Boulos Confirme le Jaune Du Hezbollah Cubain

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Boulos Confirme le Jaune Du Hezbollah Cubain
  • OU L’ÎLE DU DOCTEUR BOULOS DE LA 3E VOIE
  • Entre (), Oh, que j’aime la politique : «lo ou ap neye, ou kenbe branch ou jwenn». Fermons (). 

Quand j’ai commencé à observer la tendance décrite de Réginald Boulos, j’avoue souhaiter me tromper, car je crois devoir accorder la chance au coureur par principe. Je me suis même reproché une certaine apathie contre ce qui naturellement devrait attirer dans ce pays de slogan. Et, de meringues mêmes en période hors carnaval. Un ami expert en droit, au Canada, m’avouait de son côté un penchant pour le module de la 3e voie qui découlerait bien avant Boulos, d’Anthony Giddens. Garry Dieuveille Romulus est adepte inconditionnel de l’éthique. Postulat oui, car il ne connaît pas réellement Réginald Boulos au point de jurer sur un copain universitaire depuis les tendances qui seront avérées plus tard, Garry a tenté de me vendre le produit Boulos. C’est la guerre des mots contre celle du silence rebelle, toute la dialectique, car nous avions l’habitude. Les neurosciences en seraient ravies de la démonstration : vendu.

Garry est un pacifiste né ou d’éducation, mais surtout un penseur et grand débatteur diplômé, faisant partie de la meute universitaire du même genre qui attendait souvent l’automatisme proverbial de Frankétienne pour l’éprouver à l’aréopage de l’UQAM ou de l’UDM. C’est à cette mesure que j’ai approché la 3e voie de Boulos qui s’affichait déjà dans la mémoire d’éditeur de Léopold Joseph. C’est ainsi que Léo Joseph de la plume du journaliste avait tenté rencontrer Dr Boulos à New York si je ne me trompe pas. Un rendez-vous qui suscita un autre qui n’arrivera pas. Je ne veux pas dire jamais, à en croire une critique familière, car Boulos se prononce seulement en terrain acquis ou apprivoisé. La critique est aisée dit-on. On reconnait l’arbre à ses fruits par contre. Boulos se voulait d’un Castro d’Haïti, piétinant de Louverture à Dessalines jusqu’à offenser Ernest Léon que j’ai défendu alors. Pour nous offrir quoi ? Je percevais un Hezbollah cubain d’après le langage. C’est de bonne guerre. Mais là, ce sont les couleurs qui m’ont carrément convaincu de la prophétie de la grande turbulence à venir, des prophètes du terroir. Garry Romulus ne viendra pas me vendre du Libanais pour l’Ouverture de Dessalines, par Castro alimenté du Bolivarisme nourri en Haïti. Ola : NON !  

Boulos s’est vendu tout seul. Trahi même avec le jaune du Hezbollah. Le bleu intégré n’est pas celui d’Haïti, mais celui de Cuba. Tel qu’il l’avait promis, mais évite le vert libanais dans le jaune. Un Hezbollah cubain. La bataille est rude en République, je comprends : «ti mapou pa grandi anba gwo mapou». Il veut être aussi grand. Je dis alors à Réginald Boulos : Haïti, «si ou renmen grenn Ii, ou dwe renmen pye a».

Note particulière à ce lecteur de la globalité. Souffrez de l’insertion créole sans la traduction académique. Appelez alors au quai Conti pour réclamer la mise à jour ex aequo du latin.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, VOL.1 No 1 New York, édition du 8 janvier 2020, et se trouve en P. 12 à : http://haiti-observateur.info/wp-content/uploads/2020/01/H-O-8-January-2020.pdf