SGPH : les Délibérations

print
DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ Par Dan Albertini

  • SGPH : LES DÉLIBÉRTIONS
  • Entre (). Les jacobins nés d’une association due au hasard de la première rencontre en ce lieu, les Girondins, les Montagnards qui se sont affrontés et la société des amis des Noirs, ont tous eu pour priorité une France dont la 5e République en lambeau chez Hollande au profil d’un Louis XVI. Les Dumas le savaient fort bien. Nous aussi. Fermons-les ().

Énoncé VI. Nous, Enfant de 1804, empressons de délibérer, car l’Esprit du Génie du Code noir respire encore à travers une pensée frugale et vicieuse. Elle se fait fantôme pour tromper en vigilance. Nous la trouvons exprimée dans le verbe de Wargny qui veut Haïti si morte, la France récupère par les biens hérités du crime contre l’humanité, contre nos standards. Récupérons et rehaussons nos standards par-devant le Parlement de la Précieuse République d’Haïti, condamnons l’esprit de l’Allemagne nazi qui avait reconfirmé le contenu du Code noir. Réclamons une nouvelle fois justice en faveur des Juifs, tels que le veut l’esprit de 1804. Prenons acte de la condamnation prononcée par la Cour Interaméricaine de Justice, contre cet esprit malsain, en république voisine. Peine exemplaire, pénalité et réparation soient associées. Conformément à la SGPH !

Monsieur le Président du Sénat de la République, nous plaidons en faveur des Haïtiens et en faveur d’Haïti dans sa forme idéale, conjointement et individuellement. Haïti de 1804 à nos jours doit rester cette Nation qui devra garantir le mot ‘’liberté’’. La République n’a pas peur des tourments, elle en a déjà vécu. La République doit garder toutes ses institutions nonobstant les adaptations relatives qui nous obligent une traversée de crise, je vous rappelle que tous les enfants de 1804 ne fréquentent pas encore l’école fondamentale, tel que prescrit par la charte fondamentale. Nous sommes déjà dans la gestion constitutionnelle et nous ne devons perdre de vue l’objectif de la SGRH. Car, crise s’il y en a, elle vient de l’impunité de ce génie du Code noir qui n’a encore eu son procès. Le pays doit se réveiller à la prochaine session parlementaire avec toutes les composantes, y compris la présidence en fonction. Nommez les magistrats ou retenez les magistrats qui complèteront le Grand tribunal de l’histoire que constituera le Parlement. Dites-vous bien que le défaut est de préférence l’argent de l’étranger qui est dans nos portes, c’est en fait céder un pan de souveraineté qui nous obligera lors de ce procès réclamé en faveur des enfants de 1804. Nos délibérations sont historiques et actuelles.

C’est ainsi que nous réclamons une citation à comparaître contre : Lyle ou ses représentants. La religion Catholique inscrite dans le Code noir comme garante des édits du Roi, qui est encore présente en Haïti même et continue à assassiner la pensée de 1804 dans des exorcistes dits spirituels, en l’accusant d’être démoniaque (voir Jules Campion, prêtre) quand c’est celle-ci qui a conseillé et a cautionné cette déshumanisation globale des Noirs au profit du Clergé. Ce que nous avons déjà traité dans la Bonne Croix, la Mauvaise Bannière. Élaborons !

Christophe Wargny dit qu’Haïti n’existe pas

En P.15.a «Libérée en 1804, la fille non désirée de la Révolution française est donc inscrite sur les tablettes. Reconnue en Droit. Inconnue en fait» «Qui se vanterait d’un enfant pareil»

R.a Wargny oublie de dire «mouton noir» chez les assassins. Mieux, quand cedit enfant serait un remède révolutionnaire.

Pathogène, quel cancer colonialiste pour en désirer remède. 2004 n’était un accident, mais un crime concerté contre l’esprit de cette révolution, ne regardons pas l’individu JBA.

P.14.a «La foi crée des miracles, mais Jésus Christ reste blanc, n’en déplaise aux peintres naïfs haïtiens».

R.a Wargny connaît bien et si bien Dieu des Catholiques, qu’il lui impute une couleur de l’épiderme exclusive. Raciste.

P.14.b «Jean Paul II en personne honore de sa présence, de son prêche… qui conduit avec l’évangélisation des Amériques».

R.a-b Ironie du sort, la foi crée des miracles en effet, elle a permis à des assassins génocidaires d’être vus en saint ; quel miracle ! La couleur (blanche) n’est pas une vertu de la race humaine, mais une nuance épidermique qui ne répond qu’à ce que Dr Aroll Exama Ph.D explique dans ses ouvrages sur Darwin et sur l’Erreur de Socrate. Et, sur la nature de l’ADN du génome humain. C’est dans le Code noir qu’on y porte une intelligence bêtement.

P.11.a «Haïti n’existe pas. En choisissant de façon provocatrice le titre de l’ouvrage….. Je suis venu à me demander si le pays existait».

R.a Haïti existe et au grand dame de ceux qui aujourd’hui, dans un conseil de sécurité (UN) se comportent en prédateur comme ceux de leurs ancêtres coloniaux esclavagistes. Objectif : mettre en échec. Nonobstant leur appartenance clanique locale, ils se font UN pour se réaliser. Voir Bill Clinton dans My Life, P.1 «de grande affection pour Ronald Reagan». Wargny pour modifier l’histoire d’Haïti a à cet effet, intégré la barque d’Aristide pour démontrer le néant, objectif néocolonialiste. Ce qui ne doit nous arriver en janvier 2012.

Il est donc banal de lire la note de presse du 14 février 2014, de l’expert indépendant des UN, Gustavo Galon réagissant à la décision de la Cour d’appel haïtienne de commander des investigations supplémentaires dans les charges retenues contre Duvalier, à savoir pour crime contre l’humanité, en plus de ceux financiers déjà en cours. Monsieur le Président du Sénat de la République, où le génie du Code noir est-il hébergé aujourd’hui quand on observe ce qui se passe sous le couvert d’un pseudo profilage racial chez l’ami Sam ? Haïti a des devoirs qui réclament plus qu’une élection. Il vous faut trouver un mécanisme supérieur à une simple assemblée de sages arrogants. Parlez-en au Président de la République.

Je me permets pour terminer. Imaginons dans une autre sphère, le travail de l’immortel. Il doit ressusciter, livrer et rétablir.

Ressusciter de Napoléon à Louis XIV pour faire juger le Code noir et le crime de l’esclavage. De Duvalier à Duvalier pour faire juger l’impunité. Livrer le Château de Joux, c’est à dire y élire domicile historique. Rétablir nos standards à l’Académie française où sont inscrites les lettres de noblesse de cette culture qui se veut de partage. Les faires adoptés. Si vous ne pouvez pas dans le temporel, comment pourra-t-il à son tour dans l’intemporel ? La SGPH doit établir un échangeur comme principe et ce sera justice.

Échangeur’l SGPH

Ils réclament des élections, nous réclamons l’original de la Plaque de la Place de Victoires, le droit d’exploitation du Château de Joux pendant 250 ans. Ce sera : Code noir – Achille ; France – Dardompré ; USA – Avril ; Canada – Chanoine ; Code Napoléon – Rony Gilot. Rappelez-vous en négociant que l’esprit de possession du génie du Code noir était pathogène.

dan@danalbertini.com


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 10 décembre 2014, VOL XXXXIV No.50, New York et se trouve en P.8 à :