La Prochaine Chute Chez l’Abbé du Deal va Laisser des Stigmates

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

La Prochaine Chute Chez l’Abbé du Deal va Laisser des Stigmates

Entre (). Céant peut-il clarifier sa position dans l’affaire Morne Calvaire du dossier Rigaud, en association avec une montre de luxe suisse qu’il aurait reçue de celui-ci, dans le but de retirer des titres de propriété de façon inappropriée en république-de-lemiso ? Fermons (). 

Si d’Ottawa nous souffrons pour le peu de fumée secondaire, le cannabis du voisin, disons le fait légal, il vaudrait peut-être mieux passer le test du lendemain avant de traverser la frontière surtout à Lacolle. Justin T, nous pose un imbroglio diplomatique avec l’abbé du deal en même temps que la facture judiciaire réinventée. En commerçant la plainte croisée qui se combinera au tribunal (au profit de l’appareil judiciaire et des avocats). La police n’est pas outillée pour intervenir en constat d’infraction, en constat tout court. Extrapolons, le policier fumeur de service, après avoir grillé un joint en pose, c’est légal, sans test, distribue des contraventions en appliquant son jugement, sa vigilance. Fumée-cannabis secondaire du voisin de gauche  imposée au voisin de droite, non-fumeur. Lois et règlements à interpréter quand il faut appliquer. Le bloc de six logements héberge cinq voisins fumeurs de cannabis contre un non-fumeur qui part pour Plattsburgh respirer de l’air frais. Sauf que, le test sur la frontière peut se révéler très onéreux même pour le client forcé de la fumée secondaire du cannabis récréatif. Ici commence son vrai calvaire avec reportage frontalier sur ordre de l’abbé du deal voulant fuir l’axe Le Bron James, pour offrir de l’exo… à son électorat du mid-term, objectif : occuper Mueller ailleurs que de la causa filius qui de toute évidence va laisser des stigmates.

Justin en prend-t-il déjà au volant du Canada, puisque illégale il aurait avoué avoir déjà fumé du pot (donc vendeur illégal) ? La fumée secondaire aurait atteint l’abbé du deal alors, car il déraille et s’il ne fait pas son mea culpa, le filius va faire trembler DC. Justin a-t-il pigé que l’argent espéré des taxes et du cannabis traverse la frontière en pertes sèches en dollars américains, pour défendre les enfants de la Reine ?

Imaginons un instant le filius de l’abbé du deal formellement accusé, détenu, au nom de la loi. Bracelet aux chevilles. L’abbé du deal ne saurait s’imposer sans révoquer la loi dans le cadre même de sa fonction. Scandale même chez Maduro, folie pour Xi, que dire de Kim filmant sa sympathie. Carton rouge de Mueller, AFP exporte le scandale mano-Banella à DC, « si ce n’est toi c’est ton frère ». Justin ébranlé gardant le silence pour dealer la fumée secondaire ? Les grandes écoles d’Oxford à Harvard en passant par Montpelier, ont échoué quand Moscou baigne déjà dans la boue de Bachar. Le passé de l’autre, soit Abraham prostituant Sarah chez Pharaon, en Égypte, sous le couvert du mensonge égoïste, appât du gain, lui remonte au nez et, la roue de ce que j’avais dit en mettant en garde contre un « mein kampf » renouvelé, est en révolution par un effet pervers qui associe et désengage l’homme de bonne volonté. Mueller  alors ici, verra-t-il l’Amérique qu’il connaît se mettre debout contre la tentative exercée chez Donaldo l’abbé du deal ? Les stigmates seront profonds dans ce pays où l’économie-Avon a tracé le pacte du « s…-hole » candidat comme modèle de référence en 2016. Rappelons-nous, nous sommes déjà en campagne avancée de mid-term avec une nuance : l’abbé du deal rame.

De Paris mano Macron favorisant ses plombiers en taclant Canada et Haïti sur la francophonie internationale, aurait perdu les grands airs de Maupassant au lustre d’immortels en coupole de Richelieu. Il cède la place à l’exergue du p’tit nom dont Port-au-Prince seul connaît les us en alphabet des nuits. Obligé je verse dans ce laps de sobriquets où DC n’en exige pas mieux aux UN. La critique m’exonéra la morale rimant oh, baliverne, oh, évasion. Il y a là un insensé en maestria contre Maduro (du Bois, en français). La morale est là. Si cela ne s’appelle pas diplomatie ni convention internationale tandis que la bible elle-même nous dit de sonder les écritures, c’est bien le sweet-mikysme qui règne en dealer sous la coupole du Moulin-Rouge.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 08 août 2018 et se trouve en P. 13 à : http://haiti-observateur.ca/ho20juin2018/H-O%2008%20Aout%202018.pdf