Un record: Plus d’un million d’infectés du COVID-19 aux États-Unis et 57000

print

Un record: Plus d’un million d’infectés du COVID-19 aux États-Unis et 57000

  • NOUVELLES BRĒVES par Pierre Quiroule II 

Lest États-Unis, à la une depuis des semaines, ayant pris les devants en tant que pays le plus frappé parla pandémie du coronavirus, ou COVID-19, vient de franchir la barre d’un million d’infectés. C’est ce qu’a indiqué l’Université Johns Hopkins, de Baltimore, Maryland, qui suit de près l’évolution du virus mortel qui fait des ravages de par le monde depuis que la Chine continentale a annoncé sa présence, vers la mi-décembre, à Wuhan, dans la province de Hubei.

En effet, c’est hier après-midi, mardi 28 avril, que Johns Hopkins a annoncé que le nombre d’infectés aux E.U., à ce jour, était de 1 002 495 avec 57 000 décès pour tout le pays. L’état de New York vient en tête de liste avec 295 106 cas d’infectés et 15 302 décès. Mais l’épicentre c’est bien la ville de New York, où, selon les données du département de la santé de la cité, il y avait 157 713 cas d’infectés confirmés, soit 53 % du total pour tout l’état. Le nombre de décès confirmés dans les cinq communes (Bronx, Brooklyn, Manhattan, Queens et Staten Island) est de 11 820.

Mais ce n’est pas toute la vérité, car les autorités sanitaires mentionnent aussi 5 305 autres décès, sans doute des gens qui sont morts chez eux. Mais la lueur d’espoir, dont a parlé le gouverneur Andrew Cuomo, se précise par le nombre de décès, toujours à la baisse. Ainsi, pour les 24 heures, entre lundi et mardi, seulement 335 décès ont été enregistrés pour tout l’état, bien en deçà de cc qu’il a été trois semaines plus tôt, quand le nombre ne faisait que grimper jusqu’à atteindre quelque 800 morts dans une seule journée. Et la baisse a commencé, systématiquement.

Au train où vont les choses, la date du 15 mai retenue parle gouverneur pour une reprise, par étapes, des activités, était basée sur une analyse scientifique presque sans faille. Les résultats ne feront pas attendre longtemps. Dire que la performance du gouverneur Cuomo durant cette épreuve lui vaut les vivats de ses concitoyens qui l’approuvent à 77 %,selon les sondages.

On n’oubliera que c’est lui qui avait tenu tête au président Trump, quand celui-ci revendiquait «toute l’autorité» pour procéder à la reprise des activités à travers le pays. Non, il n’est pas question d’un «Sa Majesté Trump», devait rétorquer le gouverneur. Il reviendra aux gouverneurs des états de décider pour leurs régions spécifiques à quand procéder à la reprise des activités, dites «réouverture du pays», ajoutait-il. Ce qui, de fait, est la politique suivie actuellement pendant que certains états, tels Georgia, Tennessee, Texas et autres, reprennent les activités à pas feutrés. C’est toute une autre histoire.

On soulignera qu’à l’échelle mondiale, selon les statistiques fournis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) jusqu’au mardi 28 avril, la pandémie s’est répandue dans 213 pays et territoires de par le monde, le nombre d’infectés se situant, ce jour-là, à 2 959 929, des chiffres qui, sans doute, dépasseront les trois millions au moment que vous lisez ces lignes. Le nombre de décès confirmés s’élevait à 202 733, soit 6,8 % des personnes ayant été infectées, surtout les gens âgés de plus de 60 ans.

*Vu les déclarations du Dr. William Pape, Haïti doit s’attendre au pire dans les prochains jours

Les statistiques du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), jusqu’au dimanche, 26 avril, affirmaient 74 cas d’infectés du COVID-19, six décès et sept personnes guéries. Pourtant, le pire est en perspective, selon les dires du Dr. William Pape, du Centre Gheskio, nommé co-directeur, avec le Dr. Launé Adrien, de la «Commission multisectorielle» mise en place parle président Jovenel Moïse pour aider le pays à traverser ce cap difficile.

Selon une interview accordée au quotidien Le Nouvelliste, le 23 avril, le Dr. Pape envisage deux scénarios pour le pays, s’agissant d’un assaut du COVID-19. Se basant sur des modèles de l’Université Oxford, en Angleterre, et de l’Université Cornell, dans l’état de New York, son alma mater, le virus pourrait contaminer 86 % de la population, infectant quelque 426 000 personnes. Dans ce cas, il faudrait 9 000 lits d’hôpitaux et s’attendre à 20 000 décès.

Selon l’autre modèle, qu’il dit moins réaliste, 35 % de la population serait infectée, rendant 313 000 personnes malades exigeant 7 500 lits d’hôpitaux et entraînant 5 700 décès. De toute évidence, selon les dires du Dr. Adrien, Haïti ne saurait faire face à cette crise, car il avait dit qu’il n’y a que «547 lits d’hôpitaux à travers la République» pour accueillir les personnes atteintes de ce fléau qui fait rage partout dans le monde. Dire que le gouvernement est resté sourd quant aux demandes répétées d’achever les travaux aux hôpitaux de Simbi, à Carrefour, (sud Port-au-Prince) et de la Croix des Bouquets, au nord de la capitale, recouvert de feuillage, pour au moins suppléer au manque de lits d’hôpitaux. L’irresponsabilité des gouvernants d’Haïti saute aux yeux. (Voir les éditoriaux en français et en anglais aux pages 10 et 11 concernant l’aide étrangère à l’ère du COVID-19 et à quoi s’attendre).

*COVID-19 ou pas, la poli- tique continue sans désemparer; le candidat démocrate Biden est appuyé par Hillary Clinton.

La candidate démocrate malheureuse, face au candidat Donald Trump, en 2016, a endossé, hier, mardi 28 avril, Joseph «Joe» Biden, le vice-président sous la présidence de Barack Obama. Ce n’est pas une mince affaire, car tout en baissant pavillon devant le candidat républicain qui avait raflé le vote au «Collège électoral», elle avait gagné la majorité du vote populaire, soit trois millions de plus que son rival. On ne saurait dire que tous les adeptes de Mme Clinton se rangeront derrière Joe Biden, mais il s’agit d’un appui d’une grande importance, surtout à ce stade de la campagne, six mois avant les joutes électorales prévues pour le 3 novembre.

La semaine dernière, M. Biden a laissé entendre que le président Trump pourrait évoquer la crise du COVID-19 pour ajourner les élections présidentielles, ce que les démocrates commencent à dénoncer. Si le président s’entête à reprendre les activités économiques le plus tôt possible, pourquoi avoir peur des élections de novembre ? C’est que les sondages d’opinion lui sont très défavorables, ces jours-ci. Il voudrait voir une reprise en bonne et due forme de l’économie, qui serait, selon les analystes, en sa faveur.

En tout cas, les démocrates s’apprêtent à se réunir en Convention nationale dans le Midwest américain, à Milwaukee, dans le Minnesota, du 13 au 16 juillet prochain pour couronner officiellement leur candidat Joseph Biden qui devra faire face au président Trump aux prochaines élections. Par contre, les républicains ont choisi une ville du Sud, Charlotte, en Caroline du Nord où, jusqu’à nouvel ordre, ils se réuniront les 24-27 août prochain pour rendre officielle la candidature de Donald Trump à sa réélection pour les prochains quatre ans. On est dans l’attente.

*Dans son discours à la nation, lundi après-midi, 27 avril, le président Jovenel Moïse, surnommé « Homme promesse », a fait beaucoup de promesses.

Demandant, en tout premier lieu, aux Haïtiens de partout, de faire du «tèt ansanm» à l’approche de «l’ennemi invisible, l’assassin» COVID-19 «qui existe vraiment», il a remercié ceux qui se sacrifient pour sauver la vie de leurs concitoyens. Aussi a-t-il profité pour faire des annonces à plaire beaucoup de gens, pourvu que ce ne soit pas les mêmes promesses non tenues, telle de l’électricité “24 heures sur sept jours dans les 24 mois!” Voici, en vrac de quoi il s’agit :

*Trois mille gourdes(3 000 Gdes) pour un million cinq cents familles nécessiteuses tant dans les villes qu’à la campagne. La distribution dans quatre départements, qui n’ont pas été indiqués, commencera à se faire cette semaine.

*FAES, le Fonds d’assistance économique et social, distribuera de la nourriture aux nécessiteux un peu partout, surtout dans les îles adjacentes, telles La Gonâve, La Tortue, Ile à Vaches et autres.

*Deux millions de gourdes pour les employés des usines de la sous-traitance qui avaient été licenciés, suite aux mesures prises en vue de leur protection contre les assauts du COVID- 19. Une promesse faite plus d’un mois, maintenant renouvelée. Quelque 54 000 travailleurs recevront une enveloppe bien garnie.

*Le paiement d’arriérés de salaire aux policiers, enseignants, travailleurs de la santé et autres. En ce qui a trait aux policiers, il a mentionné 1 700 chèques pour des agents qui avaient droit à des augmentations de salaire, ce depuis octobre 2018.

*Les équipements et fournitures commandés à l’étranger, pour se préparer à faire face à la pandémie et qui se faisaient attendre, arriveront –par avion—dès le 1er mai, ce vendredi!

*Et pensant déjà à l’après COVID-19, il exhorte les paysans à faire une révolution pacifique, savoir de mettre ensemble leurs lopins de terre en superficie de 500 carreaux (environ 607 hectares) pour une économie agricole efficace. Et le gouvernement leur apportera son concours, y- compris des pompes à soleil pour l’irrigation des terrains. *Et au Ministère de l’Agriculture de continuer le labourage des terres pour l’ensemencement des plantes vivrières pouvant produire dans les trois mois.

Apparemment, le gouvernement compte beaucoup sur les USD 111.6 millions $ du Fonds monétaire international (FMI), les USD 75.5 millions $ de la USAID, les USD 50 millions $ de la Banque mondiale (BM) et combien de la Banque inter-américaine de développement (BID). Et l’Union Européenne (UE) se fait attendre. On voudrait croire que les donateurs de l’aide ne permettront le dépeçage de leurs millions destinés au peuple haïtien par une équipe gouvernementale truffée d’experts en détournement de fonds. Pierre Quiroule II, 29 avril 2020


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, VOL. L No.16 New-York, édition du 29 avril 2020 et se trouve en P.16, à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/04/H-O-29-avril-2020.pdf