Joseph Jouthe : Haïti n’a pas besoin d’un Premier ministre «J’approuve»     

print

ÉDITORIAL par Éditeur

  • Joseph Jouthe : Haïti n’a pas besoin d’un Premier ministre «J’approuve»                                                     

Pays dont la majorité sombre dans la faim, le chômage, la misère, alors qu’elle vit dans le peur, victime de l’insécurité et du ravissement contre rançon; en même temps que l’économie se trouve en lambeaux et l’entreprise privée est décapitalisée, celui qui porte le titre de président de la République vient de prouver, encore une fois, qu’il reste bloqué en-dessous de la tâche. Le choix de Joseph Jouthe, son cinquième comme Premier ministre, dans l’espace de 36 mois, a, non seulement, confirmé son incapacité à remplir le rôle qu’il est appelé à assumer, mais encore qu’il n’a pas su trouver en ce dernier un haut fonctionnaire capable de compenser ses nombreuses failles politiques et administratives graves.

D’entrée de jeu, Joseph Jouthe, nouveau Premier ministre de facto, se présente comme un chef de gouvernement «J’approuve». On n’a pas besoin de descendre au fond du puits pour trouver cette vérité. Car l’intéressé l’a proclamée lui-même. Sans doute pour s’insinuer dans les bonnes grâces de son patron. Il évoluait au sein de l’administration publique au moment où Jovenel Moïse se trouve installé au Palais national. Présence providentielle, sinon le nouveau chef du gouvernement estime qu’il n’aurait jamais eu la chance d’être appelé pour combler la vacance que le chef de l’État allait créer à la faveur de la mise à pied de Jean-Michel Lapin. On comprend bien pourquoi Joseph Jouthe s’est mis déjà en position de chien couchant au service de Nèg Bannan nan.

En effet, le jour même de son investiture, il a affiché ses aptitudes de chien de chasse de Moïse. En ce sens, ce dernier peut avoir l’assurance que son dernier Premier ministre est prêt à suivre servilement ses moindres désirs, voire même ses idées même dérisoires, par rapport à ses intérêts politiques et personnels. On se demande s’il serait à même de trouver mieux parmi ses hommes de confiance, au sein de l’administration publique. Car, quoiqu’on puisse dire et penser des hommes et femmes évoluant dans l’entourage de l’homme d’Agritrans, nul autre que Joseph Jouthe n’a jamais fait sa confession de foi en ce dernier avec autant de conviction. Il faut remonter aux années 60, avec François Duvalier, pour trou- ver un homme affichant une platitude qui rappelle celle dont a accouchée le nouveau Premier ministre.

Pour comprendre objectivement ce que représente Joseph Jouthe pour Jovenel Moïse, il faut bien remonter à Jean Julmé, surnommé «Jamais Jamais» par la fronde politique d’alors, pour trouver des flatteries aussi grossières. Ce sobriquet lui fut attribué suite à son emprisonnement. Député de son état, M. Julmé fut accusé de participer à un complot contre Papa Doc. Sachant que, sous le dictateur, la prison était l’antichambre de la mort, le député en disgrâce devait, un jour, faire les déclarations publiques suivantes, de toute évidence, à l’adresse du tyran. Et Jean Julmé de s’écrier, à son intention : «Jamais, Jamais, je ne trahirai mon maître».

Peu avant son investiture, la semaine dernière, Joseph Jouthe s’est adressé à son maître, en ces termes, sans que sa vie ne soit menacée, à l’instar de M. Julmé : «Lè m te rantre nan biro prezidan an tèt mwen te plen ak lide pa m. Mwen soti nan biro li at tèt mwen chaje ak lide pa l».

Tout cela signifie que, le nouveau Premier ministre ne s’est pas donné pour tâche de résoudre les crises qui secouent le pays depuis quasiment deux ans. Car d’entrée de jeu, il jure obéissance à Jovenel Moïse, c’est-à-dire qu’il est décidé à taire ses propres ambitions, qui devraient être servir les intérêts de la nation, au lieu de continuer la politique néfaste de son maître. À coup sûr, ces phrases, que Jouthe a prononcées, avaient pour motif de dire au président Moïse : Instrument passif entre vos mains, je suis entièrement dis- posé à vous obéir aveuglement.

Autrement dit, il compte aller encore plus, dans l’obéissance qu’il voue à son chef, par rapport à ses prédécesseurs, même celui qui n’a pas eu la chance de prendre logement à la primature. Pour avoir observé à l’œuvre les chefs de gouvernement qui ont occupé le siège du Premier ministre avant lui, Jouthe sait fort bien tout ce qu’il doit dire ou faire pour satisfaire parfaitement à Nèg Bannann nan. La formule consiste à ne point se détourner des comportements, attitudes et poli- tiques qui l’ont permis de tenir bon après bientôt 36 mois au pouvoir, malgré vents et marrées. Il existe ce proverbe anglais qui va devoir bien accommoder Jovenel Moïse avec son nouveau chef de gouvernement : «Si ça marche, ne le réparez pas».

Mais il n’a aucune raison, encore moins, la volonté de changer les choses dans le sens des intérêts du peuple haïtien. Tous les Premiers ministres nommés par Jovenel Moïse, à l’exception de Jean-Henry Céant, qui n’avait jamais été d’accord à cent pour cent avec lui, les autres chefs de gouvernement, du Dr Jacques Guy Lafontant à Jean-Michel Lapin, avec Fritz William Michel, qui n’avait aucune position fixe, passaient le plus clair de leur temps à ramper devant le chef de l’État.

On ne peut pas dire, comme c’est bien le cas, quand un nouveau Premier ministre entre en fonction, que Joseph Jouthe «a du pain sur la planche». Car, en réalité, il a pris fonction à la primature pour continuer l’œuvre entamée par son patron et ses chefs de gouvernement. Cela se traduit parla continuation du statu quo ouvert depuis le 7 février 2017. Car Jovenel Moïse se complaît dans la gabegie administrative, la corruption endémique, les détournements de fonds publics, les demandes de pots de vin sous toutes ses formes et le blanchiment d’argent, sans oublier qu’il s’est fait l’associé des gangs armés et des kidnappeurs contre rançon.

Le peuple haïtien, dont la grande majorité n’avait pas élu Jovenel Moïse, n’entend pas lui permettre de persister à séjourner au Palais national pour continuer ses pratiques criminelles, illégales et anti constitutionnelles. D’où le besoin urgent de lui demander de remettre les clés de la résidence présidentielle. Sans plus tarder !


Cet article est publié par l’édition de l’hebdomadaire Haïti-Observateur du 11 mars 2020 VOL. L No. 8, et se trouve en P. 10 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/03/H-O-11-March-2020.pdf