les Canons Psychologiques ou HlDd’A-7/7

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ Par Dan Albertini

  • LES CANONS PSYCHOLOGIQUES ou HlDd’A-7/7
  • Entre (). Quand j’ai commencé à lire l’ouvrage de Ray Joseph, je me suis dit : enfin un qui a du courage. D’autant plus qu’il a été ambassadeur, donc réputé plus diplomate avec la politique. Ray semble réclamer plus qu’un simple statut pour Haïti. Je me réserve encore sur la lecture intégrale du titre, mais je m’encourage à poursuivre dans ce que je souhaite qui dévoilera enfin l’ambition d’un vrai diplomate. Car, je me répète, il nous faut une diplomatie globale haïtienne. Sommes-nous prêts, oui nous le sommes. Fermons-les ().

Imaginons l’impact et egredietur d’une presse haïtienne internationale à l’étranger [et, ses produits]. Un journaliste vedette par exemple, accrédité, crédité à travers le monde [ce qui suppose un bureau permanent, des journalistes recherchistes, une économie]. Ce serait l’alter ego de n’importe quel journaliste canadien [ici ou ailleurs], soit dans le passé, soit actuel, une influence. Considérons alors un effet parallèle international. Michaëlle Jean GG par son verbe puisqu’elle n’affichait d’autre atout ni cette ambition. Elle trouve malgré tout sa plume chez Alain Bernard Marchand, pourquoi, comment et jusqu’où ? C’est à elle d’y répondre, si elle a l’esprit subordonné. Quand l’autre trouve la richesse sur nos rives, de préférence avec la richesse (diversité) des canons linguistiques haïtiens. Pourquoi faire attention ?

Il serait tout à fait inconséquent de sous-estimer notre grammatica dans les canons psychologiques. Il y a là une guerre des neurones, surtout pour un peuple qui s’est construit à l’épreuve du temps, une grande culture de la mémoire orale. Des études sous observatoire scientifique sur la volaille [Daniel Richard/Didier Orsal – France, / PET – IRM] démontrent matériellement les variantes cérébrales qui partent des mots vus jusqu’aux mots émis, en passant par les mots écoutés et les mots prononcés. La psychologie s’occupera des maux étalés. Les neurosciences en font même de grandes spécialités insoupçonnées des mots dits. Ce pour quoi en tenir compte pour ne pas percer sa barque, croyant évacuer l’eau infiltrée !

Que peut vouloir dire une telle considération ? Naviguons vers la Chine asiatique que nous croyons snober en parlant de chinoiseries. Elle se réinvente. L’Occident accuse cette Chine de violations graves des droits humains et d’une presse sous influence pour ne dire sous domination politique. Comment conclure sur la présence de l’Agence internationale Chine Nouvelles et de ses journalistes sur le terrain à l’étranger ? Considération que fait d’ailleurs Ray dans son ouvrage (nous en parlerons dans un prochain article spécialisé), de la rencontre Beaulieu/Joseph, près des Nations Unies, dans un restaurant, quand il évoque le passage inopportun d’un journaliste de l’Agence Tass (russe). S’ils ne sont des espions d’autrefois, ce sont aujourd’hui des agents d’information (politiques) qui s’activent. Ce que j’ai déjà traité en 2012-2013, dans des articles antérieurs. L’impact psychologique n’est donc négligeable dans cette guerre de tranchées (communication). Un langage peut servir à des fins multiples qui influencent. Retournons vers Campion/Poulard/Kébreau.

Pourquoi la Rome liturgique peut-elle éclairer sous un aspect psychologique ? Wade Davis Ph.D. dans son épilogue, je l’admets, je crois qu’il se serait même égaré, peut-être, par les charmes de son accompagnatrice. Mais je récupère ce que l’[image] propose dans sa plaidoirie. Quand il dit : «It fuses the unknown to the known, creates order out of chaos, renders the mysterious intelligible». Dans un contexte de « country of survivors and spirits, ». Cela a toute son importance dans la psychologie d’une culture d’un peuple qui s’est longtemps cherché dans les jumelles des autres. Oui. C’est comme : « a psychic education, must come in symbols, in invisible tones sensed and felt as much as observed ». La psychologie de la pédagogie de cet enseignement peut étonner, contrairement au prêtre catholique qui nous écarte de la sphère suprême comme étant lui, seul maître, initié et présentateur. Rien pour établir notre confiance sinon son interprétation démontrée nulle par des espoirs déçus. La foi passive en spiritualité ne suffit, que dire dans la diplomatie. Le fruit ressemble à la semence. Il nous faut planter avec l’ardeur d’avant 1804. 

Ce qui nous ramène à [l’erreur], sur la croix, la bannière et la République. Campion croit exorciser dans les canons psychologiques avec les artifices de [Rome liturgique]. Campion oublie qu’il serait encore en train de planter de force pour un autre maître n’était-ce la douleur consentie de nos ancêtres. Il veut le faire oublier, pour une baïonnette qu’on a présentée comme Jésus. Qu’il ose alors parler de la pédophilie de sa confrérie en scandale à l’ONU. De la prostitution. Cardinal Jean Danielou mort où ? Ses démons culturels plus vieux que la Pologne des hassidiques réduits en esclavage. Bois-Neuf est bon pour les femmes battues réconfortées, mais pas plus en psychologie républicaine. Une fois de plus, François […] quittera-t-il ? Apprentissage de Benoît […]! Pour un pape haïtien par consensus. Quel est donc le poids liturgique diplomatique de Yanick Lahens au Québec où il ne s’y retrouve plus de prêtre du terroir, mais où il faut les remplacer par…. Quand Yanick propose aussi, Milcé.

Prenons un autre exemple concret aux États-Unis d’Amérique. Des pasteurs évangéliques haïtiens issus de l’école protestante américaine se plaignent du nombre incroyable de jeunes haïtiens issus de ces milieux (souvent fils de pasteur) en internement prolongé et formant un indicateur remarqué au niveau des statistiques cachées des autorités carcérales. Le malaise est profond, la communauté perd la foi de plus en plus. C’est l’objet d’un transfert. Alors, ils rentrent selon des témoignages recueillis, victimes innocentes, incapables de se payer un bon avocat dans un système dénoncé pour son racisme, par des médias européens et canadiens. Perdus, ils sont facilement récupérables et vont grossir les rangs du Black Muslim qui se fend en quatre pour les défendre, leur rendre un peu d’espoir, une nouvelle discipline, une nouvelle vie. Tandis que l’Amérique selon un discours islamiste livre une guerre sans merci à l’Islam après s’être abreuvée de son pétrodollar. Quel exemple !

Le message passe donc facilement chez ces nouveaux convertis [et leurs familles], face à des juges persuadés de la foi ‘’Eugene P. Lyle Jr’’. D’abord l’Amérique n’offre plus de miracle au nom de son « in God we trust », même pas à son église protestante. Pire, elle [Droits Humains] ne condamne pas son protestantisme à la Pat Robertson qui blasphème par le racisme sur une catastrophe naturelle en Haïti, allumé à la Newtown, CT.

J’assiste ensuite sur un autre thème, à la rencontre du Sénateur Chris Murphy (Bridgeport, CT) fin 2013. Des pasteurs haïtiens le rencontrent avec le consul général. Intérêt : sans papier, mais rien venant du consul général ni des pasteurs, sur les jeunes en prison tandis que Forbin veut collecter latissime pour des passeports haïtiens. Sans défendre la clientèle. Psychologie : il leur reproche le fait d’être délinquants, car sa mère lui aurait accordé une bonne éducation, lui. En présence du sénateur Murphy. L’action consulaire répond en effet de la protection des citoyens détenant un passeport de la République, mais le consulat n’émet aucune statistique pour savoir combien de ses ressortissants sont en prison voir de les encadrer.

Quelle politique extérieure pour quelle diplomatie haïtienne ? Sommes-nous conscients du besoin alors que nous parlons savamment ?

Oui la linguistique haïtienne est un axe de politique retranché [canon] caché, mais tellement révélateur aujourd’hui. Si nous ne sommes capables de négocier avec la politique américaine pour la protection de nos concitoyens, comment saisir les Nations Unies, où, la dysfonction est croissante dans ses choix politiques de supports internationaux. Le langage d’usage courant ne rassure plus l’organisation, ne renforce ses procédures. Les expertises se contredisent, font dans des paradoxes. Cela a-t-il un rapport diplomatique réel qui s’inspirera de la pensée Lahens, à la place de Rousseau pour la valorisation de ce qui nous a sauvegardés depuis 1804. Alors, la pensée présidentielle haïtienne, s’inspirera-t-elle de son essence ?

Nous sommes encore plus prêts pour une diplomatie qui transcende le mimétisme de lamentation, dans la participation haïtienne des négociations diplomatiques entre Cuba et les USA. On doit réactualiser l’analyse des grandes résolutions des UN dont la 940/1994, concernant Haïti «autorisation de la force multinationale». Il nous faut écarter dans l’esthétique, le ver, aseptiser, réécrire comment s’en sortir, se libérer de Rome liturgique. Nous devons reconnaître l’adoption de la linguistique haïtienne dans les besoins liturgiques catholiques remplaçant la formule régénérée, mais morte du latin, une autre dimension de Yanick Lahens. Langage que l’on retrouve, Campion le sait quand il nous collecte, dans le sacré à Baldwin Wallace.

En plaidant les canons psychologiques, il faut inévitablement comprendre ceux de la métaphysique dans la linguistique. Nouvelle conscience haïtienne, axe de trésor caché qui psychanalyse sans tomber dans l’obsession de faire de la politique internationale avec Bill Clinton seulement. Notre grandeur sera tel l’Haïti de 1804, rendre accessible l’Haïtianité et non la rendre exclusive. L’Académie responsable alors devra inscrire, argumenter le symbolisme de la liberté, convertir en curriculum.

Nous devons répondre par nos canons. Laisser des empreintes de canons politiques, esthétiques, notre maniérisme pour célébrer l’humain. La Chine silencieuse a besoin du [Nous] signataire. Mieux, comme les nations créatrices de l’organe ont le devoir de se mettre à jour, de rétablir l’équilibre, nous en premier lieu, c’est une piste politique par l’effet de nos canons linguistiques et phénoménologiques. C’est la nouvelle plasticité de nos neurones.

En conclusion, nous ne sommes à une quelconque pensée positive d’une psychologie moderne, utilisée comme path réducteur de douleur. Campion accuse la pensée haïtienne de possession diabolique, d’esprit de possession. Dans la liturgie protestante américaine, les effets étudiés sont pourtant les mêmes chez les pentecôtistes hormis le discours. La liturgie catholique ne doit plus accuser l’esprit haïtien de 1804. Plus qu’une nuance, mais une différence apparente majeure, la liturgie haïtienne dite de sorcellerie accouche comme exorcise à volonté au quotidien ou au besoin, et egredietur. Au contraire, il lui faut de bonnes dispositions pour faire venir un esprit qui ne tardera à partir aussitôt. Comme si un manque d’énergie causait cette perte d’ébullition. La délivrance haïtienne permet contrairement à l’accompagnement pentecôtiste, une cote de fréquentation sociale hors pair, avec n’importe quelle autre liturgie, post even. Il nous faudrait obligatoirement faire la psychologie du phénomène 1804 qui enlèverait carrément le pain de la bouche de Pat Robertson. L’application diplomatique serait aussi à cet effet chez les Helvètes de la diplomatie des bons offices.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 28 janvier 2015, VOL XXXXV No.5-6, New York et se trouve en P.7 à :