Corruption en Haïti- Son origine avec l’homme du savoir par Renert Auguste 

print

LE CORRUPTEUR ET LE BANDIT, DEUX PUISSANTS VIRUS DÉSTABILISATEURS D’HAÏTI

  • Corruption en Haïti- Son origine avec l’homme du savoir par Renert Auguste 

La corruption commence à partir de 12 ans d’âge avec un écolier. Premier cas de corruption : PETIT JEAN, un adolescent à intelligence moyenne vient de terminer ses études primaires à l’âge de 12 ans. Ses parents, n’ayant pas les moyens financiers pour payer une école secondaire privée, n’ont d’autres choix que de trouver un lycée. Selon la mentalité haïtienne «orientée vers la corruption», pour trouver une place dans un lycée, il faut un parrain ou une marraine, même si l’option de concours d’admission existe. N’ayant ni parrain, ni marraine, ses parents l’accompagnent à la recherche d’un intermédiaire à qui ils donnent de l’argent pour intégrer l’enfant au lycée.

Deuxième cas de corruption : PETIT JEAN, à l’âge de 18 ans, doit faire sa carte d’identité. La même mentalité lui fait comprendre que lorsqu’on dit DGI, si l’on ne s’oriente pas vers un intermédiaire «raquetteur», on risque de passer toute une journée et de retourner à la maison sans la pièce désirée. Arrivée à la DGI, chose dite, chose faite, il tombe sur une file d’attente bien longue dont, quelques raquetteurs. L’un d’entre eux lui fait les yeux doux et il ferme 100 gourdes dans sa main, alors que la pièce d’identité vaut également 100 gourdes. En quelques minutes, il a sa carte d’identité bien en main pendant que la ligne ne bouge pas.

Troisième cas de corruption : cette fois-ci, PETIT JEAN veut avoir son passeport, il doit d’abord aller aux archives nationales pour obtenir son extrait d’acte de naissance, retourner à la DGI pour le timbre passeport et ensuite à la Direction générale de l’Immigration pour le passeport. Pour ce parcours, il fait la même chose et dépense environs 600 gourdes en guise de paiement aux intermédiaires.

Quatrième cas de corruption avec la même personne : PETIT JEAN termine ses études classiques et doit entrer à l’université. Ses parents, ne pouvant payer un centre universitaire privé, passent par le même moyen utilisé pour permettre à son fils d’accéder au lycée ; mais cette fois-ci il choisit l’INHAGHEI, ce qui l’oblige à débourser beaucoup plus d’argent. Sachant que les études universitaires sont plus coûteuses.

Et voilà, c’est ce fameux produit qu’on aura comme : ministre, directeur général, sénateur, député et j’en passe. Quels résultats attend-on de cette personne ?

Le bandit, son origine avec un illettré

TI LARI est un enfant des rues, né d’une mendiante du centre- ville, plus précisément dans la zone du Champs de Mars, dans un petit corridor à côté du ciné Triomphe. Sa maman qui n’a per- sonne pour lui venir en aide, le prend avec elle dans la rue pour mendier, alors qu’il a tout juste deux mois. Rappelons que le bloc du Champs de Mars est une zone très fréquentée par tous les officiels, sachant que c’est aussi la route qui mène au palais présidentiel. Les patrons des ministères comme : Affaires sociales et du Travail, Education nationale et de la Formation professionnelle, pour ne citer que ceux-là, ne pouvaient éviter avec leurs véhicules aux vitres teintés et parfois blindés, l’endroit où était assise la maman de TI LARI.

À l’âge de 5 ans, l’âge à partir duquel TILARI devrait être sur les bancs d’école, il était déjà dans la rue sans sa maman pour sa classe de mendicité. Triste tableau ! A huit (8) ans d’âge, tandis que ses demeures nuit et jours étaient le tour du Champs de Mars, la cigarette était déjà l’une de ses nourritures préférées. À partir de 10 ans il commence à se sentir insatisfait de ses rentrées comme mendiant. Aussi commence-t-il à s’orienter vers d’autres activités criminelles, comme le vol, par exemple. À 14 ans, TI LARI commence à voir plus clair et se sent mal à l’aise de dormir dans la rue. D’où sa décision d’aller retrouver sa mère dans le petit corridor où il était né. Trois ans plus tard, tandis qu’il commençait à bien s’entraîner auprès de ses amis et à avoir au moins deux copines dans son environnement amical (les rues), il commence, de nouveau, à se voir inconfortable dans ce petit coin avec sa mère et pense à la déplacer. Mais, il faut de l’argent.

Débrouillard, il arrive à trouver des ressources nécessaires pour déplacer sa maman vers un quartier populaire, non loin du Champs de Mars où il se fait des amis plus matures qui l’accueillent à bras ouverts et l’intègrent dans le métier des armes. À l’âge de 18, TI LARI est déjà devenu BANDIT. Triste tableau !

Plus drôle et plus vexant dans cette histoire, des hommes et femmes de lettres, qui l’ignoraient, lui et sa mère, aux abords du Champs de Mars, vont l’utiliser comme arme multidimensionnelle pour grossir leur capital économique privé en détruisant le pays. Eh oui, comme le corrupteur est un bandit légal, il va exploiter le bandit illégal, qui est, d’ailleurs, inconscient pour n’avoir eu la chance de s’asseoir sur un banc d’école, mais qui a quand même besoin d’argent pour fonctionner. Les voilà mis ensemble pour déstabiliser le pays.

Aujourd’hui, il est temps de stopper cette plaie à double phase qui ronge le pays depuis trois (3) décennies. Si l’on veut réellement reconstruire un pays qui s’appelle HAITI, on n’a pas besoin de pansement pour cette plaie si géante mais une opération majeure. Cette véritable opération ne doit pas être l’affaire d’un petit groupe, au pouvoir ou dans l’opposition, mais plutôt l’affaire de «NOUS», l’affaire de chaque Haïtien qui est conscient de la situation où nous nous trouvons aujourd’hui.

Qu’est-ce que l’on devrait faire ? (À suivre) R. A.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, VOL. L No.16 New-York, édition du 29 avril 2020 et se trouve en P.14, à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/04/H-O-29-avril-2020.pdf