haïtien (Prosper N.B.), a remué de la poussière. Comment découvrir les agendas ? Des Américains occupent-ils des positions dédiées exclusivement aux Haïtiens ? Lecture, la American Ancestry Society. Fin de (). 

Lagarde la Française

D’abord, si le FN formait l’exécutif en France, Lagarde serait-elle du FMI ? L’interrogation n’est si absurde puisque Sarkozy n’annonce Hollande au moment de la nomination Lagarde.

Lagarde est un agenda au FMI comme elle a le sien aussi. Cependant, le baromètre français démontre clairement l’influence grandissante du FN. Nous devons donc savoir dans un monde à scandale où les impairs se livrent une guerre souterraine. Il y eut les nazis… . N’oublions Le Pen, car, sans Le Pen, le FN serait plus agressif, c’est là mon avis. Mais, Le Pen installée, elle aurait un autre agenda. Je présume le même agenda arrogant Sarkozy-Strauss Khann.

Guéguerre. Lagarde pour toute sorte de raison, ne saurait donc ignorer cette influence grandissante. La France non plus, surtout quand l’Oncle poursuit BNP Parisbas.

En effet, après la crise UBS et celle en cours, Crédit Suisse, c’est PNB Parisbas qui secoue les amis transatlantiques. Vieille formule, vieille interrogation : puis demain ? Il y a encore plus.

Au même moment, l’aspirant UMP qui était aux commandes dépose le bilan pour cause de factures malhonnêtes (Bygmalion-Copé) dans une France qui plus tard aurait avec ce monsieur, prétendu détenir le temple de la vertu. Mais aujourd’hui avec Hollande ? Si ce sont des alliés pour l’Amérique, parlera-t-on du pareil au même, si ce sont des sources d’inspiration, alors ce sera : quelle école ! Pour l’Afrique. Pour le Québec face à la Chine où s’est égaré JFLT du quotidien montréalais Le Devoir.

Coup d’oeil, quand Jean-Frédérique Légaré-Tremblay joue à l’ignare : «TIANANMEN, 25 ANS APRÈS», «La Chine, empire de l’oubli». En conclusion, et malgré les inégalités croissantes (l’Assemblée nationale populaire compte plus de milliardaires que le Congrès américain !), les Chinois sont, dans l’ensemble, plutôt satisfaits de leur sort, renchérit André Laliberté. Autant dire que depuis 25 ans, la puissance chinoise n’a jamais été plus éloignée d’un second «Tiananmen». http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/409704/tienanmen-25-ans 

Fera-t-il tout simplement la même analyse biaisée pour publier sur un peuple canadien ou celui du Québec, une fédération de l’oubli après les Enfants de Duplessis par exemple ?

Quand Harper est carrément un dictateur qui tente d’effacer la presse, quand les enfants du bruyant ministre Chevrette étudiaient à Oxford au moment où Marois nous imposait à l’éducation : Français-français, contre Anglais-anglais.

Le problème de confiance. La notion est évacuée, l’Amérique ne propose plus rien que la dérive douce qui fait d’elle une nation à risque sur laquelle plus personne ne peut s’y fier. Si la Chine devient première puissance mondiale incontestable, qui et que serions-nous du jour au lendemain, dans la grille de Lagarde la Française ?

Considérons l’Afrique du Sud avant la coupe du monde de football avec des tourments artificiels qui par magie ont cessé de suite, pour se reproduire ailleurs, même contexte, au Brésil préparant une autre édition de la même coupe. Y a-t-il lieu de s’interroger sur la couleur de la main américaine dans la manufacture de ces troubles sociaux fabriqués pour être exportés vers les économies autonomes en croissance. Alors, je suis curieux de voir les résultats d’un audit sur Clinton en Haïti, dans la gestion de l’aide à la reconstruction. Le sénat de la République aura beau dire contre les politiciens haïtiens qu’il n’a démontré ni courage ni volonté, pour préparer cet audit. Cela rendrait même service à l’Amérique, avant d’écouter le président en fonction sur une éventuelle candidature Clinton aux États. http://www.liberation.fr/societe/2014/06/06/le-jour-j-en-direct-hier-et-aujourd-hui_1034305

alors, ni Lagarde ni tout autre ne saurait nier la nature de l’influence américaine au monde.

Je réitère donc, seul DSK nous révèlerait des secrets du FMI sur la peur des Américains. À l’instar de Bretton Woods la montée de l’organisation chinoise inquiète près du Potomac. Il y a fort à parier que l’agenda Lagarde au FMI comporte l’option de négocier discrètement une deuxième place pour l’Europe par les bons offices de la France, les États-Unis étant en perte d’influence maladive. La France mesquine pour ses intérêts, qui depuis transformée en 5e République arrogante, veille contre cette Amérique, au bon moment et au bon endroit. C’est ça l’agenda global Lagarde. Mais, l’un des éléments cachés de l’histoire de France, c’est ce qui provoque souvent ces changements de républiques tributaires d’un esprit de monarchie mal endormie qui fait tant de disparité dans un seul petit quadrilatère citoyen parisien. C’est-à-dire l’agenda avoué du FN. Quand ce sera, sera, l’Amérique sera étonnée de se voir à travers une pupille dilatée qui n’est la sienne. En d’autres termes, dilatée par quoi et pourquoi, mais surtout, qui déforme l’image pour ne pas la reconnaître. Volontairement. La France en ce sens n’est pas une vertu. Si l’Amérique voyait alors un monstre tandis qu’elle serait à terre !

Délirant ? Dites donc alors, pourquoi Israël s’exerce en ‘’préventions préventives’’ contre la résurgence nazi tandis que le nazi serait au passé. Y aurait-il une nature dans l’ambiance ?

Osez donc imaginer La garde d’une Le Pen chef d’État. Pour quelle Allemagne ?

Pourquoi cette analyse Lagarde la Française ? Interrogeons par exemple l’histoire d’Omar Bongo Ondimba l’Africain du Gabon pétrolier. Toute l’actualité affirme aujourd’hui encore à grand renfort d’analyse dans ce rappel posthume, comment le cancer aurait emporté ce grand diplomate qu’était le président Omar Bongo. D’autres sources africaines dressent par contre un tableau sombre de crimes et d’attitudes criminelles. Edith Lucie Bongo Ondimba fille de Denis Sassou Ngueso est morte du SIDA d’après des sources africaines, contaminée par Omar. La source précise http://congo-sphere.over-blog.com/article-29563942.html

Sassou à Bongo : «tu as tué ma fille, salaud». Autre interrogation sur la mort du président Bongo http://www.demainlenouveaucongobrazzaville.org/article-32595217.html.

Cependant, de terribles doutes surviennent encore. Des informations crédibles nous forcent à soulever le voile sur une autre possibilité savamment camouflée par la France. Bongo Omar Ondimba serait mort, et bel et bien mort du SIDA. Il aurait consciemment infecté sa deuxième femme, la fille de Sassou. Notre source ayant vécu au Gabon avec un ressortissant rencontré au Canada, a dû quitter rapidement le Gabon après le décès de son conjoint. Elle affirme sous le couvert de l’anonymat qu’une prostituée française aurait été à la source du dévoilement de cette maladie présidentielle, quand la France diplomatique aurait tenté de la livrer en pâture, en connaissance de cause, au monstre malade agonisant. Il lui aurait été fortement recommandé sous menaces, de se taire. Mais, l’affaire était sue chez les proches de la première épouse Bongo. Elle l’aurait dépouillé après la mort de son frère, un général de l’armée. Celui-ci aurait été victime d’un assassinat organisé par la gent de Bongo qui lui avait pris sa femme. Alors, que ne ferait pas cette France, pire et réellement pire, avec le FN au pouvoir et influent en Europe. D’où, Lagarde et l’Amérique. 

Et le Canada voisin. Comment sortir du guêpier de la corruption généralisée et des pots-de-vin sans tracer des exemples dissuasifs ? Quand on s’était persuadé d’une vocation : peuple pacifiste et honnête. Car, avouer ses fautes c’est admettre son incapacité à opérer selon les conventions signées. Comment alors condamner les autres, comment siéger sur des comités experts, accompagner, accueillir ? Comment nettoyer son image sans pâlir ? Comment enseigner son université pour le FMI ? Corruption. Comment dire aux Américains de ne pas torturer des citoyens déjà condamnés à être exécutés, dans un système d’erreur judiciaire, que de nos jours, les conséquences seront catastrophiques pour l’économie, pour la souveraineté.

C’est dans ce contexte qu’il faut analyser et interroger l’agenda Lagarde au FMI. Car toute action nouvelle est inscrite dans des plans quinquennaux à venir.

Comment voir Lagarde, la France et les Français ? Je cite le quotidien Libération qui cite allègrement ou, pour question d’intérêt, certains plus grivois diront par allégeance au sauveur.

Édition du 6 juin 2014, c’est l’Amérique qui parle à travers Obama, traduction du quotidien : «la tête de pont de la démocratie», parlant des plages de Normandie. L’esprit grabataire, ce sont les Français pourtant qui rechignent quand l’Haïtien se réclame des Batailles de Ravine à couleuvre, de Vertières, de Bréda, alors que l’Haïtien né a restauré le statut de l’humanité de l’homme face au génie encore sans procès, du Code noir. Comment : les enfants nés de ces deux Nations aujourd’hui, ne sont-ils pas des Français aussi ! Que seraient-ils alors sous le joug de l’esclavage sans la révolution et la libération haïtienne ? Évoquer les plages de Normandie aujourd’hui c’est évoquer même en tant qu’ignare, les leçons de 1804 apprise par la France qui s’est refusée par la suite, bien par la suite, aux nazis. Obama après six ans d’administration, a préféré se cacher lâchement derrière une image papoteuse de Martelly, pour s’y évader de ce même devoir de mémoire en Haïti.

Conclusion. Libération a curieusement choisi un montage d’images, à gauche la force grise des blindés, à droite le fond des plages dénonçant la taille de géant d’Obama aux côtés du petit François Hollande. Sans commentaire. Mais voyons, du grand frère sauveur et de son petit Napoléon. Que dit alors le FN à Lagarde, quand Le Pen rappelle ses origines à sa fille ?

dan@danalbertini.com


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 11 juin 2014, VOL XXXXIV, No. 24 et se trouve en P. 8 à :