De ROUMER à l’après Bernard-DARTIGUE par Daniel Milord Albertini

print
LITTÉRATURE INTERDITE par Daniel Milord Albertini

  • De ROUMER à l’après Bernard-DARTIGUE
  • Quand les cloches sonnent dans la dissonance du nouveau créole

Il y a de cela près six mois que le débat linguistique du créole m’a atteint par la note d’un sénateur, en foi de quoi il m’a lancé un rictus de la douce dérision. «Kreyol la se pa nou», si je traduis. L’assimilation de mon lexique, contrairement à son jeune âge d’époque où il devait s’étaler de Boileau sur Molière jusqu’aux Racines en compères, a fait l’objet d’une critique inversée. L’indigéniste intégriste nouveau genre parla. De manière à disséquer le créole en zone endogène et en zone exogène. La science de ce nouveau créole serait d’après lui des racines profondes d’Haïti, sans en relater le syllabè adopté d’une institution résolument savante en la matière. Je reproduis alors Émile Roumer, Jérémie, dans Chronique Créole de l’hebdomadaire Haiti Sun (Robert Diederich, récemment décédé), dimanche 22 janvier 1956, P. 3 No.18 VOL. VI :

«Après midi-a, lor’n quitté spéculations en denrée-a, m’rencontré Agronome Vaval qui raconté’m gen bureau communautaire Linton Bayard baille service la oun coute main la nettoyage café ac cacao».

«Ça fait’m plaisi parce que’m constaté que Délisca Mathurin président communauté Linton Bayard cé oun neg franc, oun nèg loyal. Ça’l di cé ço. Dépi Hazel, habitation yo té couvri bois ac crabinage et pays’a té trop à gauche pou agronome té cab occupé li.

Eh bien, Délisca Mathurin campé ac citoyens yo, manchète voyé justan bureau agronamat Jérémie reconnaite service bureaux communautaires».

«Lan Bras Gauche, oun jeune secrétaire Rémy Zamora p baille rendement lan communauté Mayanne. Dépi lan temps cyclone, l’ap conduit équipe plantation ac nettoyage café ac cacao».

«Cou nou yé-a Roger Cantave revenu de voyage à Rome coté Gouvernement té voyé’l. Habitant reprendre espoi. Lor oun n’homme gain auxiliaires comme Vaval, Pierre-Louis, Camille Jean-Baptiste, limette crié onze partout».

«Laury, coté famine tué tant d’ moune, Jeudius Dolcé campé. Équipes yo lan travail. Population ap tende ça député Maugé dit que Président Magloire ap ba yo. Communauté Gouverneurs la Rosée Ravine à Charles besoin oun élevage poissons aco un système arrosage parce que dlo pa manqué. Yo sou compte préfet Boncy qui pa manqué dévouement».

«Quant à communauté Lassise ac Fourache, yo marché main lan main. Toute services gouvernement que m’parlé, an ajoutant docteur Bouchette baille burreaux communautaires yo grand coute main. Seulement, président communauté Castache, aun n’homme yo rélé St. Allais ap gragé en place parce que’l tombé sous oun zo poisson».

«Certes, Gouvernement Magloire ap voyé moune lan pays blanc pour former cadres. En attendant, intérêt pays-a mandé pou dirigeants yo fait attention à negs capables, sérieux honnêtes, habitants qui baille gouvernement gros coute main lan tragédie que nap subi».

Je dépose ici trois éléments en épargne afin de les interpeller plus loin dans mes considérations. «Bébé Paramount» : deux mots par association qui expriment une pensée située dans un contexte de plaisir. «Shine boy» : considération de Dr. Hughes St-Fort qui le situe dans la compréhension du cireur de bottes, dit aujourd’hui «shayn lan» mais autrefois «changne nan». Et, «Abraham dit c’est assez» dans l’évocation d’une notion catholique, pour exprimer en bref, «basta», ou le seuil de tolérance est atteint. Nous y reviendrons à bon escient pour mesurer l’évolution de langues autres que le créole afin de jauger les acquis ou les revers de la révolution revendiquée.

Le texte de Roumer est explicite, non pas folklorique dans l’histoire qui ressemble à l’exercice d’écriture fondamentale afin d’enseigner. Non, c’est un fait divers raconté dans la langue que l’on rejetait même dans les masses envieuses de l’éducation et de la formation de ceux plus aisés au point d’envoyer leurs enfants et boursiers en France afin de se valoriser dans la culture haïtienne. Je peux citer le cas connu dans le contemporain, mais je m’abstiens pour ne pas céder à la chasse à néné que nous faisons tous au gré du vent : quel vent, belle question!

Sommes-nous donc authentiques alors, au contraire, le courant créole contemporain réclame un abandon de l’autre même si l’anglais siège en maître dans la pensée haïtienne rurale. Qui a même cédé le mode de vie pour une importation américaine aveugle. Où est le progrès ou l’identité alors ?

Je voudrais prendre en témoin, le traducteur de la Bible en créole, Raymond Alcide Joseph afin de lui demander ceci : d’où détenait-il le quota de la traduction qui me semble-t-il, paraît la même avec celle que nous connaissons depuis un certain temps. Ce, en considération de la réforme Bernard en remontant vers la réforme Dartigue non appliquée dans le passé. J’ai interrogé Dr P Enoque François : silence !

Je me demande d’abord si l’anglais d’Haïti Sun est resté conséquent par rapport au passé et à l’actuelle traduction dans son lexique. Pourquoi alors et quand, le créole a fait l’objet d’exclusivité fut-ce même par une déclaration d’adoption tardive hébétée pour rejeter une forme de culpabilité rejetant le français. Concours de circonstances ou quoi, la traduction des éléments de la Constitution ne respecte même pas les obligations tandis que l’on prétendrait épurer par l’anglicisme et par des éléments d’allemand, une certaine lecture française pour se croire identitaire créole ?

Faudrait-il réécrire aussi le français comme on le fit autrefois pour se croire français ?

Il y eut un dictionnaire créole publié à Montréal par un chercheur non certifié épris d’un mouvement qui embrassa le Keepka de Bain, en déformant sur une base ignare la réalité des expressions dues à l’incapacité du paysan à le faire, ainsi, déformer tout le reste comme si c’était un standard. Quelle autorité farfelue !

Je promets, je reviens aux épargnes (bébé Paramount) la prochaine fois.


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur édition du 15 juillet 2020, Vol. L, No.27, et se trouve à P. 3,5 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/07/H-O-15-juillet-2020.pdf