Le SIMULATEUR Numérique au Service du Citoyen GLOBAL

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Le SIMULATEUR Numérique au Service du Citoyen GLOBAL
  • Entre (), surprenant article du Miami Herald ! La trace du Hezbollah pro-Liban serait aussi vue au Venezuela. L’on s’tonna de notre appréciation sur Dr Réginal Boulos 3e voie. Fermons ().

Quand les frasques incendiaires de présidents irresponsables comme Donald J Trump  des É. U. d’Amérique augmentent le risque imaginaire ou réel de sécurité affaiblie, pourquoi c’est le contribuable qui par ailleurs est contre ce genre de comportement, qui paye les frais de sommet comme à Davos ou d’autres lieux soit Helsinki, l’AGUNetc. ? Si intouchable, où est alors la démocratie dans tout ça ou, l’universalité des Droits de l’Homme, des responsabilités en conséquence. Où est la constitution américaine amplement chez elle, et simplement ?

Tout le monde affiche, publie les vœux pieux des UN pour exprimer ce souhait en négatif, le souhait de partager les revenus de la croissance mondiale comme si cela était le fait basé sur les effets de causalité du gain honnête. L’ONU dont la puissance dominatrice sous une autre forme régionale de colonialiste par la migration qui ne se fait plus par les bateaux marchand d’esclaves enchainés aux pieds, mais par le rapt organisé du patrimoine des individus et des pays affaiblis dans le seul but de leur forcer la main en faveur d’une bataille amusée d’égo de financiers érigés en monarque sur des entreprises empire à la place de pays empire, ne sert plus à rien. Ils produisent des royaumes locaux et subsidiaires pour contrôler le territoire par la voie du Ponce, comme autrefois qui se lave les mains pour laisser la mousson au peuple secondaire en quête lui-même de micro pouvoir. Ce n’est pas là le multilatéralisme (ONU).

C’est ainsi que l’on assiste passivement aux législations, aux conventions internationales qui, effet du lobby des banques, dépouillent le déposant avec des frais croissants pour augmenter le gain en capital qui ne rend rien réellement aux petits actionnaires corporatifs payés par un pseudo fierté, mais dont le gain assuré est l’actionnaire privilégié qui récolte à la pelle. Ils ont même réussi à prendre la place de notre coffre-fort personnel qui ne peut garder un certain montant sous prétexte de sécurité. Notons que le petit voleur d’étagère ne peut pas voler un coffre-fort dans ses poches ni avec des outils comme la tenaille par exemple. Rien que le marchand de rues le dénoncerait pour achat excessif avec des billets majeurs dont il devra remettre le change. Repérable. La problématique de la sécurité et du risque est donc logée ailleurs que chez toto ou joe. Oxfam n’ira donc jamais plus loin que dans ses dénonciations éphémères et sans séquences de redressement, ce qui n’est d’ailleurs pas sa mission certes, mais ses donateurs aussi sont-ils logés à ? Les banques feront donc tout pour empêcher le phénomène de la cryptomonnaie personnalisée qui favoriserait par exemple le génie contre les intérêts corporatifs sans génie qui veulent tout acheter pour soutenir leur hégémonie.

Cette machination oublie cependant un élément important de l’équation. Le simulateur numérique de l’intelligence artificielle est aujourd’hui au service et à la disposition de Paùlo. Point n’est besoin désormais pour comprendre le calcul complexe à la base, les calculateurs proposent l’aspect sémantique net de plus en plus sophistiqué, vertu de la compétition. Et, c’est là la même erreur qui produit les «printemps arabes» ou les «mutineries à Hong Kong». Le bazar dans une grande mégapole ressemblera à la composante de son intelligence et non à celui des rues de Beyrouth. N’est-ce pas la scène qui éprouve la couronne à Windsor !

Canada-Québec : quelle belle histoire de politique d’imbéciles par élection, l’ancien premier ministre du Québec, en l’occurrence Jean Charest n’est pas estimé un homme propre dans un dossier où l’ancienne ministre N Normandeau, ne plaide pas nécessairement non coupable aujourd’hui, mais, de procédure trop longue, là où le délit mineur est enfermé. Amusant, Jean C veut être PM du Canada ! Pour ?

On commence à mieux comprendre le paradoxe par exemple comme Sarkozy président qui voulait imposer une mémoire parrainée de la Shoa à chaque citoyen français, par extension à travers le monde, tandis qu’il se targuait de ne pas être obligé de se reprocher les effets du Code noir sur les humains mis en esclavage, et critiquait les Haïtiens par exemple de vouloir mettre toujours en avant des affaires du passé. Ce n’est pas de la passivité qui fera de nous tous des citoyens actifs dans la cité intelligence en se fermant les yeux sur des faits par exemple, la dénonciation camouflée de la hausse du baby-shaking à Zurich par exemple, signalé par l’hôpital universitaire de Zurich. Plus de 500 cas en hausse au pays gestionnaire associé des Nations Unies. Haïti en produit-elle autant par la misère, oh que NON.

Quel est donc le facteur aggravant qui pousse une société équilibrée qui détient parmi les plus grandes banques au monde, sa gestion de portefeuille qui démontre ainsi un profond désordre neuropsychologique ? Dire que l’on remet nos effets à ces gens modélisés d’un peu partout à travers le monde. Est-ce un tout haut hasard : nouvelle condamnation de Genene Jones, l’infirmière texane surnommée the «killer nurse» ? Ça survient au lendemain de la révélation helvétique. GJ a mis fin à plusieurs vies de bébé dans les années huitante, à même l’unité de l’hôpital. Dans la psychologie sociale de la cité, quelles étaient leurs attributions comme modèles tandis que le crime mena l’enquête ailleurs ? Cela ne peut que rappeler les crédits accordés à une gamine, à Montréal QC, pour faire condamner au bûcher, Marie Josef Angélique, d’après l’histoire officielle des archives. Quel est ce monde de revers tardifs aux effets pervers que nous vivons, si l’on étudie la psychologie de l’intelligence, comme à l’aube de 1791 ? Le manuel d’enseignement de philosophie No. 228 ne saurait en répondre, car il cache volontairement des axiomes de la négation. La critique ne peut donc qu’accepter de rejeter en 2020 cette forme voilée qui à peine n’arrive pas encore à s’infiltrer dans DACO 2020 et terminer ce que Moreau de Méry n’a su. Trump/Poutine/Sisi/Erdogan/Bolsonaro….

2020 porte-t-elle à se croire comme année charnière d’un besoin de changement radical de comportement à tous les niveaux, c’est à cela que l’on jugera la gestion de la folie nucléaire. En attendant, Pierre Enocque François Ph. D. nous propose dans son ouvrage publié aux Éditions Universitaires Européennes en 2016, un vibrant «plaidoyer pour la prise en compte des enfants et des jeunes de la rue» afin qu’ils ne deviennent rapidement comme cet enfant soldat ou comme celui de la guerre aux réveils incertains. L’État devra y penser en Haïti !


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 22 janvier 2020 VOL. L, No. 3 New York, et se trouve en P. 12 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/01/H-O-22-Januari-2020.pdf