Le Canada en Panne de Prostitution Quand la Diplomatie Haïtienne Propose

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Le Canada en Panne de Prostitution Quand la Diplomatie Haïtienne Propose

Entre (), le Québec s’est-il déjà affirmé comme la «race canadienne française» à élever, au point de vouloir le répéter autrement soit par Legault soit par le Bloc fermé au reste du Canada tout en étant dans le Canada, fermé à, plus que ça aussi ? C’est en ce sens que je réponds à Yves Petignat qui demande dans le Temps : si l’on devrait brûler Victor Hugo, OUI. Faudrait-on pas parce qu’il était francophone de son vivant ? Faudrait-on pas alors pour Hitler parce qu’il a à son crédit la fabrication de la Volkswagen ? Faites donc le procès vous-mêmes à celui qui vous avait vendu en remontant vers pourquoi vous êtes parti acheter ! Fermons (). 

Prostitution légalisation avancée, les mots qui font peur. Sommes-nous le monastère où la morale religieuse de la piété choisie faite loi pour le souscrit ou, dans une société libre de choix tout en contrôlant les intrants ? Dr Gérard Alcius Kennedy a publié l’an dernier un référentiel sur la diplomatie, mais avait déjà proposé celle de la gestion de l’Haïti de François Duvalier, sur le sujet. Légalisation au sens large, contrôle de qualité de services, et de la santé des prostituées, disons-le ouvertement si c’est légal. Minimisons le risque tant pour la maladie transmise que par la violence du proxénète. Mieux, l’état récupère contrôle l’économie et non le milieu de la criminalité du macro-vendeur de charmes, de maladies qui va dépenser sans être utile à la collectivité. Berlin avait rapidement saisi le maillet par le bon bout après la publication d’un article sur le sujet malgré le manque de compréhensions (J Trudeau s’en est pris rapidement sur la marijuana). Mais, le Québec a traîné la patte dans le dossier de la prostitution légale sur un sujet millénaire qui n’est plus de la loi de monastère du moine coupable ni de l’abbaye de l’abbé du deal pervers, mais de l’État. Mais avant tout, c’est quoi la prostitution ?

Si légaliser n’est pas encourager, Dr Gérard Alcius Kennedy élabore : «se transmuer en amitié véritable et en affection réciproque». Attention, il ne condamne pas cette relation aux éphémérides, il soutient le considérant : «ou encore ces cas d’anciennes prostituées métamorphosées en pionnières de nos « travailleuses sociales» modernes». Il la soumet à un contexte social historique, dépasse le prédicat touche les valeurs profondes dans la réalité sociale, tout point de vue confondu en démocratie réelle. Sans préjugés ni chasse gardée. GAK poursuit : «Plus de cosmologie holistique, mais un monde où le rapport que chacun entretient avec ses semblables se voit nécessairement médiatisé par l’idéalité structurale d’une communion biunivoque. C’est le stade de l’alter ego, celui de l’équilibre relationnel repossession/dépossession et de la reconnaissance de la dignité humaine de l’Autre jusque dans l’universel». Rajoutons pour la piété : Jésus a défendu la prostituée.

Cette plaidoirie qui nous concerne tous au lieu de la soutenir en pathologie

Diplomatique, GAK l’admet, le fait : «c’est que la prostitution est devenue un phénomène «indécidable» – au niveau moral – pour la conscience d’hyper-immanence. Ne pouvant ni sanctifier ni condamner le phénomène, elle l’exorcise et le neutralise en le renvoyant dans les limbes anémiques et indolores de sa propre « fausse innocence » ou encore, diraient d’autres, de son « innocence crasse ». La plupart du temps, le jugement en-fin-de-compte affirmé dépendra davantage du contexte, des circonstances, de l’influence des pairs présents, de l’état psychoaffectif du moment ou du profit stratégique escompté que d’une authentique visée de valeur morale». L’incision fait craindre le débatteur.

Il défie Campion (Vatican) : «Céder à la tentation, au sens théologique du terme, cela se résume à procéder au déclenchement, par l’orgueil désirant, d’un processus immanent de profanation/consumation des essences sacrées à l’intérieur d’une forme ou d’un concentré culturel ritualisé. La consomption des essences séminales se situe au principe de toutes les jouissances et de toutes les formes ludiques, divertissantes, exaltantes ou spectaculaires que l’on rencontre dans nos sociétés». En est mort cardinal J Daniélou !

Spectacle Roi : «partout et toujours, c’est le même principe qui est à l’œuvre : une source sacrée (les dieux du stade, une légende, un mythe, une institution, un groupe d’interdits, un produit luxueux de consommation, de l’argent, le corps de la femme), des consciences profanes (fans, adeptes, admirateurs, etc.), une forme culturelle ritualisée (règles, enjeux, mises en scène, genèse d’une rivalité, artifices, épreuves initiatiques, etc.)» 

Avant d’aller plus loin j’évoque la forme normative de l’antiquité graduelle dégradée du Grec dans sa mythologie onction, en fonction par exemple d’Haïti puisque GAK propose la prostitution régulée d’après les expériences rentables de Dr François Duvalier afin de mieux comprendre le rejet en vertu des jugements de valeur de préjugés, mais de la déception politique profonde qui serait en fait mieux sous sa forme d’opposition légale instituée. Pourquoi pas la prostitution des charmes si du cerveau est…, nous dit GAK.

Mythologie en 30 secondes (…) les 50 plus grands mythes classiques, expliqués en moins d’une minute publiée chez Hurtubise par Robert A. Segal, en 2012 (version originale 30-second Mythology) publié par Yvi Press R. U, mais curieusement imprimé en Chine que l’on perçoit comme grande pollueuse environnementale, comme l’économie à abattre pour concomiter le règne américain en great power, en pleine guerre économique. Quel paradoxe, comme l’évolution que propose Dr GAK pour faire subsister de préférence le ministère du Revenu qui soutien même l’Église non seulement depuis longtemps, mais, surtout avec cette situation du Coronavirus. Pourquoi couvons-nous alors le mythe ?

D’abord, nous savons tous que nous vivons avec et la pleine mythologie, dans un confort incohérent dirait l’auteur des deux ouvrages. Les éditions présentent néanmoins notre réalité qui ne change pourtant pas de paradigme malgré les nouvelles lois. I. Persée tue la Méduse (décapitée), Titan pour la lutte titanesque, homélie de l’apôtre réformé qui accepte Vénus (savon) ou le bel Apollon de la jeunesse éternelle dans sa tirade, mais, il  rejettera les expressions legba, èzili, par désaffection identitaire pour le second, affinité exogène pour le premier (affect que nous devons éviter par les considérants à l’approche proposée de Dr GAK parce qu’il est un Noir tandis que pour moins, on encensera l’autre épiderme). Je ne suis pas ici dans la complainte, mais dans la présentation de l’ouvrage et de ses effets dans la problématique canadienne qui n’a pas encore suivi la résolution allemande à la suite de la publication de l’article (2004) ; combien éloquent est le même évêque protestant dans la formulation de Jupiter planète en rejetant l’Afrique continent noir ? Junon la fille du pasteur quand Frida est pour éviter de dire Fréda, Dantor telle me l’a sommée l’ex-conjugale. Saturne, Nissan de luxe de la clientèle précitée comme Mars Neptune destination. Homère étudié chez les pères, le vin aphrodisiaque d’Aphrodite, la sauce tartare sur la table, Hercule Achille Ulysse, Adonis des cycles de la nature, Œdipe dans le complexe. Antigone que chérit l’Haïtien, Médée du signal de détresse, Ajax le guerrier qui nettoie dans notre vie moderne. Icare, narcissisme de Narcisse dans le même prêchi-prêcha précité, les Nymphes de la nymphomanie. On y vit étriqué étiolé ! 

S’il y a une chose que l’on ne peut enlever au Dr François Duvalier de sa présidence telle que connue, c’est la gestion de la prostitution en Haïti vécue comme industrie sécure qui a créé ses nocturnes : bar café lounge, rituel aux noms importés et locaux : Casablanca, le Créole, Roxi bar, Copacabana, Moulin Rouge, Las Vegas, le Lambi lounge. La clientèle internationale qui venaient en grande partie par bateau se savait sécure par le fait de la gestion rigoureuse associée du ministère de la Santé publique avec ce lui des Affaires sociales. Et, prolongation intégrée, le bureau des Affaires étrangères qui contrôlait avec le service d’immigration du ministère de l’Intérieur, la venue des prostituées importées. Pour finir, Duvalier avait ainsi trouvé la formule rentable pour le ministère du Revenu et celui de l’Économie, des Finances, du Commerce et de l’Industrie. … de la thèse de GAK. Du moins, c’est ce que Dr Gérard Alcius Kennedy expose dans l’ouvrage la Prostitution au Québec et en Occident. Matière diplomatique connue tant à Hanoi (Vietnam) qu’à Pocket Beach (Thaïlande) que dans la modernité d’Amsterdam (Hollande qui fournit de bons footballeurs) dans le luxe des vitrines éclairées de mille feux où l’on surprendra probablement le pasteur réformé de passage loin de l’œil de la caméra (virtuelle) de la fratrie (assemblée chrétienne) qui rapporte pour sanctionner (si souvent sans preuve), mais que le curé de l’Église catholique consomme à domicile dans le cœur des anges ou dans la sacristie, évidemment dans la pédophilie, d’après moult dénonciations publiques et procès avortés par la négociation abyssale du Vatican en scandales en Occident, et bientôt en déconfiture à travers le monde. Pourquoi ne pas alors libérer les pulsions non contrôlées ou incontrôlées par la libéralisation de la prostitution en la faisant payer son entretien légal, en alimentant la caisse de l’État puisque Rome serait plus que corrompu en ce sens. C’est pour le moins ma compréhension du Diplomatique réel, pratique que propose Dr Gérard Alcius Kennedy dans cet ouvrage-thèse précité tandis qu’il se valorise post-partum avec l’abstract rhétorique dans Diplomatie et États souverains au XXIe siècle publié par CIDIHCA (Montréal 2016). C’est du moins ce que je lui ai dit quand il insinua que je préfère le liv bouzen an, parlant de la gestion légale de la prostitution au Québec et en Occident, comme le propose la diplomatie de Duvalier II que vint voir l’ex-ministre de la Culture de la France, par Saint Soleil, Malraux en l’occurrence. G Greene.

Au chapitre D/la prostitution au miroir de la légalité, batterie de questionnements, GAK va déboucher sur «les fondations anthropologiques et dispositif judiciaire» : «quels liens la prostitution entretient-elle avec la légalité? Nos sociétés veulent-elles réellement légiférer en la matière? Si oui, quel (s) phénomène (s) au juste cherche-t-on à capter dans les filets de la Loi : une certaine visibilité sociale, la sollicitation, l’invalidité de l’acte contractuel, la valeur immorale de l’échange, etc.?». En pratique, si nous y allions en fait et en droit, d’abord il y aurait préjudice contre surtout la prostituée, car la criminalité n’est pas réellement poursuivie en récupération des biens du crime ni de la corruption intentionnelle à l’origine. Le juge fréquente aussi la prostitution, mais sous couvert. Donc le législateur est coupable d’abord dans l’État de droit qui n’est de la charia, il est laïc, ensuite, il n’est pas dieu à décider malgré Dieu lui-même dans la morale religieuse laisse l’humain libre de ses choix, avec une perche tendue post apocalypse. Le législateur n’a pas évolué dans la société où il veut dominer. Juge-t-on ici de par son immanence pour transcender sur l’autre tandis que le législateur est élu pour servir et non pour dominer. Cette valise diplomatique est chargée quand GAK parle de danger de légalisation versus avantages de légalisation dans un contexte de codification légale, de laboratoire social. Plus que le besoin haïtien de la diplomatique, l’Occident achètera Haïti-une-diplomatie !

le détour du ministère du revenu

Le Diplomatique et le Politique

Revenons à la thèse. «Le champ global et structurel du politique qui existe entre deux États souverains ne correspond pas seulement aux critères spécifiques délivrés par l’un des États concernant la politique étrangère qu’il a décidé d’adopter envers l’autre État concerné. Il faut également prendre en compte, lorsqu’on cherche à comprendre et à évaluer la politique extérieure d’un État envers un autre, aussi bien l’histoire que les fondations civilisationnelles qui associent ces deux États, aussi bien les accords-cadres politiques fixés lors de cette période récente que les effets rétrospectifs causés par toutes les politiques antérieures». Brave énoncé théorique bien sûr, mais que fait-on avec le cas du Venezuela par rapport à la Russie et Haïti en fonction de la réalité œcuménique politique qui rassemble et distancie en géopolitique, en période de guerre molle, je trouve Dr GAK bien plus éloquent en proposant dans le réalisme des besoins à satisfaire.

GAK propose aussi un rappel du politique ainsi cité : «l’âge métaphysique second auquel nous référons ici dessine l’espace de civilisations duelles, c’est-à-dire de civilisations dominées par le double principe des puissances transcendantales et des puissances immanentes – des mondes où le Politique et Diplomatique (ainsi que l’instance de l’économique) apparaissent et prennent forme et vie dans la mesure où s’accentue le processus de décentralisation du monde engagé». Je poursuivrais : de la pensée aussi. Ainsi, dans le Politique de Dr GAK que je pense être d’actualité, le législateur haïtien trouverait cette compréhension dans la nécessité de légiférer aussi dans le chapitre sur la finalité polymorphique de la Loi, par exemple : l’objet introuvable où il faut «encadrer une pratique, surveiller et punir, moraliser les conduites, se munir d’un droit d’intervention, accumuler du savoir, réguler des secteurs d’activités, démystifier des univers, intégrer socialement […] inciter à la retenue, sceller des acquis civilisationnels».

Revenons à Duvalier, le Créole grand modèle de gestion de prostitution légale qui évite la chasse aux sorcières inutile, mais qui grande pédagogie voyait la prostituée même se rapporter, pousser les négligentes à le faire jusqu’à dénoncer les délinquantes afin de se protéger de relations collatérales in fine. Où, le touriste attiré de négritude consomma le Créole tandis qu’au cénacle nocturne haïtien on fit importer de la RD pour se dire le. Rejet identitaire en plus de l’évasion de devises, car les prostituées dominicaines raflant plus gros du cénacle haïtien refusaient le Blanc yankee de passage tandis que le colonel haïtien nourrissait (3) putes RD avec le pacte recueilli de l’attrape touristes de Duvalier François. La diplomatie proposée de Dr GAK soutient doctement que si l’État ne va pas chercher ses revenus, c’est la criminalité qui s’en charge. D’où, évasion fiscale sur acte monnayé tandis que ce citoyen soutire souvent chez l’État. De plus, ce milieu consomme le luxe à travers donc paie en différé la TPS sur le même pacte, hypocrisie inutile. GAK.

S’il y a un reproche que l’on peut adresser à Dr GAK, c’est qu’en plaidant un génie architectural diplomatique endogène pour Haïti, car c’est ça l’être métaphysique qui se cache en dessous de ce rappel cosmographique et cosmogonique du Diplomatique et du Politique qu’il a tenté de redéfinir pour les siens tout en se dégageant des nymphes de la morale religieuse dans l’ouvrage sur la prostitution en […], il a abandonné avant même sa genèse le costume indigène pour le costume européen, ce en mettant l’accent sur le rococo italo-américain de Versace. Est-ce ce trompe-l’œil pour gagner je ne le crois pas, car c’est sa forme afrogenèse de la sape africaine. Reproche pourquoi : parce que la tentation limpide de l’ouvrage sur la prostitution au Québec et en Occident est payante pour n’importe quel État libre résolu de souscrire à la solution plutôt qu’à l’anathème, c’est une valise diplomatique en soi en partage avec la piété moraliste. Je crois malgré  dandysme minuscula, que son livre sur la diplomatie est un impliqué utile pour Haïti.


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur édition du 8 juillet 2020, Vol. L, No.26, et se trouve à P. 9 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/07/H-O-8-juillet-2020.pdf