Les Quatre Faces du Diable de Lyon OU PREYNAT PROTÉGÉ DE BARBARIN

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Les Quatre Faces du Diable de Lyon OU PREYNAT PROTÉGÉ DE BARBARIN
  • Entre (), Canada-Québec : quelle belle histoire de politique d’imbéciles par élection, l’ancien premier ministre du Québec, en l’occurrence Jean Charest, n’est pas estimé un homme propre dans un dossier où l’ancienne ministre N Normandeau, ne plaide pas nécessairement non coupable aujourd’hui, mais, de procédure trop longue, là où le délit mineur est enfermé. Jean Charest croit vouloir être PM du Canada : pour quel peuple ? Fermons ().

Preynat coupable, qu’en est-il de Barbarin qui l’a abrité aux frais de ses victimes mineures ? Pendant longtemps. Imaginons, simulons l’article inédit de la presse musulmane islamiste : les quatre faces du diable catholique de Lyon, ou Preynat protégé de Barbarin. Je soutiens, ce n’est pas de l’appropriation, mais une forme d’emprunt de la pensée médiatique d’un de ces pays. D’abord, Salman Rushdie publiera sur le fait avec la même dérision que sur l’Islam dans le temps [NON], il l’aurait déjà fait. Le catho par contre viendra-t-il me faire la…  pour offense à sa majesté Preynat-de-Barbarin, comme à l’époque des hérésies, je l’attends avec versets lois. Et, plus si nécessaire le dies est y répondra dans les règles de l’infini. Je le dis avec insistance, c’est une simulation. Je ne veux défendre ab absurdo le silence d’en face pour en faire l’hypothèse déposée. En outre, la guerre serait ouverte, la victime reconfirmée.

La première option de cette presse I serait devoir critiquer vertement et non sans raison, les associations dont les vertus et dominations grandissantes, ne disent mot sur la criminalité du geste de Preynat. Est-ce alors le membre caché ce Barbarin ce Preynat par dieu-Decourtray ?

La deuxième option serait devoir critiquer ouvertement et non sans raison, le gouvernement associé à cette défense par la loi de l’omerta quand il s’agit de s’afficher, c’est la glorification politique et un leadership mesquin, sur le dos de la victime au pluriel.

La troisième option serait devoir réclamer justice pour la victime, par voie de solidarité, mais je ne crois trop en celle-ci, car la défense de ce droit n’est nullement démontrée en logique I.

Je reviens cependant à la solidarité socio-internationale, là où pourtant tweet, facebook, etc. soutiennent toute forme toute cause en alerte. Alors, pourquoi l’omerta-Barbarin en amont, et ce silence sur le silence-Barbarin jusqu’à aujourd’hui quand il y a «me too», le droit est-il si peu universel après tant de lunes de l’universalité des droits de l’homme, en France. Je note que cela se passe à une époque où l’État veut être dieu quand on ne tolère Dieu de la foi, et  l’État nous redéfinit la mort par le matériel entre les mains de la science d’une part, mais en réalité entre les mains d’une industrie, d’autre part. Mieux, d’un capital à qui l’on se soumet.

Le Vatican est un État invité, il n’est pas un État membre, donc sans droit de vote, pourquoi l’ONU n’a-t-elle rien dit non plus quand on parle avec frasques publicitaires dénonciatrices sur les victimes de camps réfugiés ou de prisonniers de guerre, mais la blessure ici : omerta ? Les quatre faces du diable catholique de Lyon, ou Preynat protégé de Barbarin n’est pas le titre d’une imposture déguisée en faveur d’une presse citée plus haut. C’est la définition même dans les termes décrits de la Bible que tenait Preynat-Barbarin du diocèse de Lyon, en soumettant les victimes innocentes à la déification suggérée de Decourtray dans Paris Match No. 2533-2065/22 déc. 1998, P.XXXIV : «je voudrais que tous les hommes deviennent DIEU». Mais ce DIEU à ce stade était accessible rien qu’à Preynat le prêtre lgbtqD pédophile.

La presse musulmane islamique n’a en fait rien dit. L’adventiste pas plus que la presse juive ni de JW, ou, toute autre de culte réformé, n’a su dire. Spiritualité et droits sont en berne !


Cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, édition du 29 janvier 2020 VOL. L, No. 4 New York, et se trouve en P. 12 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/01/H-O-29-janvier-2020.pdf