Aide à la mise en place d’un État délinquant en Haïti… par Léo Joseph

print
TOUT DROIT DANS LE MUR, DES ÉLECTIONS DERMALOG

  • Les Américains partie prenante des incongruités du PHTK
  • Aide à la mise en place d’un État délinquant en Haïti… par Léo Joseph

L’Amérique du Nord, de Jimmy Carter à Barack Obama, en passant par Ronald Reagan, et les deux Bush père et fils, pour ne citer que les chefs d’État des trente dernières années de ce pays, ne pourront certainement pas contenir leur colère quand seront ouvertement manifestées les dérives de Jovenel Moïse et son équipe se manifestant dans une litanie de crimes de lèse patrie et de lèse Constitution. La dernière intervention directe de Washington, dans les affaires internes d’ Haï ti, sous forme d’injonction au Palais national pour que se tiennent des élections, dans les présentes conditions, constitue un crime que les patriotes authentiques d’Haïti n’arrêteront pas de dénoncer de sitôt. Incontestable ment, par ce dernier geste, le grand voisin s’associe à tous les crimes reprochés à l’équipe PHTKis te au pouvoir. Dès lors, il contribue à la mise en place d’un État délinquant qui se confirme de plus en plus par ses actes et décisions. Washington se laisse-t-il séduire par les incongruités de Jovenel Moïse ?

Dans la mesure où le diplomate en poste dans un pays a pour responsabilité d’informer son gouvernement, par rapport aux événements de toutes natures se déroulant dans le pays où il (ou elle) est accrédité, afin de permettre à ses supérieurs de formuler leur politique envers le pays d’accueil, il faut conclure que Michele Sison, l’ambassadeur des États-Unis en Haïti, achemine au Département d’État des rap ports ne reflétant pas la réalité sur le terrain. Mais on doit ajouter immédiatement que les dérives de l’équipe dirigée par Jovenel Moïse sont si effarantes et scandaleuses qu’elles ne sauraient échapper à l’entendement des autorités américaines, en dehors des témoignages provenant de la mission diplomatique des États-Unis à Port-au-Prince. Car, Washington prend toujours la précaution de planter dans ses ambassades des diplomates attachés au service contre-espionnage, dont la responsabilité consiste à surveiller le personnel affecté à leur mission diplomatique, du numéro 1 jusqu’à celui qui entretient l’immeuble et les mobiliers. À moins que ces diplomates spéciaux soient corrompus, par on ne sait qui, pour regarder ailleurs, ils auraient tout bonnement suppléé aux « défaillances » constatées au niveau du chef de mission. Dans le cas d’Haïti, il s’agit de Michele Sison.

Quand bien même l’ambassadeur américain en Haïti aurait émis des tweets ou communiqués depuis sa mission, à Port-au-Prince, de tels documents officiels porte l’empreinte du Dé parte ment d’État. C’est ainsi qu’il faut traiter ces phrases relatives aux élections haïtiennes émises le 17 septembre. Mais, il faut se garder d’en mal interpréter le contenu.

En effet, le dernier tweet de l’ambassade des États-Unis met en évidence la suggestion américaine : «Haïti doit faire son travail et former un nouveau CEP avec des membres ayant une réputation d’intégrité, d’honnêteté et de compétence pour organiser de processus électoral libre et juste ». Tout en agitant ce qui a l’allure d’une menace : des « conséquences pour ceux qui font obstacles ». Mais il ne faut pas minimiser non plus ces éléments du tweet : « Selon les vœux de la Constitution ».

Les acteurs de l’opposition doivent se garder d’aller trop vite en besogne en identifiant les cibles des menaces contenues dans ce dernier message. Car les meneurs de l’opposition n’ont pas le monopole des «obstacles». Si les secteurs de la communauté internationale qui appuient sans réserves Jovenel Moï se et PHTK, en dépit de leurs nombreuses dérives, tout en se déclarant respectueux de la Constitution, il faut dénoncer leurs errements, sinon la corruption qui caractérise leurs politiques à l’égard d’Haïti. Surtout que l’ambassade américaine et la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH) ont déclaré n’être pas à cent pour cent d’accord avec la manière dont Moïse a réagi au tweet du 17 septembre. Car lors d’une rencontre avec le chef de l’État haïtien, au Palais national, il y a à peine 72 heures, les ambassadeurs Michele Sison et Helen La Lime, tout en félicitant Jovenel Moïse d’avoir créé le CEP, lui ont signifié leur insatisfaction par rapport à la création de cet organisme électoral. Bien qu’il n’ait pas été donné de savoir précisément en quoi consiste cette déception, il faut se demander s’il ne s’agit pas de la condition anticonstitutionnelle des nominations violant les normes établies par la Charte fondamentale.

État délinquant en Haïti, Washington partie prenante

Point n’est besoin d’être grand clerc pour comprendre que, avec Jovenel Moïse au pouvoir, un État délinquant s’établit en Haïti. Les différentes décisions du Palais national ainsi que les actes posés directement par le chef de l’État ou par personne interposées, telles que ses alliés des gangs armés, autorisent d’emblée cette conclusion. En effet, sur le plan administratif, les actes par lesquels le chef d’État violent les lois du pays et la Constitution deviennent la norme sous le régime PHTKiste. S’il était question de les énumérer, la liste serait trop exhaustive pour les signaler tous. Mais on ne peut s’empêcher de rappeler les faits de corruption, de détournements de fonds publiques, ou encore d’opérations frauduleuses me nées par la première dame de la République, ou bien d’autres responsables du pouvoir, quand ce n’est par le président lui-même.

En sus du fonds PetroCaribe, dont les USD 4,2 milliards $ ont été volés, détournés ou gaspillés, et que l’effort de demande de comptes est confronté à la résistance infernale du président, intimement lié à cette vaste conspiration, les hommes et femmes au pouvoir en Haïti participent à d’autres crimes financiers et économiques. Si la campagne lancée pour reconquérir les fonds de l’État volés du compte alimenté par la vente du pétrole vénézuélien, des sommes encore plus importantes ont été escamotées. De telle sorte que celles-ci dépasseraient de loin les plus de USD 4 milliards volés du fonds Petro Caribe. D’après l’ex-ministre des Sports et de la Jeunesse démissionnaire, Max Athis, plus de USD 4 milliards $ ont été détournés de l’aide bilatérale ou de va leurs données sous forme de don à Haïti, qui ont été tout bonnement volatilisés. Sans oublier de mentionner les transactions frauduleuses, en relation avec des achats effectués par l’Exécutif qui ont rapporté des centaines de millions sous forme de ristournes. Comme, par exemple, les millions payés à Martine Joseph-Moïse, la première dame de la République, par la compagnie allemande Dermalog. Grâce au Palais national, celle-ci a bénéficié, sans appel d’offres, du contrat de confection de la carte nationale d’identification, également prévue comme carte électorale.

À noter aussi que faute de l’indisponibilité du Fonds Petro Caribe, qui servait de « tirelire » aux dirigeants haïtiens, Jovenel Moïse a subtilisé les fonds réservés dans le budget, effectuant des ponctions sur les allocations des ministères et des secrétaireries d’État. Au fait, après avoir ainsi opéré pour trouver les premiers millions qui servaient au financement de son premier projet vedette (avant l’électricité 24 sur 24, 7 jours/semaine sur toute l’étendue du territoire), la Caravane du changement, les travaux se sont définitivement arrêtés. L’arrêt de mort de la Caravane a été signé lorsque Alberto Moreno, directeur de la Banque interaméricaine de développement (BID), n’avait pu délivrer le financement qu’il avait promis pour favoriser la poursuite du projet. Ayant pris connaissance du brigandage financier et économique qui se donne libre cours, sous le régime de Jovenel Moïse, le Conseil d’administration de la BID a usé de son droit de véto pour bloquer tout décaissement de fonds au profit d’Haïti. En effet, un camouflet infligé à ce dernier.

Bien que Jovenel Moïse ait remporté la palme, en mal gouvernance et dans les faits de corruption et de crimes financiers et économiques, ce la n’empêche au gouvernement amé ricain, sous la direction de Donald Trump, de l’adopter comme «partenaire diplomatique ». Quand, dans ses notes de presse diffusées occasionnellement, l’ambassade américaine prétend « accompagner » le peuple haïtien, dans le cadre du développement durable, une telle déclaration prend l’allure d’une boutade complètement vidée de sa valeur. Car l’objectif de l’ambassade américaine durant le tour de service de Michele Sison semble plutôt viser à maintenir Jovenel Moïse et PHTK au pouvoir. Il s’agit d’une perversion de la mission diplomatique des Américains dont on ne peut vraiment expliquer le motif. De toute évidence, un État délinquant s’installe progressivement en Haïti, une entreprise à laquelle les Américains sont partie prenante.

La vocation criminelle de Jovenel Moïse

Il est impossible de faire le bilan des crimes financiers perpétrés par les deux régimes PHTKistes qui se sont succédés, depuis 2010, pendant que Jovenel Moï se dirige la barque nationale. Encore plus, on ne peut énumérer les assassinats, collectifs et individuels, mis au compte des affidés de Moïse évoluant dans les quartiers défavorisés. Il n’est un secret pour personne que les gangs armés, qui imposent leurs lois dans les bidonvilles du pays, dont le plus grand nombre se concentre à Port-au-Prince, émargent au budget national, grâce à la générosité de Nèg Ban nann nan.

Les différents témoignages disponibles font du Palais nationale, par le truchement des alliés de Jovenel Moïse, au Parlement, aux ministères et au sein d’autres institutions d’État, font de la présidence leur pourvoyeur d’armes et de munitions. On a appris tout récemment que le Palais national se donne le rôle de fournisseur de provisions alimentaires aux fa mil les des gangs. Par le truchement du Pa – lais national, « Piyay Market », honorait les fiches alimentaires émis à l’intention des familles de ces bandits par la présidence. Le propriétaire de cette entreprise, M. El Saïeh, a été abat tu, le 27 août, en face de son magasin, à Lalue, par des hommes armés non identifiés. On devait apprendre, par la suite, que les fiches ali mentaires soumises à Piyay Mar – ket, par les familles des gangs armés, avaient accusé une dette de 13 millions de gour des, que le Palais négligeait de payer. À la suite de plusieurs tentatives infructueuses pour récupérer cette dette, El Saïeh avait pris la décision de cesser d’honorer de tels documents. D’où la décision qui a été prise de l’éliminer.

Quoi qu’on puisse dire et faire, ce meurtre est imputable au gouvernement Moïse, qui n’a pas su prendre de mesures pour protéger cet homme d’affaire, car sachant que les gangs armés du pouvoir ont la gâchette facile. À moins que l’assassinat d’El Saïeh ait été commandité par le Palais national. En tout cas, les assassins de cette victime courent encore.

D’autres part, les gangs armés proches du Palais national n’ont cessé de semer le deuil dans les bidonvilles. Des massacres collectifs se sont produits à La Saline, Cité Soleil, Boston, Delmas 2 et 3, Pont-Rouge, Bel-Air, Carrefour-Feuilles, Village de Dieu, Grand Ravine, etc. Au cours de ces carnages, assimilés à des « crimes d’État », des centaines de personnes ont été tuées, y compris des femmes et des enfants à bas âge. Certaines de celles-ci ont été violées, tandis que les cadavres d’autres ont été abandonnés sur des piles d’immondices livrés en pâture aux pourceaux.

Pourtant la police n’est jamais intervenue pour porter secours aux victimes. Ce qui est le plus scandaleux, des policiers sont remarqués à bord des véhicules blindés de la PNH prêtant main forte aux bandits durant leurs opérations criminelles, au cours desquelles des maisons de victimes ont été incendiées.

Les gangs armés, considérés comme une véritable milice, au service du régime Tèt Kale, se sont même fédérés sous le leadership de Jimmy Chérizier, communément appelé Barbecue, un ex-policier expulsé de l’institution policière pour mauvaise conduite. Criminel endurci ayant participé à maintes opérations telles que décrites avant, Chérizier s’est signalé à l’attention de Helen La Lime, la représentante en Haïti du secrétaire général des Nations Unies, au point que cette dernière a rappelé au régime Moïse-Jouthe d’ordonner l’arrestation de Chérizier se trouvant sous le coup d’un mandat d’amener depuis l’année dernière.

En tout cas, « activement recherché par la Police », selon les déclarations d’un porte-parole de la PNH, Jimmy Chérizier circule librement, sans être jamais inquiété. D’ailleurs, au cours des deux dernières semaines, ses troupes de criminels ont envahi les quartiers de Bel-Air et de Pont-Rouge, à plusieurs reprises, faisant des morts et des blessés, en sus de détruire plusieurs maisons par le feu.

À la lumière de tous ces faits, le constat est établi : Haïti échappe totalement au régime de la loi, tel que cela se conçoit normalement dans n’importe quel pays démocratique, ou civilisé. Désormais c’est le règne de l’arbitraire qui prévaut en Haïti, les brigands sont au pouvoir. Voilà l’équipe gouvernementale que le Département d’État de Donald Trump appuie politiquement et diplomatiquement.

Les Américains (l’administration Trump) menacent de sévir contre tous ceux qui refusent dc cautionner l’organisation d’élections faites sur mesure faisant l’objet du plan Moïse. L’ambassade américaine a indiqué, dans le tweet du 17 septembre, qu’il y aura des « conséquences » pour les récalcitrants. Or celles-ci sont loin d’être à sens unique. Puisque le peuple haïtien ne manquera pas de se rappeler qui a véritablement fait preuve de solidarité à son endroit, dans ses malheurs avec Jovenel Moïse et PHTK. L.J.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur (New York) édition du 23 septembre 2020, VOL. L No.37 et se trouve en P. 1, 9 à :  http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/09/H-O-23-septembre-2020.pdf