Le Juron d’F Legault Coûte Cher au Québec Masqué sans N95/3M

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Le Juron d’F Legault Coûte Cher au Québec Masqué sans N95/3M
  • OU QUÉBEC EN MANQUE DE LEDERSHIP POLITIQUE GÉNÉRAL
  • Entre (), la guerre de la barr-e contre celle de tromp-era est-elle en cours, fermons (). 

Il n’est point besoin de mentir comme le font certains diffuseurs publics aux frais de la Reine : se vanter de professionnalisme. Le code de couleurs pour la traçabilité et pour la prévention a bien été proposé. En outre, le code raciste systémique a troublé la vue de plus d’un, l’État en a payé au Québec. L’Église adventiste par exemple, l’a suivi au Québec en lieu et place de la prévention, que dire de la prémonition. On dit,  d’une part, que gouverner c’est prévoir, chez l’État. Et, d’autre part, que l’esprit de Dieu en nous nous éclaire, dans l’Église. Alors, en termes de gouvernance c’est la catastrophe au Québec avec François Legault, et, en termes de spiritualité c’est avec l’infertilité liturgique que gère l’Église Adventiste par le fonctionnaire ecclésiastique Luis B Vicuna en l’occurrence. Le politicien n’a pas aidé, le ministre de l’évangile non plus, au contraire, le port du masque a été la pierre d’achoppement ! 

Biographie du gouvernement Legault

Peut-on dire que le PM canadien, Justin Trudeau l’avait pourtant dit que le blâme sur le masque musulman était une aberration, on ne le niera pas quand même la Presse publie un titre ouvert : «loi 62 : Trudeau ouvre la porte à une contestation judiciaire». À visage découvert on est à risque tandis que le port du masque musulman devient par ironie une protection. Urgence sanitaire, autre loi. Réclamée par F Legault et sa douche froide de ministre anciennement secrétaire de Coroner, et de son directeur de la santé publique. Danger ambulant celui-ci, parlant de masque ? Parlant de sans masque pour se justifier, le ministre de la Santé dit : «nous autres les Latins», par rapport aux autres. Et nous, les je ne sais quoi de l’on ne sait qui dans ce pays de racisme systémique où l’on cause la mort d’une femme autochtone en plein service obligatoire de santé. Aurait-elle eu un masque musulman autochtone interdit par la meute ? Ministre de l’évangile, L.B. Vicuna partagea en prières l’idée que Noir n’est pas québécois. C’est devenu une excuse que de prétendre subir des menaces de… !

Arrêtez de nous dire que vous recevez des menaces de mort pour le masque : faux. Remettez-les au public, c’est une affaire publique, si ce sont vos fanatiques qui plus que menacent les porteurs de masque médical et de chirurgien au Québec, mais qui tuent des innocents en pleine mosquée pacifique. Quand le prêtre pédophile connu est caché de la caméra pour faire civiliser et faire augmenter le taux réclamé de la Ligue qui légitimise à la place du scientifique, du médecin, en accueillant la victime dans un silence complice. Il y a un prix politique à payer.

La mort est à la charge de ce gouvernement de croque-morts comme idéal politique.

Trois partis pour tromper, avec le BLOC qui défend la «race canadienne-française» prônée depuis Le Monde Illustré avant 1904.

Imaginons un peu Dominique Anglade avec le voile, non le masque de sa loi libérale mal conçue mal appliquée renforcée par Legault depuis ses critiques à l’Opposition, en plein COVID-19, nous n’en sommes pas à COVID-21. Le Devoir a été si bien illustré à l’époque avec : «Neutralité religieuse et visage découvert», personne n’avait à l’époque soupesé le poids de cette tradition pour certains, culture pour d’autres, imposition évidemment pour plus d’une, on ne le niera pas, mais commerce et mode pour la grande majorité.

Rappelons-nous par l’article de la SRC sur Bouchard-Taylor qui souhaitait tant que plus du Parti Libéral, y compris les partis de l’Opposition, d’après l’article ci-après : «L’Assemblée nationale adopte le projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État» (notons cette neutralité religieuse a fait grâce à la Ligue qui s’estime divin dans son approche du mariage homogène tout genre, orchestré contre le lien hétérogène).

Un coup d’œil chez Wikipédia offre en résumé les réactions ontariennes, albertaines et celles de Justin Trudeau, en voyant selon l’Alberta, «un jour triste pour le Canada par la faute du Québec», malade je rajoute.

Il faut considérer que le Canada depuis les événements du 11 septembre à NYC avait adopté plus d’une mesure couteuse en matière de sécurité et de reconnaissance, à l’aéroport même, avec ses scanneurs humains qui voient si loin que nos tripes, que dire d’un visage sous voile.

Mieux, le masque du chirurgien est une forme de service à visage non découvert en pleine opération, de la RAMQ. Le N95/3M sur un chantier spécialisé, avec risque de contamination par particules suspensives dans l’air et l’étalage va plus loin, à visage non découvert, que rendait incohérent cette mesure anti musulmane pour imposer une autre façon qui a rapport à une simple mode érigée en industrie au Québec même par le commerce. C’est donc dans la consternation que l’inculte ministre (je ne parle pas de l’individu, mais du ministre) qui semble hérité de l’action décrite dans Le Monde Illustré parlant «de race canadienne-française» à protéger, religiosité), Simon Jolin-Barrette dans un fanatisme étourdi (sur quoi se base-t-il pour mieux se définir québécois que d’autres, plus anciens que lui : sur la couleur de l’épiderme en fonction d’une origine familiale ?), avec son aberration politique encore, commentée évidemment différemment par le Devoir dans «La CAQ dépose son projet de loi sur la laïcité de l’état québécois».

C’est une plaidoirie claire en faveur du visage non découvert et de la condamnation au sein d’une population non en passe de sortir de son alphabétisme persistant que dire de comprendre dans une langue non écrite, l’enjeu réel caché de politiciens apprenti dictateur.

Le Québec n’a pas de chances. Legault reconnaitra lui-même son pacte dégénéré par le manque de vision, quand le Devoir le titrait : «Legault à la défense des services publics «à visage découvert». Legault devrait tout simplement dire aujourd’hui : on récolte ce qu’on a semé. D’autant plus qu’en promettant une relâche de Noël en resserrant l’Action de grâce, c’est allumer une chandelle dans un lac de pétrole en plein désert. Désert d’idée cette fois-ci, covidien aussi. Mais, quand on considère le discours d’arrivée du nouveau chef du Parti Québécois, en l’occurrence Paul Saint-Pierre Plamondon, il est m’est fort aisé de présager le pire de l’après Lisée avec une gouvernance de parti à la hauteur de standard de tweetage, c’est à se demander si le PLQ ne ferait pas mieux aller se chercher rapidement un Denis Coderre comme chef, réelle option de gouvernance diplomatique que de gags d’Opposition-Anglade.

La délégitimisation du masque

Quand en 2019 F Legault a poussé sa politique pour délégitimer le masque sous la forme du voile islamique avec sa notion à visage découvert dans le recevoir et dans le donner les services, la bêtise ne lui a pas fait penser que le monde évoluait à un autre rythme. Prévoir en gouvernance que dire de bonne gouvernance, une province quand le fédéral offrit plus de garantie au citoyen, nous étions à risque au Québec. Un risque de tentation totalitaire comme s’il voulait dire : si cela est possible avec Trump en déchéance du Droit aux É. U., il le lui serait possible aussi de se faire voir héroïque par la bêtise au Québec.

Y a-t-il un modèle québécois éloquent basé sur le racisme systémique qui mène vers la faillite, j’ai été puisé dans une étude sur le Mouvement Desjardins, réalisée par Dr Gérard Kennedy Alcius, (2000/maitrise), pour trouver ce qui suit : «Ainsi Desjardins va se priver d’un bassin plus riche en expérience, en expertise et en diversité, et ce sont d’autres organisations qui profiteront de la contribution de personnes compétentes». C’est en plus de la notion de Le Monde Illustré des années citées. Qui se ressemble s’assemble.

L’on comprendra Legault dans ses propos sur la vente d’Air Transat, en 2019, en rapport à sa création, idem sur sa pensée réduite de ce qu’est un état sous forme de province à gérer. Un premier ministre qui parle de ses émotions comme message politique pour une entreprise séparée au lieu de comprendre les besoins généraux du Québec. L’histoire est dynamique, L.B. Vicuna l’ignore-t-il chez les adventistes ?


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haiti-Observateur, édition du 14 octobre 2020, VOL. L No. 40 et se trouve en P. 5 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/10/H-O-14-octobre-2020.pdf