Géographie du COVID-19 sur le Marché Noir du Masque [ou] Anarchisme d’État

print

DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • Géographie du COVID-19 sur le Marché Noir du Masque ou
  • LA PETITE HISTOIRE DU VIRUS DE L’ANARCHISME D’ÉTAT
  • Entre (), évoquer la conception morale de Kant dans la période antécritique, l’histoire de mœurs va-t-elle aboutir en affaire de métaphysique en 2020 ? Fermons (). 

Menace de coercition ou protection civile en matière de pandémie, ça ressemble au délire. Nous nageons en eau trouble, non pas de politique dans le sens d’instabilité, c’est plutôt l’affaire de Port-au-Prince. Au Canada/Québec, c’est celui de négligence qu’on appellerait criminelle en matière de justice pénale, ou de poursuite collective dans le civil. Nous sommes réputés en temps de paix. Oui, puisque nous ne sommes pas en loi martiale malgré les déclarations farfelues de politiciens crétins bavards. La seule différence c’est que nous savons qui est l’ennemi déclaré malgré invisible. Le COVID-19 a vu la déclaration de guerre mondiale, 3e si l’on veut plaire aux fantasmes de théoriciens de la préapocalypse. En outre, le collabo n’est pas comme a l’époque franconazie ou ailleurs, ni de fascistes par Mussolini sur l’axe du nationalisme. Et, le héros de guerre ne partira pas du Québec ni du Canada pour aller franchir une ligne marginale ni pénétrer le harnais de mines posées par l’ami dòdòf (Hitler) sur la plage de Juno Beach. Non, personne ne voudra y aller et même sera en confinement s’il ose. En pénalité s’il défie. Pour l’OMS c’est la 1re qui engage 200 pays et territoires.

Considérons la position du Québec (XXXI macchabés+) par François Legault premier ministre qui semble vouloir se faire une image de dialogueur-officié-sanitaire en son titre. À Ottawa (CVIII macchabés+) même scène par Justin Trudeau. Le citoyen n’est pas desservi pour son vote pour son argent (une élection fédérale de gouvernement minoritaire), quelle différence puisque Legault est majoritaire en son large Qc, pour la même piètre performance, mais en fait pour celle de mettre à risque la population malgré la conférence du 24 janvier 2020. Tout le monde le savait. Chaque mort est inutile et doit représenter un coût quand la coercition est proposée en simple moyen de prévention, avec la suspension de la loterie comme incitatif de désobéissance dit-on, que j’ai traité dans COVID-10 Chapitre [CAN] 100 Protection au Québec, et dans COVID-19 Chapitre [HT] : la Crise Attendue.

Où sont nos soldats spécialisés en infirmerie, en services sanitaires en situation et zone de guerre ? Non, on se contente d’avoir à expliquer le confinement volontaire tandis qu’on devait être à l’isolation totale afin de prévenir le pire qui nous arrive. Chaque mort est un mort de trop. Un cadavre de trop à gérer pour le peuple inquiet. Pire, qui meurt. Même le scientifique et l’infirmière non protégée…, etc. Ceci par la faute de la politique, pour une affaire de masque au point où François Legault parle d’utilisation raisonnable quand pour dix sous on remettra un masque contaminé sur le conseil d’un grand ignorant ? L’on comprendra que nous ne vivions pas avec le cas de Jovenel Moïse ici au Québec (qui aurait pu manigancer les services sanitaires de l’armée en campagne politique contre l’opposition, comme il le fait avec la police qui arrête et expose le prévenu au risque de contamination sanctionnée par le décret).

Alors, puisque nous sommes en guerre contre le Coronavirus nous dit-on dans cette évasion de la conscience qui cause déjà la mort au Québec et au Canada, et la légion de morts aux É. U., je réitère, tandis qu’on savait depuis le début au point d’évader autrement le produit bio chinois sur les étagères pour y revenir de guerre lasse. Doit-on revenir à Kant dans Fondements de la métaphysique des mœurs / éditions Victor Delbos-Delagrave, pour mieux comprendre ?

Alors quand E Macron nous dit que «ceux qui cherchent à faire des procès sont irresponsables», veut-il dire que celui responsable par le salaire tiré pour le rôle, mais de négligence de complaisance, a permis par son incapacité par son insouciance, que des morts, pas un mort, des morts surviennent, est-il double irresponsable ?

Oui l’opposition est politique, mais le citoyen est le doyen de ses droits de ses appréciations qui ne peuvent dépendre d’une consigne politique de morveux qui de son temps en campagne jugeait de ce qui était irresponsable au gouvernement en fonction alors. Non, qui que ça soit, la notion, j’aime le terme anglais, accountable, doit garantir les droits, les privilèges et les devoirs. Personne ne l’avait envoyé en politique ni de se porter candidat. Président, c’est un privilège, mais non pas un droit acquis. La question est simple pour nous : peut-on s’offrir le luxe de la mort par tolérance politique, de gestion politique pour qui la rhétorique est une forme d’aval ?

La bêtise a-t-elle un sens dans son origine à Paris ? Match en son besoin de mémoire dans les archives nous sort À Lockerbie, le déluge de corps et de métal comme pour accuser une fois de plus Kadhafi en épargnant Sarkozy le voisin qui a péché, oublie brillamment de publier les atrocités françaises depuis l’esclavage des Noirs par la déshumanisation, oui il n’y était pas, mais la mémoire est un devoir et qui appartient à tous comme qui force tous. La force de l’anarchie du petit fascicule de James C. Scott, «petit éloge de l’anarchie» est-elle atteint comme virus la bactérie de l’oublie de Match, comme les politiques dites apolitique de Legault qui compte ses morts ?

Imaginons un instant dans le réel à travers le monde, le cas de ces décès faisant des veufs/es et orphelins/orphelines, ou tout autre parent concerné par un héritage, par le legs, légalement. Combien de comptes bancaires ignore-t-on soit dans le pays domiciliaire soit dans un pays étranger, sont concernés et dont l’argent va demeurer secret dans les coffres de oh, combien de banques. Ces banques qui probablement vont recevoir des fonds de revitalisation économique de l’État. Anarchie d’État ?

Imaginons un instant que c’était la loi martiale donnant droit de guerre aux armées. L’autorité politique ne serait pas au front à donner des ordres ni à se mettre à risque ni à s’organiser en selfie politique malhabile. Je ne parle pas de la décision de faire ou de défaire à la place de militaires. Nous avons une urgence sanitaire grave avec le COVID-19, ce sont les politiciens qui gèrent et donnent des ordres de partout sans aucune formation adéquate ni appropriée pour rester sur les lignes rouges que dire de besoin d’accompagnement en déplacement inutile, privant à la loi l’instrument du spécialiste que réclame la gravité de l’urgence prolongée en soins intensifs. Voilà le portrait de l’anarchie politique qui envahit l’espace des soins et qui empêche les décisions vitales à temps, car c’est un irresponsable qui prend les décisions sanitaires à la place des autorités sanitaires. C’est peut-être en réalité pourquoi le Québec et le Canada n’ont pas voulu déployer l’armée répondant à une structure hiérarchique organisée pour la guerre, pour une question de selfie qui serait mal vue avec elle.

  • Simulation-I. Le premier ministre François Legault requiert combien d’attention de spécialistes lors d’un déplacement à blanc pour masquer l’ignorance et gonfler les apparences quand l’État doit dépenser ailleurs que dans une bêtise de conférence tandis que le Québec est supposément branché comme l’éducation à distance à cause du COVID-19, pour une conférence minimaliste même médiatique, car nous ne savons pas comment les chiffres de contamination s’évalueront lors de déplacement d’un Point-A à un Point-B. Car, la traçabilité du COVID-19 est-elle réellement fiable à l’origine du spectre ou, est-ce l’effet du hasard ?

Il suffit alors pour certains comme Serge Morand cité par la SRC dans une note d’Ahmed Kouaou, pour dire que et je cite : «la crise écologique est la cause première de cette crise sanitaire», avec des élucubrations qui gèlent la responsabilité politique en dédouanant les dirigeants avares de gains illicites avec le développement de leurs intérêts personnels avant les intérêts de la collectivité. Notons qu’on les verra plus tard dans des procès bidon comme à la cour du roi, pour justifier encore des avocats aux frais de l’État, des pénalités inversées comme dans les affaires Airbus Mulroney-Schreiber (Karlheinz), à l’époque de Jean Chrétien.

Curieuse affaire de cet article qui parle de déviation, mais ne touche pas les acteurs de la déviation humaine depuis ces encres de traçabilité stratégique chez le tatoueur jusqu’à… ceux qui de la forme d’État irresponsable se prend pour Dieu qui, au temps de malheur, demande à prier Dieu en profond paradoxe après avoir détourné la masse critique du chemin de la préservation de la race humaine. Plus tard verra-t-on les noms de Marc-Yvan Côté dans l’affaire d’ingénierie de … et Jean Charest et de ses ministres (Normandeau). À ce niveau on parle d’éthique, voit-on.

Une ressource consultée a voulu me faire avaler la critique de Dr Gaétan Barrette à savoir que Legault avait bien géré le cas COVID-19, en citant d’autres références qui créditaient ce gouvernement, comme une norme crédible par citation. Il oublia que Barrette avec sa réforme catastrophique quoi a conduit d’ailleurs ce gouvernement en place, cache à peine les affaires arrangées par la collusion ou par le crétinisme de Barrette dans la réforme de la santé qui avec ses mensonges avec insistance dans toutes les émissions complices de la SRC se justifiait de ses erreurs tandis que la réalité connue et sue de tous est que l’application d’un médecin de famille à chaque individu ne soit pas vérifiable en 2020. Connivence avec Legault qui ne le poursuit pas : immunité. Quel jugement ! Il y a des morts et de plus en plus de morts tandis que le politique savait tout depuis le 24 janvier dernier renforcé de la conférence de l’OMS le 30 janvier. La Géographie du COVID-19 s’est transformée en manqué de masques.

Ailleurs, l’affaire, la photo de la signature de la grande réussite de Donald J Trump sur les 2000 milliards de dollars, sachant sa part garantie pour refaire surface dans les affaires pourrissantes de la TO, les rangs serrés entre personnalités assistant par rapport à la distance observée avec Donald Trump démontre deux choses certaines : si les autres ne sont pas atteints puisque les rangs serrés, c’est le président qui serait atteint quand on évoque Bolsonaro et autre en sa compagnie rapprochée. Ensuite, si le président n’est pas atteint, la distance sécuritaire avec les personnalités présentes démontre que le président est bien craintif du CORVID-19 tandis qu’il joue à la négligence face aux populations vulnérables. Notons que depuis la signature de ce Bill, il ne menace plus de rouvrir les affaires pour les pâques.

Question alors : Trump accuse la Chine en nommant les virus «chinois», est-ce vrai son allégation ? Trump a-t-il la main plongée dans le sang du CORONAVIRUS ?

Toujours ailleurs, considérons l’option d’API-Bénin de Valentin Agon, chercheur (1er prix de l’innovation 2016) et dont le fameux API-Palu contre le Paludisme en Afrique. Une formule phytosanitaire naturelle au lieu de manipulation chimique de la molécule. Valentin A scientifique est : un homme une pensée une action une science, rencontrée au Bénin/Cotonou en 2010, à l’occasion du Symposium sur le centenaire des indépendances africaines. Sa formule parle d’Apivirine, un antirétroviral contre le Coronavirus expérimenté au Burkina, d’après Banouto qui explique l’appréciation du ministère de l’Enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation (26 mars 2020). D’une part, est-ce l’appréciation politique de François Legault qui va valider ou invalider des faits scientifiques si c’est le cas, et d’autre part, si un laboratoire américain ou tout autre ne trouverait pas son compte avec toutes ses dévoreuses de sous-publiques ne certifie pas les résultats mêmes si probants, quelle sera notre appréciation face à la mort dans une optique fut-ce même de tentative quand le laboratoire n’offrira pas plus dans son accord de cobaye à court terme ? Ce François Legault premier ministre (avec Justin Trudeau au Canada) qui voit la croissance du nombre de morts en hausse exponentielle ? Son ignorance si c’est le cas, vaut-elle plus que l’expérimentation africaine, si elle ne se fait pas pour une firme d’ingénierie québécoise truquée comme on a l’habitude de le voir dans le cas de M-Y Côté ?

L’erreur est humaine, nous sommes tous humains malgré l’IA. L’erreur cette fois-ci est d’avoir sous-estimé le facteur de traçabilité de la main coupable. Ces traces existent dans la géographie cybernétique. Il y a une logique sur le développement de la map cybernétique. Il existe une erreur insoupçonnée, la déviation de la trajectoire et de la courbe de développement. Nous y reviendrons.

Je conclus. L’aspect santé mentale attaqué par le COVID-19 considéré par l’approche réalisée sur le Dr Alain Lesage de l’IUSMM que j’ai alors intitulé : La Métapospora à l’IUSMM. Comment préserver le facteur de résilience dans une population amoindrie par l’action politique en ignorant les effets d’affectation de la santé mentale dans une ville intelligente comme Montréal. Comme New York même. On doit se parler, mais en même temps on doit se fuir. Est-ce donc sur un facteur lié au hasard de la guérison miraculée que Dr. Mario Beauregard expliquera dans ses séances coûteuses sur les neurosciences et la foi, ou sur les compétences dues aux bonnes décisions politiques qui forment des experts certifiés, ce malgré les résultats sur les pouvoirs de la conscience ? Le Canada a atteint les véreux chiffres de la bête pour faire un écart religieux puisque le politique simule des prières piètres à Dieu, 66 morts d’après le rapport en date du 31 mars de l’OMS (6 heures de décalage avec l’Amérique) dont 6317 cas avec 662 nouveaux cas. Rév. Barry Black priant au Sénat aurait-il maudit ?

La trappe américaine se referme sur elle et non collatéraux. J’ai publié, dont cet extrait : Cependant, cela se passe au moment même où le vice-président Mike Pence a pris la relève de du président en contravention avec le Congrès majoritairement D, surveillant rigoureusement les intérêts des Américains contre les folies du président en fonction. C’est donc pour cela que je me pose la question à savoir, quand le président veut s’enfermer à l’intérieur de murs inutiles, si ce n’est pas la peur qui tourne au ridicule quand on se sent dans un empire démodé, encerclé par des acteurs économiques que l’on souhaitait pour se mesurer en intelligence, mais que l’on s’abaisse à les suspecter de mauvaises intentions, c’est que le Ritalin aura fait son effet. D’où la question reformulée recentrée ainsi : Maduro Rira-t-il d’Envoi d’Américain là-bas quand la PNH en a Désarmé en Haïti ?

  • Francois Legault s’amusera à y répondre dans sa sagesse.

cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur, VOL. L No.12 New-York, édition du 1e avril 2020 et se trouve en P.14, 14 à : http://haiti-observateur.ca/wp-content/uploads/2020/04/H-O-1-april-2020.pdf