CONFINEMENT par Henriot Saint-Gérard

print

CONFINEMENT par Henriot Saint-Gérard

  • – Allo
  • Allo, Henriot. Que fais-tu?
  • – Un peu de tout. Rien de particulier.
  • Moi, je m’emmerde. J’en ai marre du confinement. Tu n’es jamais sorti ?
  • – Non, je n’en ai aucune envie.
  • Rester à la maison. Ce n’est pas un cadeau…. C’est à devenir fou.

Segment de conversation…

Quand vous lirez ces lignes, ne pensez pas que je veuille faire de la morale à quiconque. Au cours du confinement, je me suis occupé entre autres choses à réfléchir, et j’ai tout simplement jeté sur une feuille de papier le produit de ces réflexions que je partage. Et, oui ! Je les partage non comme sujet à discussion : vrai versus faux, raison versus tort…

Le confinement, mon confinement, période de réflexion… découverte de réalités touchantes. 

Dès le début, j’avais cessé de travailler. J’avais pris au sérieux les précautions à prendre et, de plus, je pensais que tout rentrerait dans l’ordre assez vite même si du point médical, je n’arrivais pas à l’accepter.

Confinement : plusieurs ont compris l’importance de la famille. Ils ont découvert leurs enfants et ont appris à jouer avec eux. Surprise ! Ils ne savaient pas que les enfants pouvaient tant manger.

Confinement : plusieurs ont compris ce que voulaient dire ces termes : le travail, c’est la liberté.

Confinement : plusieurs ont réalisé que les bars, les rendez-vous d’amis, les rendez-vous d’affaires n’étaient que des refuges qui leur permettaient de fuir la monotonie, les emmerdements de leur foyer.

Il y en a d’autres, les fêtards, à réaliser combien ils économisaient par le fait de rester chez eux…

Confinement : plusieurs ont réalisé qu’ils n’étaient pas les leaders de leur vie… Certains autres, ne retrouvant pas cette âme sœur, se sont accrochés à leurs rêves et à leurs illusions.

Confinement : j’y ai pensé une fois, deux fois, plusieurs fois. Il faut pouvoir rester à la maison; il faut pouvoir travailler de la maison étant; il faut pouvoir prendre soin des enfants… Oui j’y ai pensé. Pas tout le monde qui peut se permettre de rester à la maison sans travailler; pas tout le monde qui peut travailler de la maison étant; pas tout le monde qui peut prendre soin des enfants à la maison, les nourrir pour le déjeuner, pour le lunch, pour le dîner.

Confinement ? Véritable chacun pour soi. Pas tout le monde qui peut aller s’aligner dans les supermarchés et remplir un chariot de produits de nécessité. Certains chargeront une carte de crédit déjà alourdie, mais, combien d’autres se tourneront les pouces en vain, car, ils n’ont pas d’économie: ils vivent au jour le jour. Et, soudain, ils sont au chômage. Plus question d’orgueil, plus question de sauver la face, ils iront faire la queue pour se ravitailler à une banque de nourriture qui se vide en un clin d’œil.

Et alors! Pas question de laisser la ligne. La survie est primordiale. La plus grande économie du monde a ses faiblesses… la plus grande économie du monde ne peut nourrir tous ses citoyens… la plus grande économie du monde fait face à sa fragilité: pauvreté, disparités, sans-abris, soins de santé défaillants… et j’en passe.

Confinement ? Rester cloîtrer dans un petit appartement d’une pièce avec toute une famille: un père acculé, des enfants qui se chamaillent, une mère démunie dans une cuisine vide. Un jour passé dans de telles conditions, cela peut aller, mais, deux, trois, dix, quinze et, c’est l’énervement, la perte de contrôle, les abus verbaux, les abus physiques… Et nul ne peut quitter l’isoloir. C’est à devenir fou.

Confinement ? Pourquoi? Comment? Ils n’ont pas de sources directes d’information. Ce sont les on-dit de la rue, les on-dit de l’école, les on-dit de la télévision, les on-dit des réseaux sociaux. Des mots ronflants qui ne veulent rien dire pour le profane; des pays lointains dont on ne saurait rêver. Des dispositions qui relèvent de l’insulte, de la folie: ne pas travailler, ne pas circuler, s’approvisionner pour au moins deux semaines. On vous parle de la maladie en T qui tue un peu tout le monde dans tous les pays. Quoi? Les vieux parents livrés à eux-mêmes dans cette maison d’accueil. Eux aussi n’ont rien compris de ce qui se passe. Ils en ont déjà assez de subir les affres de l’Alzheimer. On nous dit que chez nous, en Haïti, c’est la même chose… non, ce sera pire. Un souci de plus pour nous.

Confinement ? Pourquoi? Comment? Soudain on comprend: il y a des morts à New York, en Californie… dans tous les états. Mieux vaut donc se cacher. De quoi demain sera fait? L’économie s’effondre… On essaie de nous rassurer d’espoir. Non. Pour nous, c’est la réalité d’aujourd’hui qui compte et qui effraie.

Un stimulus… goutte d’eau fraîche dans la marre.

Confinement ? Être chez soi, n’avoir rien à faire? J’ai compris le dilemme de tous ceux qui approchent de l’âge de la retraite et hésitent à se lancer dans cette aventure. J’ai aussi compris la décision de ceux qui avaient pris la retraite, savoir que le mieux pour eux était de reprendre le chemin de leur bureau pour recommencer à travailler.

Confinement ? Être chez soi, ne pas pouvoir sortir? Des parents, des amis, des connaissances ont été admis à l’hôpital… Ils sont isolés… Les reverrons-nous… La mort est au rendez-vous à tous les carrefours.

Nous avons appris à nous détacher pour mieux survivre… Nous avons créé un monde qui se referme sur nous…

Confinement ? Dans ce monde qui se referme sur nous, nous avons appris à gérer notre solitude. Les films d’autrefois, les spectacles d’hier, les vieux bouquins oubliés ont refait leur apparition, la musique…

Certains se sont retrouvés artistes (peintres, écrivains); d’autres ont découvert des talents de cuisiniers; d’autres ont occupé leur temps à déplacer leur paperasse d’un point à un autre: ils ont mis de l’ordre, diront-ils. Il ne faut pas oublier tous ceux qui se sont mis à l’heure de la technologie. Ils se sont amusés à suivre les spectacles virtuels.

Confinement ? Dans ce monde qui se referme sur nous, nous avons laissé une porte ouverte pour aller prendre les lettres, pour aller jeter la poubelle, pour aller ramasser cette commande déposée à nos portes… et à chaque fois, c’est avec anxiété. Nous avons peur d’être contaminés: le virus se trouve partout. Dans l’air, sur le papier, sur le sol, sur le sachet en plastique, sous nos souliers…. L’angoisse nous étreint… s’en suit la peur…, et sans nous en rendre compte, la panique. C’est à devenir fou.

Confinement ? Qu’est-ce que je fais dehors ? Tout ce monde autour de moi. Qui es-tu à côté de moi ? Qui es-tu en face de moi ? Qui es-tu derrière moi ? Je suis un suspect pour lui, il est un suspect pour moi.

Nous sommes tous des suspects porteurs de masques. Éloigne-toi ou bien moi, je m’éloigne. Paranoïa ou prudence: on ne sait plus… Anxiété, peur, panique. Mieux vaut rentrer chez soi.

Confinement ? Plus ce monde se referme sur nous, plus nous oublions ceux qui nous entouraient…

S’appeler au téléphone pour parler de quoi ? Des nouveaux chiffres, des nouveaux symptômes, des nouveaux morts. Trop déprimant ! Laissons l’autre avec ses problèmes. Il vaut mieux se taire, et s’installe la solitude du confinement. Nous avons appris à être seuls. 

Confinement ? Certains n’en peuvent plus. Ils sortent. Ils disent n’avoir peur de rien. Ils s’en foutent des risques. D’autres font un tour en voiture pour se bercer d’illusions. Ils voulaient voir des gens. Ils en voient très peu. Les rues sont désertes. Tout est fermé. Espoir déçu.

Confinement ? Qui tiendra le coup jusqu’au bout ? Chacun sortira, changé de son monde… chacun sera prêt à vivre ce que déjà l’on qualifie de nouveau normal.

  • Henriot St-Gérard

cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, VOL. L No.18 New-York, édition du 13 mai 2020 et se trouve en P.13, à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/05/H-O-13-mai-2020.pdf