Jovenel Moîse et la deuxième vague by Maurice Célestin-Noël

print

Jovenel Moîse et la deuxième vague by Maurice Célestin-Noël

Les nouvelles ne sont pas des plus heureuses. A travers le monde, on attend avec beaucoup d’inquiétudes la venue de la deuxième vague de COVID19 (corona virus). Les dirigeants des pays soucieux de la vie de leurs concitoyens s’activent à l’effet d’avoir le moins de cas possible. Tout est mis en branle pour prévenir et prendre en charge les malades qui devront être hospitalisés. Cette façon de faire s’appelle une bonne planification afin de limiter ou même de conjurer les dégâts. Cette façon d’agir prouve que les femmes et les hommes au pouvoir dans ces pays ont le sens de la responsabilité et du respect de la vie de leurs ressortissants. Ils font tout pour justifier la confiance placée en eux. Ils sont en compétition serrée avec les autres nations. Ils tiennent à ce que chez eux, il y ait moins de personnes infectées et moins de morts. Ils veulent que l’on parle d’eux comme étant de bons chefs, des hommes d’État sérieux, responsables et fiers. Question de faire comprendre pourquoi ils ont combattu du bec et des ongles pour gagner le combat électoral. Question de démontrer qu’ils sont capables de faire bien mieux que leurs prédécesseurs.

Chez nous, au contraire et malheureusement, c’est différent. On implore le ciel pour que cette deuxième vague frappe de sa toute dernière rigueur de sorte que la pitié de la communauté internationale atteigne son point culminant. Qu’Haïti reçoive le plus d’aide possible. Aide qui ira, comme toujours, remplir les poches des apaches, membres de la mafia composée de parvenus millionnaires toujours assoiffés d’argent. De cleptomanes avides des moindres sous. Se fè yo fè yo sa. Spécialistes en surfacturation, quand bien même ils n’arrivent pas à rendre compte de leurs vols passés, ils s’enfoncent dans de nouveaux délits qui aggravent leur situation. Mais qu’importe, ils n’ont peur de rien car l’impunité sera toujours de leur côté. À leur service. Ils peuvent enfoncer davantage les clous, l’avenir se chargera du reste. Ils vivent avec la conception que voler l’État n’est pas voler. Ils sont en fonction pour s’enrichir. Point-barre. D’ailleurs l’exemple vient d’en haut. Le «tout moun jwenn» est la règle. Tu t’y mets ou tu t’en vas. C’est ce qui est arrivé à l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, qui ne pouvait plus respirer l’odeur nauséabonde de ses homologues pourris, malodorants mêlés à toutes sortes de transactions louches et punissables.

Mais… Il y a toujours un mais, qui peut tout arranger ou tout détruire.

Il y a, certes, la nouvelle vague de Corona virus attendue qui devra accompagner la caisse de charité. Cependant, nous parlerons, de préférence, de la deuxième vague de révolte, qui devra, sous peu, éclater en Haïti. Véritable guerre civile.

En effet, en Haïti, il y a cet – te deuxième vague de violence incontrôlable, terrible, à sa manière, qui fait peur, qui fait trembler, qui doit venir avec son lot d’incertitudes. La première vague était un coup raté, on ne sait pourquoi. Toutes les conditions étaient pourtant réunies pour que Jovenel Moïse laissât le pouvoir, et, d’un coup, comme une obéissance à un ordre de dernière minute, la cloche de la retraite avait sonné et le béton était vidé. Les morts enterrés et le palais rallumé de ses mille feux. Quelle main invisible a agi ? Quelle force a réagi ? Personne ne sait. L’essentiel, les agitations qui avaient annoncé les dernières heures du pouvoir s’étaient subitement estompées. Et le calme inexplicable avait repris son cours. S’imposait. Mais le niaiseux et improductif président n’avait tiré aucun profit de cette période d’accalmie. Loin de remonter le courant, il a conduit la barque vers le bourbier où elle s’enlise, cette fois de façon irréversible. Et, cette fois-ci, monsieur MOÏSE a vraiment peur. Il craint cette deuxième vague, qui s’annonce violente et meurtrière. Tellement paniqué qu’il déconne. Il est déconnecté de la réalité. Tous ses propos sont des bizarroïdes, des excentricités propres à attiser la colère de tout un peuple qui ne veut plus des pratiques duvaliériennes qui ont tant endeuillé les familles. Il a totalement perdu son Nord. Il divague jusqu’à aller déclarer publiquement que «quel le que soit la forme d’élection, il aura incontestablement le pouvoir, un pouvoir non négociable». N’est-ce pas le comble de l’imbécillité ? Prononcer pareille idiotie, n’est-ce pas une invitation claire à la révolte, à aller au-devant des événements qui, jadis, avaient permis à François DUVALIER d’assauter le pouvoir et de tenir le peuple haïtien dans la plus cruelle dictature? Non, plus jamais. Jamais, jamais, et encore jamais. Non, Jovenel Moïse, cet enfant ne va pas naître. Votre plagiat de code pénal nous autorise à procéder à son avortement. Votre projet sera tué dans l’œuf. Tenez-le pour dit. Sachez que les temps ont changé. Apprenez que le lait doit obligatoirement s’abaisser après sa montée spectaculaire. On voit bien que ce lourd, ce maladroit sans aucune agilité d’esprit n’a pas lu l’histoire d’Haïti. Que la petite histoire de ce coin de terre ne lui a pas appris que Paul Eugène MAGLOIRE portait un caleçon en fer, que François DUVALIER était un être immatériel et que Jean Claude DUVALIER avait une queue de macaque. Jovenel MOÏSE déconne en répétant ces idioties. Il fait preuve d’une imbécillité crasse en se mettant en tête qu’il serait un in touchable. Propos de verbeux, de maigrelet de corps et d’esprit, en vérité. On parlait, à un certain moment, de l’invincibilité des portes en fer de la douane de Port-au-Prince, pourtant, la pisse des vagabonds les avait rongées de part en part. Donc que monsieur MOÏSE se calme et se taise. Qu’il se souvienne que le pouvoir est éphémère autant que la vie.

La deuxième vague sera brutale, monsieur. Vous n’aurez pas la chance … D’ailleurs, le ver est déjà dans le fruit que vous avez en main. Faire preuve de sagesse… démissionner, est votre dernière chance. À vous de choisir alors qu’il est encore temps. Vous avez semé le vent, la récolte de la tempête est proche. Le crachat, que vous aviez lancé, vous est retourné sur le nez. Passez votre main et vous verrez. Vos adversaires ont étudié les faits et les causes de l’échec de la première vague. Ils jurent de ne pas perdre la bataille une nouvelle fois.

Alors à vous de savoir… *Maurice Célestin-Noël (Le Chapeauteur), avocat rmaurice.celestin@gmail.com


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 29 juillet 2020, VOL. L, No.29 – New York, et se trouve en P. 5, 12 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/07/h-o-29-juillet-2020.pdf